L.A. Woman [The Doors]

Par le Bison le 3 juillet 2015

La fin est proche. Juste au bout de la route. La barbe foisonnante, les cheveux hirsutes, la sono à fond dans la Torino. L.A. Woman, l’album rouge. 39° à l’ombre, le cactus asséché, qui s’y frotte ne s’y pique plus, par la bière, la vodka le gin la cocaïne le mezcal. Ride the snake. Caramba. Le soleil brûle le volant, le cuir tanné, la légende du lézard s’est assombrie sous les mirages ensoleillés du désert de Mojave. Le moteur vrombit, dernière chevauchée pour soulever la poussière avant d’en devenir une. Dernières traces sur l’asphalte fondant. Le Whiskey Bar et ses tabourets volants, ses tables collantes, le blues qui s’y déverse. C’était hier, c’était 100 miles avant, une époque où le lézard remuait encore sa queue. Le soleil, boule de feu incandescente, flotte dans cette atmosphère lourde. Hallucinations diverses, les blondes et les brunes qui défilent au Morrison Hotel et le blues dans un même tempo. Lumières tamisées, bourbons caramélisés, draps excités.

Rideaux tirés, fluides séchés, draps déchirés. Toc. Toc. La porte frappe, cogne comme un petit air de Chicago. John Lee Hooker. Boom, boom. Le cœur s’emballe. One bourbon, one scotch, one beer. Boom, boom. Le blues s’emballe. L’heure de remonter dans la caisse. Radio Texas sur les ondes et fouler le vent chaud du sud, vent brûlant, vent de poussière, vent d’amour et de désespoir. L’orage gronde. Les éclairs strient le ciel. Riders on the storm. Chevauche-moi ma belle, quitte à se brûler les fesses au soleil. Odeur de phéromones, traces séminales. Sexe éphémère et blues dans une voiture. Ride. Accélérateur. Ascenseur. Apesanteur. La pluie ruisselle le long de la carrosserie comme le sperme entre tes cuisses. Accélère, sans fin, sans rétroviseur pour une dernière virée à travers la sueur du blues. Ultime érection d’un poète. Doigt d’honneur, le majeur dressé.

Seul dans la Torino, les miles défilent au rythme du compteur, jusqu’au bout de la route, jusqu’au bas-fond de son âme, jusqu’au bord du précipice. Appuyer encore sur l’accélérateur et s’envoler par-dessus le canyon. Fin d’une histoire. Fin du blues. Début d’un album culte. 3 juillet 1971.

« L.A. Woman » [1971], 44 ans après, le souvenir et la musique intacte.

24 commentaires
  1. 4 juillet 2015 , 8 h 04 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Un putain de disque. :P . Jusqu’à citer Chopin dans Hyacinth House et bien sur Kurt Weill. Ultime. Mon vinyle trône toujours puis j’ai acheté les six albums studio des Doors dont très honnêtement seul le premier, éponyme, et L.A. Woman sont fabuleux.

    • 4 juillet 2015 , 12 h 45 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      J’ai toujours eu une préférence aussi pour le premier et le dernier.
      Morrison Hotel a cet esprit L.A. Woman mais pas tout à fait son homogénéité.
      Un putain de disque. :)

  2. 4 juillet 2015 , 12 h 39 min - Une ribambelle prend la parole ( permalien )

    J’aime tellement cette voix, ce sont des instruments.
    J’avais d’ailleurs vu le film d’Oliver Stone à l’époque où il était sorti

    • 4 juillet 2015 , 12 h 46 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Tout est magique sur L.A. Woman. La voix, le clavier, la basse, le groove et le blues. On n’a pas fait beaucoup mieux depuis cet album de 1971. :)

  3. 4 juillet 2015 , 13 h 20 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    C’est vrai L.A Woman c’est THE Album de Jim Morrison ou plutôt The Doors. Mon Album et Riders on the Storm qu’est ce que j’ai pu l’écouter, m’enivrer avec!

    Je pense que cette pochette de disque est un des derniers 33T vinyl que j’ai du m’acheter…

    Si tu me demandes ce qu’est un 33 tours je te fais la gueule … gare à toi …

    Un billet digne d’un Bison… Du très Bon Bibison !
    Yeaaahhhhhhhhhhhhh ;-) !

    • 4 juillet 2015 , 14 h 33 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Ne me dis pas que tu es de l’âge du vinyle ? Les dinosaures, c’était avant ou après ?

      Mais j’espère avant tout que tu t’enivres encore avec cette L.A. Woman ?!

  4. 4 juillet 2015 , 13 h 36 min - Princécranoir prend la parole ( permalien )

    J’ai épousé une fille qui est née le 3 juillet 1971. Certes, ce n’était pas une « L.A. Woman », mais j’y vois un signe évident de mon amour pour cet album : disque de chevet, compagnon indispensable d’un séjour prolongé sur île déserte, dernier bagage avant la fin du monde. De très loin le meilleur des Doors (trônant , le mister « Mojo Risin », au-dessus de ses deux principaux conurrents que sont « The Doors » et « Morrison Hotel »), inoxydable.

    • 4 juillet 2015 , 14 h 34 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Joyeux anniversaire à la dame née ce 3 juillet 71. Une marque du destin, assurément.

  5. 4 juillet 2015 , 20 h 01 min - phil prend la parole ( permalien )

    44 ans et pas une ride ! Ca doit être une sacré année !
    Superbe !!!
    On s’y enivre encore comme au premier jour !

    • 4 juillet 2015 , 22 h 17 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Pas une ride sur le front… Mais je n’irai pas jusqu’à voir si les fesses sont frippées…

    • 5 juillet 2015 , 7 h 11 min - phil prend la parole ( permalien )

      avec rando et velo t’inkiet c tanné et tout lisse !

    • 5 juillet 2015 , 15 h 23 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      une peau de bébé !

  6. 4 juillet 2015 , 20 h 44 min - manU prend la parole ( permalien )

    Magnifique ce morceau ! (Je découvre, je n’ai aucune culture musicale, c’est à pleurer…)
    Et un billet bisonesque à souhait comme on les aime ! ;)

    • 4 juillet 2015 , 22 h 19 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Mais ne t’inquiètes pas… On ne t’en veux pas de ta (in)culture musicale. Tu dois bien avoir d’autres talents. On s’y est fait à cette non-culture. De toute façon, quelqu’un qui n’a pas connu les vinyles ne peut pas avoir de culture, tout simplement :)

  7. 5 juillet 2015 , 18 h 28 min - belette2911 prend la parole ( permalien )

    Tiens, une chanson que je connais et que j’aime beaucoup :)

    Veux-tu être mon cavalier dans la tempête ? Oui, coureur, ça fait moins bien :P

    • 5 juillet 2015 , 20 h 22 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      c’est trop d’honneur pour un vieux bison comme moi ;)
      mais un bison sur une belette, ça va faire des dégâts ! surtout pour la belette :)

  8. 8 juillet 2015 , 6 h 01 min - dasola prend la parole ( permalien )

    Bonjour le Bison, j’ai eu l’occasion d’aller à Los Angeles en 1991, j’avais une voiture de location et j’ai conduit seule sur les freeways de cette ville avec L.A Woman en fond sonore, 24 ans après, j’en garde un souvenir ému. Ce fut un moment de grâce (si, si). Un grand disque. Bonne journée.

    • 8 juillet 2015 , 8 h 49 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je comprends qu’un tel souvenir reste ancré dans les mémoires. Une expérience spirituelle de haut vol.

  9. 11 juillet 2015 , 18 h 59 min - lcath prend la parole ( permalien )

    des souvenirs , des espoirs, des rêves …il y a longtemps !
    je vois que je ne suis pas la seule à l’apprécier

    • 11 juillet 2015 , 19 h 57 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Le rock est éternel surtout s’il mêle espoirs, rêves et souvenirs…

  10. 19 juillet 2015 , 2 h 46 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Magnifique! À écouter et réécouter pour le plaisir des sens, avec le majeur qui se trémousse dans tous les sens…

    One bourbon, one scotch, one BDC, one FDM, one DDD, one EB, surtout bien s’hydrater dans le désert du Mojave… :D

    • 19 juillet 2015 , 22 h 30 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Les caisses de bières et de bourbons sont dans le coffre de la Torino. J’ai prévu large pour traverser le Mojave. J’ai de quoi tenir jusqu’au Yukon… :-)

    • 21 juillet 2015 , 13 h 51 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      J’t'attends au Yukon avec ma pelle :D

    • 21 juillet 2015 , 21 h 55 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Faut que je traverse la Colombie Britannique avant ! :)

Ajouter un commentaire aux phil

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS