Le Live : Still Loving You

Par le Bison le 22 mars 2014

Autre époque. Un café, une place. Une terrasse, des passantes. Je m’assois. A côté de moi, un gars, pas encore chauve mais presque, pas encore titubant mais presque. Le soleil se couche. Une blonde arrive. Elle s’assoit à sa table. Le chanceux. Une seconde blonde passe. Elle est pour moi celle-là. Je la regarde avec légèreté. Toujours commencer la soirée par une blonde, pour sa futilité, et non pas son esprit. Elle ne restera pas en mémoire, mais elle t’émoustillera les papilles dès les premières lueurs de la nuit. Time, it needs time. Je regarde le gars d’à côté, celui qui n’est pas tout à fait chauve. On se comprend sans rien se dire. C’est notre force. Mais il est temps de changer. Pas de lieu. La terrasse est à nous, profitons du panorama. Deux rousses arrivent. Belles robes, un parfum subtil. La fragrance d’une rousse est toujours spéciale, le genre à nous envouter. Délicate et sucrée. Love, only love. Mais attention ne pas abuser,  sous peine de s’en lasser et de frôler l’écœurement. La rousse se laisse séduire mais point trop n’en faut. L’heure tourne, le gars est toujours à côté de moi. Toujours pas d’échange verbale ou si peu. Pas besoin, pas nécessaire. La communication cérébrale, tu connais ? Des années d’expérience, de pratique et de partage. Tiens à propos de partage. Une sublime brune s’assoit à sa table. Le veinard. Elle est belle. Il veut la partager avec moi. Elle refuse. Elle vient à ma table, finalement. Point de partage me dit-elle. Alors, je fais signe à une autre brune de venir rejoindre la table d’à-côté. Deux gars, deux tables, deux brunes. Toujours finir avec une brune. Nettement plus romantique, nettement plus épicée. Une brune, c’est pour passer la nuit avec. I will be there, I will be there. Love, our love. Souviens-toi, l’ami, le gars d’à-côté, presque chauve, presque silencieux. Souviens-toi, Phil. Voilà, c’était mes souvenirs d’antan, quelque peu romancés, mes souvenirs de Paulaner, en trois couleurs : blonde, rousse et brune. Dans cet ordre. Il y a aussi la blanche, mais elle, nous la laissâmes aux autres. Faut partager, même les bières. Mais, je ne sais pas ce que tu en penses, mais les brunes sont nettement meilleures, et même avec l’âge…

Au fait, à cette époque, en savourant ces Paulaner, nous pouvions écouter Gold Ballads… et peut-être que, les yeux plongés dans cette brune nous chantions à tue-tête, un peu fou, un peu bourré,

I’m still loving you, I need your love

De grands morceaux de concert

Pour les amoureux de la musique,

Les amoureux du live

Et les amoureux du Bison !

18 commentaires
  1. 23 mars 2014 , 13 h 19 min - manU prend la parole ( permalien )

    Ça le fait grave !

    • 23 mars 2014 , 14 h 49 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      La Paulaner ou la guitare ?
      La Blonde ou la Brune ?

  2. 23 mars 2014 , 16 h 55 min - belette2911 prend la parole ( permalien )

    Scorpions… une belle balade pour sketer la braguette… Vanessa Mae a du talent avec son violon (autrement que Christophe Mae) et j’avais été surprise la première fois que je l’avais entendue en jouer. C’est électronique, ça pulse et j’aime bien ;)

    On p’tite danse, le Bison ?

    • 24 mars 2014 , 9 h 14 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      J’ai du sortir mon dictionnaire wallon pour le mot sketer ;)
      J’ai l’impression que tu as du en descendre des braguettes sur cette balade…

  3. 23 mars 2014 , 21 h 43 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Tu m’étonnes que ça le fait grave!!!!!!
    Ben comment ce fait il que je ne connaissais pas cette belle brune Vanessa Mae ^^ ?

    Le violon se marie bien à ce morceau! Trop beau ! Il fallait oser

    Que de souvenirs sur « Still loving you »…

    • 24 mars 2014 , 9 h 15 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Par contre, cette belle brune semble avoir un peu disparu de la musique…

      Un jour, peut-être me raconteras-tu tes souvenirs de « Still loving you »…

    • 24 mars 2014 , 13 h 50 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Pour cela il va falloir être très très sage ;)

    • 24 mars 2014 , 14 h 42 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      la sagesse est ma qualité première ;)

  4. 25 mars 2014 , 12 h 23 min - phil prend la parole ( permalien )

    Sacré Bibison !
    C’est comme une spéciale (dédicace !)
    Les faire passer dans ce sens, c’est une bonne graduation, c’est jouir et se réjouir de ce plaisir. Il faut juste être bien accompagné!
    Et pour un pas encore chauve mais presque, il en attire hein !!!
    Certes, c’est se fendre les cheveux en 4 pour y arriver d’où le résultat !
    Tiens tu sais ce que disait Schopenhauer des blondes, des rousses, des brunes, des femmes quoi ?:  » La femme est un animal à cheveux longs et à idées courtes ». Alors tu bois !
    Mais comme disait Stendhal: »La chance s’attrape par les cheveux, mais elle est chauve » alors on boit !
    Pour finir sur le comptoir des écrits, ne sortons pas du sujet. Je laisse la parole à Tran Nguyen Dan :
    « A quoi peut servir d’avoir lu trois mille livres, quand, les cheveux blanchis, on reste indigne de l’amour du peuple ? »
    Buvons !

    • 25 mars 2014 , 13 h 26 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      je trinque à ces bons mots et à ce Schopenhauer…

    • 25 mars 2014 , 13 h 47 min - phil prend la parole ( permalien )

      Trinquons en évitant le cheveux sur la langue !

  5. 28 mars 2014 , 18 h 01 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Beaucoup de choses dans ce post…
    Scorpions, le groupe qui sommeille dans mon cœur aux côtés de Pink Floyd.
    Une chanson qui me remue l’âme de souvenirs intenses.
    Une brune superbe, violoniste, raffinée.
    Et surtout, un hommage à l’amitié. Celle partagée avec ce gentleman amoureux de la tarte au citron meringuée…. C’est beau ça Bison de faire d’aussi belles dédicaces. J’adore ces gestes…
    (j’arrive d’une virée à Toronto, sinon, je serais venue ici bien avant..)

    • 28 mars 2014 , 18 h 38 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Une chanson qui me remue l’âme de souvenirs intenses.

      T’as du faire tourner la tête de nombreux chum sur ce titre…

      Et surtout, un hommage à l’amitié. Celle partagée avec ce gentleman amoureux de la tarte au citron meringuée…

      C’est qu’il le mérite le gars amoureux de la tarte au citron meringuée. A supporter mes conneries, mon alcoolémie, mon mutisme…

      j’arrive d’une virée à Toronto

      Toronto et ses quartiers chauds…

    • 28 mars 2014 , 18 h 49 min - phil prend la parole ( permalien )

      Hey vous 2, calmez vous un peu !
      Bibison, faudra me présenter cette Nadine parce qu’une femme qui aime Pink Floyd, le Hard, le violon, la brune et qui perce ta personne, je dis ca vaut le détour !
      Quand a toi, cher Bibison, je n’ai en aucun cas du supporter tout ce que tu dis mais j’ai apprécier tout simplement la personne que tu es, l’âme qui était là.
      C’est vrai que la tarte au citron meringuée y est pour quelque chose … mais chut, Qu’elle était bonne hein !

    • 28 mars 2014 , 19 h 58 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      faudra me présenter cette Nadine

      Cap à l’Ouest, tout à l’Ouest.
      Prends tes patins à glace, elle fait du Hockey !

      l’âme qui était là.

      C’est pas vrai, tu t’es remis à boire !
      Tu entends le nombre de conneries que tu écris quand tu bois…

      Qu’elle était bonne hein !

      je ne sais pas ; tu prenais toujours la dernière part… Heureusement que je gardais une rondelle de citron pour mettre dans ma Blanche.

    • 29 mars 2014 , 10 h 28 min - phil prend la parole ( permalien )

      Et non je navet pas bu, pas encore en tt cas !
      La rondelle de citron c’était pas plutôt dans ton gin ???
      La rondelle c’était pas dans ton jean hahaha des conneries y’en a ce matin, mais c’est normal, hier soir j’ai bu, c’est les restes !

  6. 28 mars 2014 , 20 h 43 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Le hockey ? Hum… qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour faire rire ses deux p’tits bisons… Nan, moi, il faut me parler de nature sauvage, de randonnée et de guêtres, d’un lac isolé, d’un repli de terre à l’abri des regards, d’un coucher de soleil, loin de la turbulence de la ville… et de tarte au citron… 

    • 29 mars 2014 , 10 h 24 min - phil prend la parole ( permalien )

      Ohhhh mais c exactement ca, merveilleux mais sans les guêtres pour moi !

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS