Patagonia Tchou-Tchou [Raul Argemi]

Par le Bison le 21 mai 2014

Le billet en poche, j’embarque dans la « Trochita », une vieille locomotive qui traverse la Patagonie argentine aux confins du désert, de la pampa et de l’isolement extrême. Une vitesse phénoménalement lente qui donne envie de sortir l’appareil photo à chaque longue courbure de virage. D’ailleurs, je me mêle à cette bande de touristes écolo-alter-mondialistes allemands déjà installée dans le premier wagon. Pas de première classe, ni même de classe économique, juste deux wagons. Et puis parmi ces touristes, il y a Lotti et Clara, deux chouettes nanas qui portent admirablement bien le minishort.

« Lotti l’avait pris en main et, en moins de temps qu’il n’en faut pour dire ouf, il s’était retrouvé à plat dos sur le lit de camp, couché sous la Hollandaise à califourchon.

Bairoletto était plutôt en petite forme et, dès le début de la chevauchée, il se rendit compte que cela irait trop vite. Alors il recourut au vieux truc de ses réciter les tables de multiplication. Mais il n’arrivait pas à dépasser la table de deux parce que la femme était bien mieux nue qu’habillée et que voir ses seins monter et descendre le déconcentrait. »

Première gare, dix minutes d’arrêt. Le temps de faire le plein d’eau – pour la locomotive, et de maté pour les régionaux. C’est à ce moment-là que mon voyage bascula. Lorsqu’un certain Butch Cassidy accompagné de son acolyte Bairoletta montèrent dans le train pour ce qui fut ma première prise d’otage. Cela tourna court, ils se rendirent compte que nous n’étions pas là pour leur mettre des battons dans les roues, touristes bien dociles et admiratifs prêts à les aider pour libérer le frère de Butch que des policiers feront monter à bord à la prochaine gare.

« Avec un sein dans chaque main, les mamelons rosés dépassant entre ses doigts, il se souvint de ce que lui avait dit Clara.

« Jésus, pensa-t-il, je m’en bats les couilles que ces nichons soient dues à la chirurgie esthétique. Donne m’en quatre, petits Jésus. »

Ce fut en ce moment de révélation mystique que Lotti commença à haleter, les yeux humides et voilés. Bairoletto abandonna alors les mathématiques et se laissa aller quand la femme atteignit un orgasme paroxystique, souligné par ses cris.

- Olé ! Olé ! Olé, olé, olé, olé ! »

Je ne peux me remettre d’une telle expédition à travers les 400 km de cette voie, à bord d’un train d’un âge bien dépassé. Dépaysement garanti, d’autant plus que les aventures de Butch Cassidy ne furent pas de tout repos et que les évènements les plus rocambolesques se suivirent à chaque gare, à chaque arrêt pour ravitaillement en eau de la locomotive. Rien n’a été prévu, tout arrive… Du sexe, un accouchement, une tempête et comme nous sommes en Argentine, même un match de football. Diego Maradonnnnaaaaa.

Du loufoque, une ambiance de western, un roman noir sans sang qui gicle, quelques coups de feu par erreur, et surtout beaucoup d’humour. Un roman plein de fraicheur au-delà de la pampa argentine, boire du maté et faire griller des côtelettes dans le second wagon, deux belles touristes, un conducteur de locomotive russe, un politicien véreux et arriviste et comme toute bonne attaque de train du far-west, Butch Cassidy. Raul Argemi n’oublie pas non plus de distiller des petites notes de satires sociales et politiques à cette bouffonnerie patagonne. Bref, un roman noir, pas si noir que ça, mais bien distrayant et bien original.

« A perte de vue, la neige tombait, semblable à une pluie de plumes de colombe, et estompait les limites du désert. Jamais il n’aurait imaginé que les cahots sur les rails et les mugissements réguliers de la petite locomotive puissent exprimer une telle solitude, un tel abandon. Il fut pris de la nécessité impérieuse de dire quelque chose avant que sa gorge ne se noue davantage, mais les mots lui manquaient et cela le mit en colère.

- Putain, Butch, putain de ta mère ! »

« Patagonia Tchou-Tchou », un aller-simple pour la Patagonie.

30 commentaires
  1. 21 mai 2014 , 15 h 36 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    J’envie le côté mer, mais ces confins du désert donnent aussi à rêver, la prise d’otage en moins..

    J’aime bien de temps en temps me plonger dans le dépaysement d’un western. Je pense que ce que j’aime surtout dans ces romans c’est le contraste entre la solitude des personnages et des lieux, et la fougue qui les habite. Quête ou conquête ? Un contexte qui se prête à l’humour noir et sarcastique, j’adore…

    Réciter les tables de multiplication, il a de drôle d’idées ce Bairoletta !
    Bénies soient les « révélations mystiques ». mdr…
    Olé! Olé! Olé!

    • 21 mai 2014 , 19 h 55 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Olé !

      ces confins du désert donnent aussi à rêver, la prise d’otage en moins..

      Et pourtant je rêverai d’une prise d’otages avec Lotti et Clara.
      Olé !

      le contraste entre la solitude des personnages et des lieux, et la fougue qui les habite.

      Ces endroits quasi déserts et au milieu de nulle part, un paysan qui te sert le maté, rigole et te tape dans le dos.

      Réciter les tables de multiplication, il a de drôle d’idées ce Bairoletta !

      6×9
      Olé !

    • 22 mai 2014 , 1 h 38 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Certain que sous cet angle, en inversant les facteurs A et B, le produit est significativement plus Olé Olé..

    • 22 mai 2014 , 12 h 05 min - phil prend la parole ( permalien )

      Le bibison s’est planté dans le 69 !

    • 22 mai 2014 , 14 h 14 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      C’est qu’il est si remué qu’il en est sens dessus dessous. Ou plutôt sans dessous dessus..

    • 22 mai 2014 , 14 h 24 min - phil prend la parole ( permalien )

      A croire qu’il broute n’importe koi ce Bibison !

    • 22 mai 2014 , 15 h 06 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      He là, je ne broute pas n’importe quoi, ni n’importe qui d’ailleurs !
      Il me faut du beau gazon, bien taillé, qui sent bon la nature et la fraicheur d’une matinée ensoleillée ou la moiteur d’une après-midi d’été…

    • 22 mai 2014 , 15 h 19 min - phil prend la parole ( permalien )

      et c avant ou après une binouze ???

    • 22 mai 2014 , 15 h 26 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      pendant !

    • 22 mai 2014 , 16 h 00 min - phil prend la parole ( permalien )

      faut que ca pétille sous la langue !

  2. 22 mai 2014 , 21 h 57 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Euh … kesako une binouze ? ^^ connais pas cette expression…

    Une ballade féroviaire qui me semble bien sympa en pays latino-amréricain…
    Je te rappelle pour ne pas que tu oublies… je suis bilingue ^^ ;)

    Kesako binouze ?

    • 22 mai 2014 , 22 h 21 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      je suis bilingue

      Deux langues ? Pour donner deux fois plus de plaisir…

    • 22 mai 2014 , 23 h 24 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      « Deux langues ? Pour donner deux fois plus de plaisir… »

      Une bière s’il vous plait !
      Una cerveza por favor !

      Deux fois plus de plaisir oui ;)

  3. 22 mai 2014 , 22 h 37 min - manU prend la parole ( permalien )

    V’la t’y pas que la chrisdu26 sais pas s’qu’o l’est qu’une binouze !!!
    Même moi je sais !!!
    Rhaaaa la blondasse… :D

    Sinon, cet aller simple en Patagonie me semble bien divertissant…

    • 22 mai 2014 , 22 h 46 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Rhaaaa la blondasse… :D

      Je n’ai pas osé le dire.
      A croire qu’elle s’est fait une couleur pour camoufler cet état de fait !

    • 22 mai 2014 , 23 h 22 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Pfffftttttttt J’y crois pas… !!!!! v’la qu’il me traite de blondasse l’autre avec son accent charentais !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      Moi une blonde !!!!!! tu m’as pas bien regardé je crois !!!!!

    • 23 mai 2014 , 9 h 19 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      l’autre avec son accent charentais !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      Un accent charentais ! ça donne quoi ?????

    • 23 mai 2014 , 9 h 54 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Ca fait un accent bien campagnard avec de la bouse jusqu’aux genoux…

      Attention je n’ai rien contre les paysans, que ce soit bien clair entre vous et moi ^^

      ;)

  4. 22 mai 2014 , 23 h 31 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Je suis quand même allée voir sur le net histoire de m’endormir moins blonde… ben moi qui m’attendais à un truc sexuel, c’est raté !!!! Je suis déçue !!!

    Una binouza por favor !!!!!!!! ptdrrrrr ….

    Je suis moins blonde manU par contre toi tu as toujours ton accent charentais surtout quand tu me chantes « Happy Birthday to you » au téléphone

    Hou que je ris !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Sans rancune ? ;)

    Je donne des cours de chant si tu veux :)

    • 23 mai 2014 , 1 h 16 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Comme toi Chris, j’suis allée voir sur le net, me suis dit il parle de quoi là ! Ces histoires de binouze, jamais entendu parler de ça. Après ils vont dire qu’au Québec on a des expressions bizarres. Pfffffff On sera deux à se coucher moins blonde.. ;-)

    • 23 mai 2014 , 1 h 20 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Après la version espagnole, la québécoise donnerait à peu près ceci: « Tabarnak j’veux une binouze! »

    • 23 mai 2014 , 9 h 55 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      bienvenue au club des blondes Nadine ;)

    • 23 mai 2014 , 10 h 27 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      des blondes, certes, mais assoiffées de binouzes…

    • 23 mai 2014 , 10 h 32 min - phil prend la parole ( permalien )

      Haaaaalala cher Bibison, j crois qu’elles sont toutes les mêmes, sauf maman !

  5. 23 mai 2014 , 17 h 47 min - manU prend la parole ( permalien )

    Vengeance…………………………………………

  6. 24 mai 2014 , 15 h 53 min - Guillome prend la parole ( permalien )

    dingue, ce midi je regardais ma PAL et j’ai ressorti ce bouquin en me disant que cela faisait trop longtemps qu’il était resté là bien sagement sans être lu ! bon cette fois-ci je m’occupe de lui !

    • 24 mai 2014 , 22 h 42 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Tu as raison. Sors ton poncho, prends un disque de Florent Pagny et monte à bord de la Trochita.

  7. 4 décembre 2014 , 17 h 14 min - Raúl Argemí prend la parole ( permalien )

    Perdón por llegar tarde. ¿Quién no recitó alguna vez las tablas de multiplicar?

    • 4 décembre 2014 , 22 h 15 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      El autor que viene visitarme. El honor supremo, aunque hubiera preferido a Lotti o Clara en pantalón corto. ;)
      Siempre me pregunté para qué servia de conocer sus multiplicións de memoria.
      Ahora, gracias a usted comprendí y tomo mucho gusto de recitármelo interiormente.

    • 4 décembre 2014 , 23 h 30 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Pero Dime una cosa Bisonte : Hasta cuanto sabe multiplicar haora ? :D
      Ja ja ja !!!!

      Que suerte hombre ! Una palabre del Maestro Raúl Argemi !

      Tres Quilmes por favor y Salud !

      ;-)

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS