All That Jazz [Bob Fosse]

Par le Bison le 24 juin 2015

Chorégraphe, metteur en scène drogué aux amphétamines et fumeur invétéré et grand buveur, Joe Gideon mène une existence entièrement absorbée par le spectacle. Sa vie privée elle-même est un spectacle, conduite par des hallucinations aussi éphémères que féminines. Ce gars, même s’il tousse un peu, beaucoup, ne résiste rarement à ses premières danseuses qu’il aime baiser, un peu, beaucoup, à la folie même. Il est comme ça, Joe, toujours la queue qui lui commande et recommande les choix de son prochain casting.

Et puis, son hallucination n’est que Jessica Lange en nuisette transparente, son grand amour décédé. Il y a pire comme fantôme, tu en conviendras. Mais alors qu’il monte la nouvelle revue à Broadway, le barbu là-haut tente de l’interpeller avec sa lumière blanche dans la gueule, sa paralysie du bras gauche, son cœur qui flanche. Tous les signes d’un infarctus, pas très original, là-haut… Mais c’était juste un avertissement, et autour de lui, sa femme, sa fille, sa maitresse tente de le calmer, de maitriser son entrain et de freiner son addiction aux amphèts… Mais la passion est toujours déraisonnable, c’est ça qui est si bon.

Prends un autre cacheton, le temps de te souvenir du festival de Cannes 1980 où ce film de Bob Fosse reçu la Palme d’Or, ex aequo avec un certain Akira Kurosawa pour son « Kagemusha ».

Les visions continuent, le chorégraphe cigarette au bec, fait suer le parquet de la salle de répétition et ses numéros visionnaires et visuels entrent dans une nouvelle danse. Là, je t’assure que côté sensualité, c’est autre chose que le surfeur Patrick Swayze dans « Dirty Dancing ». Si ce dernier est un compromis entre les midinettes et les ménagères de quarante balais des banlieues chics américaines, la chaleur qui se dégage de la danse imaginé par Roy Scheider (magique, grandiose et époustouflant dans ce rôle de Joe Gideon) fait chavirer tous les cœurs y compris le mien, le corps en sueur, et la braguette descendue. C’est hot, brûlant comme toute passion enivrante. C’est sensuel comme le corps d’une femme en sueur, c’est sexuel comme le corps passionné d’une femme en sueur devant ma braguette ouverte.

« All That Jazz » [1979], que le spectacle commence !

13 commentaires
  1. 24 juin 2015 , 20 h 56 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Un film génial et un Roy Scheider tout aussi grand. Collant, moite et vertigineux. Du très grand cinoche.

  2. 24 juin 2015 , 21 h 49 min - Princécranoir prend la parole ( permalien )

    Rien de mieux que cette Broadway therapy, un verre d’alcool pétillant sur la table du Cabaret, pour soigner nos maux ! Je valide les propos tenus ci-dessus.

    • 24 juin 2015 , 22 h 29 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      je valide aussi tes propos en plus de ceux tenus au-dessus. :)
      Pas de bulles pour moi, ça me donne mal à la tête…

  3. 24 juin 2015 , 22 h 07 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    J’en reviens pas, mais j’en reviens paaaaaaasssss de ne pas connaître ce film moi qui connais tous les films de la planète en rapport avec la danse!!!!!

    L’ambiance rappelle CABARET avec lisa Minelli. Rohhhhhh alors là je suis très énervée de n’avoir jamais vu ce film.

    Mais rassure moi Roy Scheider ne danse pas ? ou il est doublé, je ne le vois pas du tout dans ce rôle de danseur et Chorégraphe…

    • 24 juin 2015 , 22 h 31 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Roy Scheider ne danse pas… Juste chorégraphe, donneur d’ordre et baiseur de poupées dansantes.

      Je me demande ce que ça donne une Chris énervée…

  4. 25 juin 2015 , 7 h 51 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Bob Fosse est aussi le metteur en scène de Cabaret. J’oserai le mot-valise morbidanse. :D

  5. 25 juin 2015 , 17 h 37 min - dasola prend la parole ( permalien )

    Bonjour le Bison, je n’ai pas revu ce film marquant depuis sa sortie en 1980. 35 ans après, il faudrait que je le revois rien que pour la musique et la chorégraphie. Roy Scheider avait trouvé le rôle de sa vie. Bonnne fin d’après-midi.

    • 25 juin 2015 , 20 h 12 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      et moi qui croyait que le rôle de sa vie était Les Dents de la Mer !
      :)
      Époustouflant Roy !

  6. 26 juin 2015 , 3 h 54 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Quel grand film! Et cette danse que tu présentes est sublime, tellement sensuelle, c’est s’offrir un moment en plein cœur des cabarets de Broadway, c’est complètement addictif, 100% hot! Après, c’est vrai que Roy Scheider shooté aux amphétamines ça nous change de son rôle dans Jazz :D Je le préfère de loin dans All That Jazz même si j’adoooore Les dents de la mer!
    Ann Reinking est aussi une grande chorégraphe. Quel film! À revoir…

    • 26 juin 2015 , 9 h 21 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Totalement addictif et shooté… Et puis Jessica Lange, il ne faut pas l’oublier, avec sa nuisette transparente…

  7. 28 juin 2015 , 20 h 58 min - manU prend la parole ( permalien )

    Deuxième fois que je croise ce film sur les blogs alors que je ne l’ai jamais vu non plus… Et j’adore Jessica Lange, tellement sensuelle…
    Et puis, que de corps entremêlés…
    Une séance de rattrapage s’impose ! ;)

    • 28 juin 2015 , 22 h 14 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Tellement sensuelle en nuisette transparente… Cela s’impose donc pour entremêler les corps en sueur…

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS