Devenir Sienne [Eva Delambre]

Par le Bison le 4 novembre 2014

Catégorie : 5 étoiles, Europe

Mon métro était arrêté en pleine voie depuis bien dix minutes et personne ne savait quand il repartirait. J’en profitais pour me remémorer certaines situations qu’il m’avait fait vivre. Il m’avait imposé plusieurs choses qui revenaient régulièrement.

La première chose qu’il m’avait imposée avait été de le remercier de me permettre de le faire jouir dans ma bouche, après chaque fellation. Je m’y étais très vite habituée.

Confortablement installé sur mon canapé, pas de cuir noir mais d’un brun taupe, j’ouvre les premières pages de ce premier roman d’Eva Delambre. Et d’entrée de jeu, je me sens envahi par cet étrange sentiment qui m’est difficilement définissable mais qui interpelle sérieusement mon esprit, une sensation même de plénitude qui flotte dans la pièce : je regarde alors en bas de la page et vois le numéro 2 s’afficher en police Times New Roman 8. Une conclusion s’impose vite à moi : un livre qui dès la page 2 parle ouvertement d’une fellation, je crois que je vais adorer. Pas besoin de faire les présentations. Droit au vif du sujet, un « suce-moi » direct, franc et jouissif. Oh oui Mmmm, je suis sûr que je vais franchement bien apprécier un tel bouquin.

Deux collègues de travail, un homme, une femme. Puis une étincelle dans le regard, l’envie d’un petit jeu, voilà comment tout cela commence et bascule. Je regarde autour de moi, mes collègues de boulot : un chauve, un gros, un vieux, un barbu. Merde que des mecs. Putain, ce n’est pas à moi qu’une telle opportunité va s’offrir. Faut sérieusement que je pense à une reconversion professionnelle si je veux entretenir l’espoir d’une telle étincelle.

Je me frottai à lui et sentis son sexe dur contre mon ventre. Comme j’aimais son corps contre le mien ! J’avais tellement envie de lui, de son sexe. Je glissai mes mains dans son boxer et le caressai, il gémit tout de suite mais retira ma main. Il s’allongea et je vins le prendre dans ma bouche. Je savais qu’il allait jouir et pris mon temps pour en profiter un peu.

Après quelques va-et-vient, je sentis son sperme gicler dans ma bouche à plusieurs reprises. J’avalai tout comme à chaque fois, et continuai de le lécher doucement quelques instants. Je me rallongeai près de lui, il me prit dans ses bras et me serra contre lui tendrement.

Mais quel pied, j’ai pris à lire ce roman et à suivre non pas les jeux sexuels qui se durcissent de plus en plus et s’enfoncent dans la démesure, mais à poursuivre le cheminement psychologique des deux protagonistes. Parce qu’il s’agit avant tout de se mettre dans la tête de cette femme et de cet homme, qui pour pimenter leurs vies et surtout par amour, vont dériver d’une simple fellation sur un canapé vers un univers plus gothique et baroque de l’amour, celui des chaînes et des fouets, celui de la frustration et de la jouissance. Oui, j’ai joui en même temps que ces deux héros accompagnés de fidèles compagnons partageant la volupté de ces plaisirs extrêmes.

Alors, je reconnais volontiers – et avec une certaine délectation pour les âmes que cela pourrait choquer – qu’il y aura toujours des détracteurs pour trouver que les dialogues ne sont guère développés, mais peu importe l’intellectualisation des mots ou la crudité des phrases, je te rappelle simplement que ta maman a du t’apprendre à ne pas parler la bouche pleine ! Parce qu’il est effectivement et souvent question de bouche… Mais pas que ça ! Soit rassuré, il y en a pour tous les goûts, tous les plaisirs, tous les trous…

- Tu aimes ça, que je te mette ma grosse queue dans le cul hein ! ?

- Oui… oui… j’aime ça… mmmm oui…

- Dis-le ! Chienne !

- Mmmm… oui… j’aime que… que vous me la mettiez… mmm dans le cul… oui… mmmm ouiii… oh oui… Hantz… c’est bon… je… oh ouiiii…

Il continua un long moment, je n’en pouvais plus, j’avais pris le risque de plier les coudes et j’enfonçais mon visage dans le lit pour étouffer un peu mes cris, il me laissa faire. Il finit par jouir dans un râle, s’enfonçant plus fort que jamais en moi, je hurlais. Il se retira et m’ordonna de ne pas bouger, et je restais ainsi, en sueur, haletante. Il me fit relever la tête en me tirant par les cheveux et m’obligea à nettoyer complètement son sexe avec ma langue. Je n’aimais vraiment pas faire ça mais refuser ne me vint pas une seconde à l’esprit. Je finis de le lécher alors qu’il débandait à peine. Il me lâcha et quitta le lit.

Mais ne t’y trompe pas non plus. Derrière ces artifices de cuir, de laisse et de collier, de séances d’humiliation et de violence, il y a une grande et belle histoire d’amour. Avec un grand A et un grand H, quand l’Humiliation se mêle à l’Hamour, à en devenir Humide, à être en Hérection continue sur 436 pages. Je pense qu’il y a toujours à apprendre d’une lecture, à découvrir, à imaginer. Avec « Devenir Sienne » et Eva Delambre, crois-moi, j’ai beaucoup appris. J’ai découvert un autre monde, une forme d’amour que je n’avais pas encore exploré. Même avec une imagination fertile, je n’étais pas parvenu à exploiter cette notion de plaisir mêlé à l’humiliation, cet abandon de soi. Abandon total de son corps pour un amour profond et sans concession.

Dans le ciel au-dessus de ma tête, une multitude d’étoiles scintillent en silence. Je suis heureuse. Heureuse à en avoir le souffle coupé, comme si j’allais mourir étouffée. L’amour et cette étrange sensation où tout s’écroule autour de soi, où le silence demeure et les faits restent. L’acte de la perversion, de l’humiliation, de la frustration ; tous ces actes qui se réunissent dans une seule finalité, la jouissance et le bonheur d’aimer et d’être aimé. Ne te trompe pas, ce livre parle d’amour, même si les dérivés pour y arriver sont « spéciaux».

- Tu devras me remercier chaque fois que je te ferais jouir, tu dois considérer ça comme une faveur que je t’accorde, et non pas comme un dû. Tu es là pour mon plaisir, à moi. Uniquement. Tu n’auras d’ailleurs pas le droit de jouir si je ne t’y autorise pas.
- Oui Maître.

Ce roman est beau, ce roman est intense, ce roman est jouissif. Je vous ai déjà dit que j’avais adoré ce roman ?!…

« Devenir Sienne », appelle-moi désormais Maître.

Une opération Masse Critique du site Babelio

en collaboration avec Tabou Éditions.

14 commentaires
  1. 4 novembre 2014 , 8 h 52 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    En Hamour il n’y a aucune humiliation, aucune Honte, aucune barrière, aucun tabou quand le consentement et la jouissance est réciproque. Il n’y a rien de plus beau quand un Homme et une femme ou deux hommes ou deux femmes …. s’aiment et se désirent violemment, ardemment, quel que soit le moyen d’accéder au Nirvana.

    Haimer s’est se donner sans limite et recevoir sans concession.
    Aimer et être Aimer … quelle « bonne Heure » !

    Une chronique tentatrice
    Un Bison tentateur
    Une Chrisdu26 tentée

    Un sacré billet Le Bison, tu t’es lâché comme d’hab et c’est trop jouissif :
    « … les jeux sexuels qui se durcissent de plus en plus et s’enfoncent dans la démesure … »

    Que j’aime la raideur de tes phrases ;-)

    Je le veux ! … euh…. ce livre… Je veux cette étincelle !

    Bravo Le Bison

    It’s a lot, it’s a lot, it’s a lot … like life…

    :D

    • 4 novembre 2014 , 18 h 00 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Il n’y a rien de plus beau quand un Homme et une femme ou deux hommes ou deux femmes …

      ou une femme et deux hommes, un homme et deux femmes…

      Que j’aime la raideur de …

      Arrête de me flatter, mon vieux cœur ne va pas tenir

      Je le veux !

      Je suis là !

      … euh…. ce livre…

      ah… bien sur… le livre ;)

  2. 4 novembre 2014 , 16 h 14 min - phil prend la parole ( permalien )

    Tout en verge notre Bibison euhhhh verve !
    Tu éjacules là d’un billet qui nous explose en pleine gueule !

    • 4 novembre 2014 , 17 h 01 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Quand il s’agit d’éjaculer, tu peux me faire confiance !

    • 4 novembre 2014 , 19 h 45 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Doit être taché le canapé marron…

    • 4 novembre 2014 , 22 h 30 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      des tâches de bonheur !

  3. 4 novembre 2014 , 19 h 43 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    « J’ai découvert un autre monde »

    Un monde Hot! Chaud comme dans brûlure au troisième degré du majeur ;-)

    Mais surtout et au-delà, à travers tes mots, j’ai compris qu’il s’agissait d’un monde Haut en émotions, en Hamour assez grand pour s’Habandonner et donner vie à nos sens, afin d’y donner un peu de sens, quand tout n’a plus de sens finalement…

    Je lis ton billet et je me dis que ce monde est à la Hauteur des billets que tu nous offres, francs, directs et animés d’une certaine poésie, qu’importe le thème.

    Un billet pimenté à la sauce bisonesque, c’est aussi découvrir un autre monde…

    • 4 novembre 2014 , 22 h 36 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      donner vie à nos sens, afin d’y donner un peu de sens

      C’est tout à fait ça. Tiens, ça me donne envie de faire une pause, de boire une bière, et de relire ta phrase. Une pause, une bière, ta phrase. Une pause, un majeur, ta phrase. Cela se médite lentement, cette phrase, cette bière, ce roman.

  4. 4 novembre 2014 , 21 h 41 min - manU prend la parole ( permalien )

    « être en Hérection continue sur 436 pages »

    436 pages… Si tu as lu ce livre d’une traite, je te tire…mon chapeau !
    ;)

    Comme tu dis Nad, « Doit être taché le canapé marron… » :D

    • 4 novembre 2014 , 22 h 39 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      « être en Hérection continue sur 436 pages »

      436 pages… Si tu as lu ce livre d’une traite, je te tire…mon chapeau !

      Pourquoi, pas toi ? Vue ta jeunesse, tu dois avoir encore garder une certaine forme ;)

      « Doit être taché le canapé marron… »

      Avec les tâches de bière, on ne fait plus trop attention à la couleur du canapé…

  5. 8 novembre 2014 , 9 h 53 min - cristie prend la parole ( permalien )

    Suis-je autorisée à lire ce livre Maître ? ;-)

    • 8 novembre 2014 , 14 h 29 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Bien sur, mais commence par te mettre à genoux !

  6. 27 novembre 2014 , 1 h 50 min - Varga prend la parole ( permalien )

    Je cherchais un livre à lui faire lire…. je pense avoir trouvé..Ce sera une lecture particulière évidemment.

    • 27 novembre 2014 , 9 h 20 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      particulière mais tellement tentante… pour faire découvrir à sa sienne…

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS