Les Gardiens du Louvre [Jirô Taniguchi]

Par le Bison le 25 janvier 2015

Catégorie : 3 étoiles, Asie

Quelle foule… T’ai-je déjà dit que j’ai une allergie chronique pour les rassemblements humains. Et tu veux m’emmener voir La Joconde au musée du Louvre. Ce minuscule tableau derrière des dizaines et des centaines de personnes, touristes chinoises, touristes japonaises et mafieuses russes. Si encore il y avait de belles et divines brunes en mini-jupes à mater. Mais avec ce froid si glacial qu’on se croirait au Québec, elles doivent être emmitouflées dans leur zibeline avec un gros bonnet de laine (et pompon en poil de yack) à pouffer de rire… Bref, le musée du Louvre, je n’y ai pas encore mis les sabots. A moins que…

Une fièvre terrible… Du genre hallucinatoire. Les gouttes de sueur qui perlent du front, la température qui frôle celle du soleil dans un concert à Pompéi. Un célèbre mangaka, venu visiter la capitale, et qui apparemment a mangé un peu trop de sushis avariés – ou bu trop de saké chaud avant d’atterrir sur Paris. Il réussit tout de même à se mettre debout, à affronter la foule, et grâce à son billet coupe-file, il parvient jusqu’à la porte surveillée par cinq militaires armés comme en temps de guerre (mais nous devons être en guerre contre l’arrogance humaine). Je me faufile derrière lui. A moi, les chefs d’œuvres de De Vinci et de Van Gogh… …. ….

« Le palais du Louvre est un dédale situé à la frontière du rêve et de la réalité. »

J’ai ainsi la chance de pénétrer ce grand musée parisien. D’y voir de près les plus beaux tableaux, loin de cette foule, de sentir l’intimité du peintre et de, même, les rencontrer. L’un des mystères les plus gardés du Louvre, ses gardiens. Des anges qui me font passer de la réalité au rêve. Mais est-ce vraiment un rêve… N’ai-je pas abusé moi aussi de la Duvel triple houblonnée…

« Nous nous trouvons dans les limbes oniriques de votre imagination. Une dimension bien plus proche de la réalité que du rêve. C’est là que nous vivons, nous autres. Vous autres ? […] Nous sommes les gardiens du Louvre. »

Que penser… Une œuvre dans l’œuvre. Graphiquement, Jirô Taniguchi est toujours au top. Même en couleur, ses dessins foisonnent de détails. Les scènes extérieures sont si belles et si réalistes qu’elles ressemblent à des cartes postales idylliques de la capitale sans pollution ou à des photographies qu’un bison pourrait prendre avec son Canon. D’ailleurs, n’ai-je pas les mêmes ? Par contre, et parce qu’il faut bien un bémol pour contrecarrer l’esthétisme de ce livre d’art, le scénario ne m’est pas apparu des plus emballants. Autant déambuler dans les rues de Tokyo m’avait transcendé avec « l’homme qui marche », autant lire les menus des izakayas tokyoïtes m’avait enthousiasmé avec « le gourmet solitaire », j’ai cependant traversé les galeries du Louvre sans grand entrain, trainant presque la patte, sauf lorsqu’il fut évoqué l’occupation nazie de la capitale et le déménagement des œuvres à l’extérieur pour les sauvegarder dans notre patrimoine nationale.

« Entre rêve et réalité j’erre encore à l’intérieur du Louvre. »

Une errance dans Paris, comme un guide touristique pour les japonais voulant visiter la capitale. Et ainsi leur donner le goût de faire une halte au musée du Louvre entre deux séances de shoppings  entre les Galeries Lafayette et le Bon Marché.

Je laisse le mot de la fin à l’envoyé spécial d’Angoulême :

« Tout cela se conclut sur une ultime rencontre encore plus étrange, intime et inoubliable pour notre héros… »

« Les Gardiens du Louvre », un billet coupe-file pour croiser La Joconde et la Venus de Milo.

Participation 2. Adalana et son challenge

Écrivains japonais d’hier et d’aujourd’hui.

Une opération Masse Critique du site Babelio

en collaboration avec Futuropolis.

15 commentaires
  1. 25 janvier 2015 , 20 h 51 min - Ribambelle prend la parole ( permalien )

    Je trouve que le type de la couverture a un air de François Cluzet (je suis bien à jeun au cas où vous autres ne verriez pas la même image que moi :-) )
    Les dessins sont bien jolis mais bon, je n’aime pas les BD. Et au passage, je suis allée plusieurs fois au Louvre sans passer voir la Joconde.

    • 25 janvier 2015 , 22 h 09 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Après une Duvel, effectivement il a un petit air de Cluzet jeune. Mais bon, tous les hommes dessinés par Taniguchi ressemble à celui-ci…

  2. 25 janvier 2015 , 21 h 06 min - manU prend la parole ( permalien )

    Je partage totalement votre analyse cher confrère envoyé spécial pour Spiritueux Magazine ! :)

    • 25 janvier 2015 , 22 h 10 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      T’as aussi des échantillons gratuits de la part de Spiritueux Magazine ? Ils font des masses critiques aussi ?

  3. 25 janvier 2015 , 21 h 35 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    « …pour croiser La Joconde et la Venus de Milo. » Tu ne te refuses rien dis donc !!!

    Mais voir la Joconde en minuscule devant une foule immense et une Vénus qui ne peut te prendre dans ses bras…. C’est Con quand même ;-) !!! lollll

    Deux avis similaires de deux envoyés très spéciaux ! Néanmoins une envie de découvrir cette BD et le graphisme du grand Jiro :)

    A vous Cognacq Jay :D

    • 25 janvier 2015 , 22 h 11 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Hey Jay ! un verre de cognac pour la demoiselle.

  4. 25 janvier 2015 , 22 h 07 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    « Mais avec ce froid si glacial qu’on se croirait au Québec, elles doivent être emmitouflées dans leur zibeline avec un gros bonnet de laine (et pompon en poil de yack) »

    Les mini-jupes à moins trente, on voit ça seulement dans les rayons de Barbie du Toys « R » Us, section Québec, camping d’hiver. Et ils vont nous faire croire qu’elles sont pas en train de mourir d’hypothermie! Ken est mieux de s’lever d’bonne heure…

    p.s. : le poil en queue de castor c’est plus efficace que le yack :-)
    p.s.s : en effet, on ne se refuse rien!
    p.s.s.s : Live at Pompéi? Ça me sonne comme un “Echoes” familier…
    p.s.s.s.s : elle a l’air bien cette BD!
    p.s.s.s.s.s : j’m’en vais pelleter l’entrée de garage! À moins 25… et pas en mini-jupe, tabarnak!

    • 25 janvier 2015 , 22 h 15 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je te laisse pelleter l’entrée… En mini-jupe, je t’aurais certainement aidé, mais comme tu n’y mets pas du tien, je préfère rester au chaud à boire une tabarnak de bière en écoutant Echoes.
      Tiens donc tu sais pourquoi les castors ont la queue plate ?
      Barbie fait du camping en hiver au Québec, ça intéressait bien ma fille. Chut faut pas lui dire…

    • 26 janvier 2015 , 3 h 06 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      « mais comme tu n’y mets pas du tien »!!! Ah ben celle-là elle est bonne en tabarnak!

      Les castors? Parce qu’ils se la font sucer par les canards. Je la connais!!! mdrrrrr

      Marilou, viens ici, j’ai des p’tits secrets pour toi que ton papa veut te cacher…………

    • 27 janvier 2015 , 16 h 14 min - phil prend la parole ( permalien )

      Tu peux écouter Echoes en te tapant une bière et regarder dehors pendant qu’une autre se tape la neige à la pelle en tite tenue …

    • 27 janvier 2015 , 17 h 13 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Phil!!! J’peux pas croire que ce sont les paroles d’un gars des montagnes. Pffffff……. et moi qui te croyais plus galant que ça! Les mots ont dû t’échapper………

    • 27 janvier 2015 , 17 h 21 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Galanterie, bière et gars des montagnes sont des mots qui ne s’associent pas…

    • 27 janvier 2015 , 17 h 37 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Tabarnak! Tu brises toutes mes illusions!

    • 27 janvier 2015 , 17 h 49 min - phil prend la parole ( permalien )

      je suis désolé, c’est qu’il a neigé aussi chez nous
      Et fallait bien que je soutienne mon Bibi !!!

    • 27 janvier 2015 , 18 h 15 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Bon, si c’est pour soutenir ton Bibi ça va…
      J’ai eu un ti peu peur quand même!

Ajouter un commentaire aux Chrisdu26

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS