I’ll Never Get Out of This World Alive [Steve Earle]

Par le Bison le 11 septembre 2014

Catégorie : 3 étoiles, Country & Lo-Fi

Sors tes santiags et ton Stetson. Prends ta gratte et ta chemise à carreaux. Soirée Country inspirée par Hank Williams et chantée par Steve Earle. Une méditation sur la mort mystérieuse de Hank mise en musique par un autre cow-boy (et mise en littérature aussi sous le même titre, je ne quitterai pas ce monde en vie, encore et toujours du noir).

Tandis que la comtesse me fait découvrir le fiston folkeux dans un voyage autour d’une galette noire, direction Yuma, Arizona, je repasse boire une bière avec le vieux, pour cet album à la teinte très country enregistré entre Nashville te L.A.

Cela sent bon la bière chaude, cette poussière qui te colle sur la langue et cette musique balayée par le vent. Nashville, Johnny Cash et Elvis Presley. Nashville berceau de la musique country où les groupes de rock viennent enregistrés maintenant leurs méfaits, The Black Keys, The White Stripes…

L’harmonica et les rythmes chaloupés qui laissent entrevoir le décolleté d’une serveuse plantureuse. La country a du bon, et celui-ci est même un bon cru, pas comme cette bière qu’elle te sert dans ce bouge. De toute façon, tu n’y vas pas pour la bière, mais juste pour te taper la serveuse, et dépoussière ta bouche.

Pas aussi dansant qu’un Copperhead Road, cette galette plus dorée que noire reste une invitation à un voyage mélancolique sur la route tracée entre Tennessee et Californie. Et aux détours d’un virage, sur ta bike vrombissante, tu croiseras certainement l’ectoplasme de Hank Williams, qui rôde sur chaque plage de cet album.

« I’ll Never Get Out of This World Alive » [2011], la ballade fantomatique de Hank Williams.

10 commentaires
  1. 12 septembre 2014 , 7 h 20 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Quel homme ce goût, ce Bison. Steve Earle, la plantureuse serveuse et son décolleté,le fantôme de Hank (que de fantômes dans ce pays, Elvis, Robert Johnson,etc…), et une citation de la Comtesse :) .Merci l’ami.

    • 12 septembre 2014 , 8 h 34 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Oui, un goût même fort prononcé pour le décolleté des plantureuses serveuses !

  2. 12 septembre 2014 , 21 h 13 min - belette2911 prend la parole ( permalien )

    ♫ J’ai la guitare qui me démange, alors je gratte un p’tit peu ♪

    C’est toi qui m’a dit de prendre ma gratte… Non, cette zique là n’est pas pour moi… :/

    • 12 septembre 2014 , 22 h 12 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      On s’en fout de la zik. On regarde les décolletés et on boit de la bière.

    • 13 septembre 2014 , 10 h 19 min - phil prend la parole ( permalien )

      Salut Belette
      Tu lui dis que c’est saoulant
      Et pourvu que ses sens s’enivrent
      Il sera tout content l’Bibison !

      (et entre nous …. je supporte les décolletés certes, mais c’est pas ma came non plus ! ….. mais chut !)

    • 13 septembre 2014 , 12 h 07 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Comment ça ? Pas ta came ? Les décolletés, les pantalons moulants ou les mini-jupes en jean avec santiags, les chemisiers deux tailles trop petits. Ce sont tous ces petits détails qui font la country music !

    • 13 septembre 2014 , 17 h 29 min - phil prend la parole ( permalien )

      Et toi, j parlais à Belette !
      pour décolletés suis ok, petits chemisiers trop court ok, ti cul dans jean moulant ok
      mais la zic country désolé mais non !
      Ou faudrait que j’boive plus fort, genre whisky sais pas ?

    • 13 septembre 2014 , 19 h 37 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      les décolletés, les chemisiers déboutonnés, les culs et le whisky… Tout ça pour lui, et môssieur râle parce qu’un cow-boy chante une histoire d’amour en se gratouillant la guitare…

  3. 16 septembre 2014 , 8 h 49 min - manU prend la parole ( permalien )

    J’ai bien une chemise à carreaux quelque part mais ni santiags, ni Stetson, ni gratte…

    • 16 septembre 2014 , 8 h 53 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      C’est un début. Le reste n’est qu’accessoire. Une chemise à carreaux te suffit pour te taper n’importe quelle serveuse du coin, du cru.

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS