Patty Diphusa [Pedro Almodovar]

Par le Bison le 12 mai 2014

Catégorie : 4 étoiles, Europe

« La critique spécialisée affirme que mes rôles érotiques portent en eux quelque chose d’inclassable qui me rend unique et qu’on a de toute façon pas l’habitude de voir dans ce genre de sous-produit. Alfonso Sanchez a été très gentil avec moi : « Quand tu fais une fellation, le spectateur ne remarque que tes yeux et ta bouche. » On a beau dire, mais je suis avant tout une actrice. Pourquoi le cacher ? Et puis n’ayons pas peur des mots : non seulement j’ai un corps qui rend fou les hommes, mais en plus je suis intelligente. »

Ce soir, je t’aurais volontiers parlé de Penelope Cruz… Forcément pour écrire une chronique sur Pedro Almodovar, il faut d’abord voir les belles femmes qui l’entourent, ses muses. Penelope est belle, sublime, avec une chute de rein à me faire bander, même dans un cercueil. Mais pas ce soir. J’ai trouvé mieux dans son univers, en la personne de Patty Diphusa ! La meilleure tailleuse de pipe de tout le chaud Madrid. Tu peux me faire confiance, bien que je n’aie pas eu la chance de sentir le parfum de ses lèvres ; mais Patty est comme ça, sûre d’elle et c’est bien de sa bouche que l’affirmation en est sortie.

La « Vénus des Lavabos ».

Elle m’emmène dans tous les coins branchés de Madrid. En star du porno affirmée, elle assure à me faire rougir de plaisir avant de jouir de ses mains ou de sa bouche. Elle est tout ce que peut représenter de la chaleur des nuits madrilènes. Des rencontres, des taxis, des producteurs. Elle en voit passer du monde. Belle et intelligente, Patty ravage tout sur son passage. Alors que tu n’oses même pas lui demander un autographe, elle te le donne de bonnes grâces, devançant tes désirs même inavouables. Généreuse et humaine.

« Tout en parlant j’ai posé ma main sur la braguette du type, et je me suis rendu compte qu’il était presque aussi excité que moi le salaud ! Comme nous n’étions pas loin de la maison de campagne, paradis de l’amour libre, nous avons fait l’amour. Il m’a dit de faire attention, de ne pas lui laisser de marques, qu’il était un garçon… très sensible. Tout y est passé. A la fin, alors qu’on s’habillait, il m’a avoué que c’est la première fois qu’il léchait une chatte…, cet aveu m’a rendu morose. MOI, la plus moderne, la plus experte, celle que plus rien n’émeut, mêmes les mots accompagnés de quelque chose en plus, du genre rivière de diamants par exemple, eh bien cette fois j’ai été émue. Bien que je sois une star du porno, je suis terriblement sentimentale. »

Mais le sexe sans sentiment laisse un goût d’inachevé, même dans la bouche. C’est pour cette raison que Patty est aimante, et qu’elle n’hésite pas dans ses actes. Etre entière. Ne pas tricher et donner tant de plaisir à ces rencontres, à ces vies croisées, à ce destin qui unit les hommes et les femmes. Même pour une heure, une nuit. Surtout pour une vie.

Patty ? Oui. C’est un tel plaisir de te retrouver ce soir, ici, avec moi…

« Nous allons fêter nos retrouvailles en BAISANT COMME DES BETES TOUTE LA NUIT. Aujourd’hui, j’ai essayé de t’oublier en faisant l’amour une dizaine de fois, mais la BAISE DE LA RECONCILIATION SUR L’OREILLER est toujours la meilleure. »

Patty écrit sa vie, sous forme de chroniques littéraires, une autre forme de son talent, après ses fameux romans-photos pornographiques. Dire que tu ne pensais pas que cela puisse être possible ; rencontrer une femme aussi intelligente et aussi bonne fellatrice. Il était temps de t’inviter dans sa vie. Car avec elle, tu découvres la « movida » et son esprit festif. Le temps de quelques courts chapitres en autant d’épisodes de sa vie. Une vie rapide qui saura t’amuser, te faire fantasmer ou t’acoquiner.

« Patty Diphusa, c’est moi ! » : voilà donc le cri du cœur de manU affichant à la blogosphère un officiel coming out !

« Dans ma courte et intense vie, mon cœur n’a battu que trois cents fois d’émotion. Celle-ci en était une. »

Ce que je peux aimer les putes almodovariennes…

« Patty Diphusa », une fellation et au lit.

12 commentaires
  1. 12 mai 2014 , 22 h 55 min - manU prend la parole ( permalien )

    C’est plutôt un outing ça ! ;)

    « une fellation et au lit », ben moi, ça me va !…

    • 13 mai 2014 , 16 h 37 min - phil prend la parole ( permalien )

      moi aussi !
      j ‘adhère !

    • 14 mai 2014 , 9 h 47 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Le vrai savoir-vivre !
      Une tradition à ne pas perdre.

    • 15 mai 2014 , 11 h 57 min - phil prend la parole ( permalien )

      ouai quand tu as ce qu’il faut a la maison …

    • 15 mai 2014 , 22 h 30 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      sinon, tu vas à la maison d’à-côté ! ;)

  2. 13 mai 2014 , 22 h 27 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Regardez moi tous ces mecs en rut !!!!

    Et l’Amour dans tout ça hein ??? Un peu de sentiment que diable !

    • 14 mai 2014 , 9 h 48 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Heu l’amour, c’est quoi ?

      Mais les sentiments passent aussi par la fellation ! ;)

      Un bison en rut ! (malgré son grand âge)

    • 16 mai 2014 , 10 h 32 min - phil prend la parole ( permalien )

      les sentiments …. c quoi ???
      désolé j’y crois plus …

  3. 13 mai 2014 , 22 h 49 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    « Ce que je peux aimer les putes almodovariennes… »

    Tu mets la barre très haute ! Patty, Penelope Cruz, Rossy de Palma, Victoria Avril… etc…

    Un billet hot, très sensuel et vrai …
    Une Patty que je ne connaissais pas et que j’ai bien envie de connaître…

    • 14 mai 2014 , 9 h 51 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      etc… effectivement !
      Pourquoi ne se contenter que de celles-ci…

  4. 14 mai 2014 , 3 h 10 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Je ne manque jamais un film d’Almodovar, il n’y a donc aucune raison pour que je passe à côté de ce roman. Il donne vraiment envie !

    Ce roman qui, si je comprends bien, est aussi sensuellement explosif que ses films, le visuel en moins. Quoi que, l’esprit est fort efficace en ce sens….

    Charnel et érotique, débridé, touchant à l’essentiel, cet Almodovar est vraiment étonnant. Un homme d’exception.

    • 14 mai 2014 , 9 h 54 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      La première histoire, celle de la venus des lavabos, ressemble effectivement à ses films des années 80…

      Ensuite, quelques petites nouvelles, d’intérêt et de qualité divers, et un petit texte, genre essai, sur sa vision du cinéma.

      La première partie est marrante, faut aimer la fellation, la seconde intéressante pour ceux qui apprécient le réalisateur.

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS