Des Nœuds d’acier [Sandrine Collette]

Par le Bison le 2 avril 2015

Catégorie : 3 étoiles, Europe

Je reprends conscience par à-coups.

Pourquoi je ne l’ai pas vu venir ? 19 mois de taule, la libération. Retour à l’air libre, mais pollué. J’exulte de joie, même si je n’ai plus rien à faire. J‘ai appris au cours de ces derniers mois à m’endurcir, à me forger un caractère, à accentuer ma solitude. 19 mois pour avoir tabassé mon frangin qui a baisé ma femme. Résultat, il est un légume en chaise roulante et moi, je suis libre…

La souffrance est telle que je n’essaie même pas d’ouvrir les yeux. C’est comme si quelqu’un continuait à me cogner la tête méthodiquement, violemment. Les nausées me donnent l’impression de tanguer et je crois que je vais vomir.

Pourquoi s’enfuir ? Changer la batterie et démarrer la BM. Rouler à tombeau ouvert, les petites routes de campagne. Et puis il y a ce gite à l’écart de la civilisation, genre de vieille ferme à peine réaménagée. La vieille a l’air gentille, même si elle pue la vieille. Elle me propose des sandwichs et une gourde remplie de cidre lorsque je pars en promenade. Elle est au petit soin pour moi. Elle ne doit pas souvent avoir de la visite, surtout des gens qui viennent de la capitale pour s’enterrer quelques temps de ce coin perdu, ce bout de terre paumé. J’ai acheté plusieurs cartes IGN détaillées du coin, justement pour m’évader, respirer le bon air de la campagne, cet air de solitude et de bien-être. Je crapahute du matin au soir.

Je reste un long moment à flotter ainsi, remontant des limbes ou n’importe quoi d’autre qui y ressemble. Je suis allongé sur quelque chose de dur, peut-être par terre. Ça sent le moisi, l’humidité enfermée. Mes idées se remettent en place une à une, incertaines. La maison abîmée. Le vieux en salopette. Je me rappelle aussi son invitation pour le café, ma sensation désagréable en face de lui.

Ce matin, la vieille me trace un chemin non répertorié sur la carte. Vous verrez me dit-elle, ça monte un peu, mais une fois en haut, vous aurez une vue magnifique sur la région, le soleil qui se couche dans la vallée, un chemin à l’ombre de la forêt. Allez, prenez cette bouteille et ce sandwich au pâté de foie.

Son regard blanc levé sur moi. Juste avant le choc.

Pourquoi me suis-je arrêté ? Pourquoi n’ai-je pas continué ma route sur ce chemin pentu et sinueux à travers la forêt ? Tout ça, juste pour un café que je pressentais dégueulasse. Le vieux, si vieux qu’il m’en a attendri…

Je fais un geste de défense, anticipant le coup dont le souvenir me revient brusquement ; le mouvement me secoue, m’arrachant un cri de douleur fulgurante dans la tête.

Pourquoi suis-je enchainé dans ce qui ressemble à une vieille cabane, les fers aux chevilles, comme des nœuds d’acier. Pour qui me prennent-ils ? Un esclave ? Un chien ? Suis-je devenu leur nouveau clébard ?

Je m’évanouis à nouveau.

« Des Nœuds d’acier », se méfier des vieux en salopette.

Challenge Thriller et Polars chez Canel.

17 commentaires
  1. 3 avril 2015 , 13 h 05 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Il m’a l’air horrible ton livre !!!! Brrr j’en ai la chair de poule…

    Je ne peux m’empêcher de penser à son frère qui est sur une chaise roulante …

    Ton billet est super bien présenté.
    Je ne sais pas lequel je plains le plus :

    Lui ou son frère …

    • 3 avril 2015 , 13 h 09 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Néanmoins tu n’as mis que trois étoiles, ce qui est déjà pas si mal mais que manquait il pour une étoiles de plus ?

      Je veux savoir sieuplait ! ^^

    • 3 avril 2015 , 14 h 13 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      la vie de son frère ne se résume qu’à deux phrases. Il est plus qu’un personnage secondaire, presqu’un anonyme de passage expliquant son passage par la prison.

      Pourquoi 3 étoiles seulement. Parce que ce genre de thriller n’est plus tout à fait mon genre de littérature, et que par conséquent j’ai eu plus de mal à m’intéresser aux personnages. Si encore il se faisait violer plus d’une fois par la grosse vieille, je ne dis pas…

      Honnêtement, si je ne tiens pas compte de mes goûts, cela vaut 4 étoiles. D’ailleurs Milado et Canel en ont mis 5 et la Belette 4… et nul doute que quand la grenouille le lira, il lui en donnera au minimum 4,5…

  2. 3 avril 2015 , 23 h 07 min - manU prend la parole ( permalien )

    Et j’ai bien l’intention de le lire après un billet pareil !!!
    Les vieilles teigneuses, moi, j’adore !!!
    Et j’en connais pas mal… :D

    • 4 avril 2015 , 14 h 34 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Les vieilles teigneuses, moi, j’adore !!!

      Tu feras moins le malin quand elles t’obligeront à planter ton poireau dans leur con tout fripé…

  3. 4 avril 2015 , 15 h 10 min - canel prend la parole ( permalien )

    Suis retournée voir mon billet, j’oublie très vite et cette lecture remonte qd même à août 2013, je me demande comment je me souviens encore qu’il y a des vieux là-dedans. Non, je plaisante, c’est vrai qu’ils sont marquants et cette ambiance bien oppressante ne s’oublie pas (j’avais zappé par contre le coup du viol). Rectif : j’avais mis 4 étoiles seulement ! Ah non, tu as raison, 4 sur mon blog, mais 5 sur Bbl… et combien sur Libfly ? va p’têt falloir se mettre en accord avec soi-même ! ;-)

    • 4 avril 2015 , 15 h 31 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Bon, ok, je te la fais à 4 étoiles et demie :)

  4. 4 avril 2015 , 17 h 08 min - Une ribambelle prend la parole ( permalien )

    dis-donc ça dépote. Faut pas marcher sur ses plates-bandes visiblement !

  5. 4 avril 2015 , 22 h 05 min - lcath prend la parole ( permalien )

    Moi j’ai adoré ce roman … dur !

    • 6 avril 2015 , 17 h 45 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      un dur roman, effectivement. Si tu es dans l’ambiance, tu te sens enchainé et suffoqué…

  6. 5 avril 2015 , 11 h 58 min - belette2911 prend la parole ( permalien )

    Bon, moi j’avais adoré, mais je suis d’accord avec le fait que l’auteur aurait pu consacrer un peu plus de ligne au frangin…

    Une scène de sexe avec la vieille fripée dont le clitoris devait plus ressembler à un truc rouge de dindon tellement il doit pendouiller entre ses cuisses ?? Beurk, là, on aurait frôlé le livre d’horreur !!

    À la limite, j’aurais bien vu notre prisonnier enculer le vieux en salopette. Genre, avec un gros concombre qu’il aurait cultivé avec amour…

    Les mecs, je vous laisse avec vos poireaux à planter des des vieux cons tout fripé et je m’en vais écluser une bière bien de chez moi ! :P

    Kiss sur vos joues mal rasées ;)

    • 5 avril 2015 , 14 h 09 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Arrête, j’en fais déjà des cauchemars…

  7. 6 avril 2015 , 21 h 58 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Il me fait un peu peur quand même ton livre. Mais je vois de 4 à 5 étoiles ici et là, alors là… pourquoi pas :D

    Pauvre gars, j’imagine que la prochaine fois – s’il y a prochaine fois parce qu’il m’a l’air dans un sale état! – il va y repenser à deux fois avant de s’arrêter pour boire un café. Moi c’est pour ça que j’bois pas de café, bien trop dangereux. Si au moins il avait eu une caisse de BDC avec lui. C’est fou comme le destin tient à peu de choses…

    En plus quelle désillusion tu me fais là. J’ai toujours pensé ne pas avoir à me méfier des gars en salopette. Enfin, les barbus de band rock en salopettes, on s’entend……..… ;-)

    • 6 avril 2015 , 22 h 02 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Moi aussi, j’arrête le café. Par contre, la gnôle des vieux, ça en fouette dans le gosier. Ça te redresse les poils du cul et rien que pour cette expérience, un verre à 70°, ça t’impose une virilité, p’tite dame !

      Mais, les vieux en salopettes, méfies-toi en quand même. Surtout s’ils n’ont pas de barbes…

    • 6 avril 2015 , 22 h 10 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Si ça redresse les poils du cul, alors là, ça en vaut l’expérience en tabarnak!

  8. 18 avril 2015 , 18 h 07 min - Léa Touch Book prend la parole ( permalien )

    J’aime beaucoup cette auteure mais je pense qu’elle peut encore progresser ! :)

    • 18 avril 2015 , 18 h 33 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Ce n’était que son premier. Ce n’est que mon premier.
      Donc, elle peut s’améliorer :)

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS