Love Songs : Cowboy Movie

Par le Bison le 1 mai 2015

Un appart’ miteux qui lorsque je ferme les yeux se transforme en ranch majestueux. Un ranch sans nom, mais peu importe le nom, c’est juste pour garder l’anonymat et la solitude d’un tel lieu. Manquerait plus que des bouseux viennent étancher leur soif sans essuyer leurs sabots, les malpropres.

Un type que je ne devrais pas dire miteux mais lorsqu’il ferme les yeux, il serait capable de se prendre pour un cowboy. Un vrai, avec stetson et santiags, qui crache par terre, le teint halé par le soleil d’été du Wyoming. Avec des mains calleuses et des biceps aussi gros que ses mollets. Et le cowboy a de gros mollets à force de courir après toutes les bisonnes en rut’. Et ce soleil qui te tanne le cuir…

Justement le soleil s’est éteint, laissant place à la pureté de la lune illuminant un troupeau de bisons. L’heure est propice à se faire des films dans cette immensité solitaire. Et le film de ce soir se compose de deux verres de bourbon et d’un rocking-chair sur la terrasse. Il se balance, faisant tourner le liquide ambré dans son verre, humant le fumet du bourbon, respirant l’odeur de l’herbe verte et des bouses fraiches. Balance, chaloupe, balance. Il ferme les yeux. Cowboy qui médite mais ne dort pas, cowboy movie.

Il l’attend. Un jour, elle franchira la porte de son ranch. Elle en a peut-être même déjà envie. Mais l’heure est à la rêverie, au fantasme et aux histoires d’esprit. C’est pour cette raison qu’il a servi deux verres. Au cas où… Où elle viendra avec son sourire, avec ses longues jambes, avec sa crinière noire. Où elle dansera sur Achy Breaky Heart dans son short moulant et son chemisier deux tailles en dessous. Où elle préparera le café noir, le matin. Noir avec un demi-sucre. Où elle sèchera ses cheveux après une baignade improvisée à la source d’eau chaude. Où elle s’assoira sur ce cowboy dans ce rocking-chair et trempera ses lèvres dans ce second verre posé au pied du fauteuil à bascule. Chaloupe.

Par contre… Pas sûr qu’il emballe avec cette vieille chanson de David Crosby. Qui voudrait d’un truc presque aussi vieux que la vieille carcasse d’un bison. Alors le cowboy garde les yeux fermés. Ses films intérieurs sont toujours plus beaux.

Et pour continuer à chalouper corps contre corps,

retour sur les épisodes précédents :

Love Songs, Un partage de corps autour d’une musique.

12 commentaires
  1. 2 mai 2015 , 7 h 41 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Tant qu’il y aura des chroniques sans intérêt de cet acabit la situation ne sera pas tout à fait désespérée. Ecouter ce vieux David est un plaisir très fort de même que lire ces mini nouvelles que sont tes articles toujours très appétissants.

    • 2 mai 2015 , 20 h 01 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      je ne sais pas pour ces mini nouvelles, mais le vieux Crosby, lui, est toujours fort appétissant…

  2. 2 mai 2015 , 8 h 04 min - Une ribambelle prend la parole ( permalien )

    Avant d’aller à la danse, c’est parfait. ça me fait un réveil en douceur. Enfin j’aurais dû écouter cela avant même de me lever et d’avoir pris mon petit-déj, ça m’aurait permis de m’étirer correctement avant de me lever rapidement.
    No stress en tout cas.

    • 2 mai 2015 , 20 h 01 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      No stress dans un rocking chair avec un verre de bourbon…

  3. 2 mai 2015 , 17 h 04 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Une très bonne musique et un très bon rythme pour danser les yeux fermés mais accompagné d’un p’tit verre d’Aberlour pour réchauffer et faire chalouper les corps sur les riffs de guitare de Crosby.

    Tu dois bien avoir ça dans ton ranch ? Sinon une Carolus fera l’affaire :D

    J’aimerai bien m’asseoir sur un vrai rocking-chair, jamais essayé. Mais courgeasse que je suis je risquerai de me retrouver les 4 fers en l’air … ^^

    • 2 mai 2015 , 20 h 04 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      accompagné d’un p’tit verre d’Aberlour

      dommage ce soir-là, ce n’était que bourbon…

      Sinon une Carolus

      mais une Carolus d’or, reste à trouver la pépite.

      me retrouver les 4 fers en l’air

      ça me donnerait des idées…

  4. 2 mai 2015 , 20 h 55 min - manU prend la parole ( permalien )

    Ah « la pureté de la lune »… ;)

    Bon ben sinon, ton morceau là, j’ai tenu 6 minutes et difficilement… :(

    • 2 mai 2015 , 22 h 17 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Petite forme… D’habitude, tu abandonnes à 2 minutes 69…

  5. 3 mai 2015 , 2 h 43 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Le retour des Love Songs du premier! ;-)

    8m12, tu ne fais rien à moitié! Avec les 7 minutes de Tindersticks, les 11 de SOYCD et de tous les autres, ça te fait tout un répertoire de musique de chambre pour préliminaires en doigté Majeur! :D

    C’est nous qu’il traite de bouseux malpropres? Tabarnak ça fait mal!

    • 3 mai 2015 , 14 h 47 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      des minutes à en fatiguer plus d’un majeur…

  6. 3 mai 2015 , 8 h 13 min - belette2911 prend la parole ( permalien )

    Le disque qui tournait m’a z’hypnotisé et je dois m’en aller avant que tu ne me demandes des trucs cochons !

    Je selle mon cheval et je pars dans le soleil couchant… ♫ I’m poor lonesome cow-girl..♪

    • 3 mai 2015 , 14 h 46 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Merde, et dire que j’y étais presque !!

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS