Witness [Peter Weir]

Par le Bison le 23 mai 2015

Pas besoin d’être un grand film pour marquer à vie un jeune gamin à la vie tranquille. Ni de voir la photo d’un tueur flic et noir dans une vitrine remplie de trophées. Je vois le regard de cet enfant amish chercher du regard le capitaine John Book et identifier le meurtrier en le montrant d’un doigt timide. J’étais bien jeune à l’époque quand je découvris pour la première fois ce film. On ne peut pas dire que cela soit le plus grand des polars, le plus intense des chasses à l’homme, pourtant il a marqué mon esprit. Combien de fois l’ai-je visionné, usant la VHS, s’invitant devant son poste de télévision à chaque diffusion. Je ne le manque jamais ou presque.

Et donc après de longues années d’absence, je viens de regarder une énième fois cet inoubliable « witness », comme le témoin éternel d’un thriller agricole où il faut retrousser les manches de sa chemise blanche. Je connais l’histoire par cœur, les plans mêmes, chaque séquence je m’y attends sans plus aucun effet de surprise. La cloche qui sonne, la construction en une journée d’une ferme, les tenues vestimentaires de la petite maison dans la prairie, le verre de citronnade qui coule sur le menton de Harrison… Et pourtant, je reste scotché devant mon écran, devant cette bande fraternelle d’amish et devant la criminalité d’un monde dit civilisé. J’en viens même à envier, avec l’âge, leur mode de vie. Sans portable, sans internet, sans musique. (sans musique ?).

Harrison Ford, jeune et beau. Kelly McGillis. Un beau couple qui se transforme en flirt de danse sur un air d’autoradio dans une grange remplie de pailles. Dans un autre monde, il se serait roulé dedans, arrachant leurs vêtements tandis que Robert Plant et Jimmy page font hurler leurs instruments respectifs sur les ondes 140.75 KFM Philadelphia. Dans mon monde. Mais non, pas chez les amish. Déjà qu’écouter de la musique est interdit.

De toute façon, tu connais aussi par cœur ce film. Mais peu importe, ce qu’il me donne envie de découvrir la Pennsylvanie – et pourtant il ne doit pas s’y passer grand-chose dans ce coin perdu de l’Amérique rurale d’un autre temps. La meilleure campagne publicitaire d’un tour operator des studios de cinémas.

Je suis même prêt à parier mes chaussettes trouées fétiches que je regarderai de nouveau ce film de Peter Weir – qui l’a non plus n’est pas le plus grand des réalisateurs – avant que l’heure de ma mort sonne ou celle de ma retraite dans une ferme démodée (mais avec musique). Et parce qu’être le témoin d’un meurtre, à tout âge, bouscule à tout jamais son univers. Quatre ans plus tard, le réalisateur bousculera de nouveau mon univers cinématographique avec « le cercle des poètes disparus », mais là, j’en reparlerai plus tard… ou pas.

« Witness » [1985], une cloche et des amish.

23 commentaires
  1. 23 mai 2015 , 22 h 50 min - belette2911 prend la parole ( permalien )

    Harrison Ford, je l’adore ! Surtout quand il a le fouet en main… ça me rend folle.

    Je ne connaissais pas ce film, mais je vais le rechercher.

    • 24 mai 2015 , 17 h 00 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je ne connaissais pas ce film

      Mais sur quelle planète vivais-tu dans les années 80…

      Surtout quand il a le fouet en main…

      Hou… Tu aimes te faire fouetter… hou que j’aime ça…

  2. 23 mai 2015 , 23 h 01 min - Sido de Errancesimmobiles prend la parole ( permalien )

    Peter Weir EST un grand réalisateur rien que pour « le Cercle des poètes disparus » !!! Non, mais !

    • 24 mai 2015 , 17 h 29 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Il a fait de très bon films. Witness et Le cercle des Poètes Disparus. Mais est-ce qu’il est un grand réalisateur ? Est-ce quand on regarde un film de Peter Weir, on se dit tout de suite : ‘ça, c’est du Peter Weir !‘ ? Pas sûr…

  3. 24 mai 2015 , 8 h 39 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Un excellent film,un peu en dehors, comme les Amish. Ca fait du bien.

    • 24 mai 2015 , 17 h 02 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Un p’tit peu de violence, un p’tit peu de romance, un p’tit peu de spiritualité et un p’tit peu de citronnade… Ça fait effectivement du bien, sauf pour la citronnade…

  4. 24 mai 2015 , 9 h 15 min - Une ribambelle prend la parole ( permalien )

    J’iame énormément ce film et Kelly McGillis est très jolie. Je l’avais vu en VHS aussi. Je le réemprunterai à la médiathèque sûrement. Il me semble qu’il est passé il y a peu sur Arte ou la 5 (si mes neurones vont bien. Ou alors j’ai rêvé).

    • 24 mai 2015 , 17 h 04 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Tu n’as pas rêvé. Il est passé sur Arte pour un cycle Peter Weir. Je ne rate aucune rediffusion :)

  5. 24 mai 2015 , 9 h 35 min - Princécranoir prend la parole ( permalien )

    Pas le plus grand film de Peter Weir, mais tourné par un des meilleurs cinéastes australiens tout de même ! Si le film paraît daté aujourd’hui, c’est en grande partie la faute à la bande-son bontempi de papy Jarre. Pour le côté retour aux plaisirs simples, brochettes de saucisses Herta sur l’air de « si j’étais un charpentier », on peut aussi trouver à redire (mais ça vaut toujours mieux que le « Village » infréquentable de Shyamalan). Mais côté mise en scène, ce pique-nique avec mes meilleurs Amish possède encore assez de force pour imprimer la rétine des jeunes spectateurs.

    • 24 mai 2015 , 17 h 16 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Daté, peut-être, mais pour moi, cela reste toujours un immense plaisir à le voir pour énième fois….

  6. 24 mai 2015 , 21 h 53 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Un film dont je ne me lasse pas de regarder quand il passe à la télé. Comme beaucoup de film avec Harrison Ford.Je ne savais pas que c’était le même réalisateur que « Le cercle des Poètes disparus », autre film marquant de toute une génération.

    Dis moi, tu ne nous parles pas beaucoup des courbes de Kelly Mc Gillis !!

    Étonnant !

    • 25 mai 2015 , 14 h 17 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      C’est que tellement hypnotisé par le regard d’Indie, j’en ai oublié la chute de rein de Kelly McGillis…

      Pas crédible ? Une belle femme quand même qui me donne envie de me plonger dans Top Gun…

  7. 24 mai 2015 , 22 h 58 min - manU prend la parole ( permalien )

    Je l’ai vu il y a bien trop longtemps pour m’en rappeler vraiment… :(

    • 25 mai 2015 , 14 h 18 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      C’est le genre de film qu’on oublie pas, petite grenouille. L’excuse n’est donc pas valable face à la plantureuse Kelly McGillis…

  8. 25 mai 2015 , 4 h 32 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Il faudrait bien que je le revois ce beau film, maintenant que la citronnade a été remplacée par la binouze, il y a trop longtemps que je ne l’ai vu. J’aurais bien joué dans une grange avec Harrison Ford à se rouler dans les foins en écoutant de la musique amish :D Comme Cristina, franchement tu m’inquiètes, même pas un tout petit mot sur l’anatomie de Kelly McGillis! Tabarnak! Pourtant elle en a fait baver avec son Top Gun!

    Je ne savais pas que c’était lui qui avait réalisé Le cercle des poètes disparus, je regarde sa filmographie et il a vraiment fait de belles choses ce Peter Weir.

    Tes chaussettes trouées fétiches elles sont aussi marrons que ton canapé? :D

    • 25 mai 2015 , 9 h 04 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Il préfère la chute de rein de la fadasse Nicole !!!

      ;-)

    • 25 mai 2015 , 14 h 20 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Mon Gun à son Top. Mais Kelly a disparu de mes écrans de contrôle depuis ce film… Et c’est bien dommage parce qu’une plante aussi plantureuse mériterait que je m’y aventure un peu plus…

  9. 25 mai 2015 , 18 h 23 min - manU prend la parole ( permalien )

    Elle a surtout très mal vieilli Kelly McGillis…

    • 25 mai 2015 , 20 h 00 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Elle a vieilli… Et toi, tu as vieilli comment ? ;-)

  10. 27 mai 2015 , 20 h 14 min - phil prend la parole ( permalien )

    ces barbus c pas les nains qui ont joué après dans le Hobbit ?
    ok je sors
    pi j préfère la version french ! et toc !

    • 27 mai 2015 , 22 h 47 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      faut t’mettre à l’english version. De toute façon, on s’en fout un peu de ce qu’il raconte. Ces barbus, toujours à prier et à boire de la citronnade. Une attitude pas très saine, ma foi. Parce qu’avec les fermes de bestiaux dans le comté voisin élevées en batterie, je te laisse imaginer la qualité de l’eau… Quitte à être en Pennsylvanie, autant boire un bon rye.

  11. 4 juin 2015 , 23 h 10 min - Léa Touch Book prend la parole ( permalien )

    J’adore Peter Weir et Harrison Ford mais je ne connaissais pas du tout ce film : merci beaucoup :)

    • 5 juin 2015 , 8 h 36 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Comment ça ? Mais tu viens d’une autre planète !!! (ou t’es nettement plus jeune que moi :)

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS