La Mer [Yoko Ogawa]

Par le Bison le 13 mars 2014

Catégorie : 4 étoiles, Asie

La mer, des poussins et des papillons. Trois papillons qui virevoltent autour de moi. Peut-être même plus, dans le bureau de dactylographie Butterfly. Un vieux poète, une jeune fille muette. Sept petites nouvelles – deux d’entre elles font même moins de 4 pages – pour retrouver l’univers poétique de Yoko Ogawa. Des histoires tendres, pleines d’humanisme, des rencontres et des souvenirs.

On entend les voix des dactylos dans le bureau que lors des collations. Pour savoir s’il y a des fautes dans ce qui a été tapé, l’une lit l’original tandis que l’autre vérifie le tapuscrit.

« …Quand on établit, comme le montre le tableau 3, la densité de culture du liquide séminal au stade où il est transporté du canal déférent vers la vésicule séminale… La torsion du corps spongieux de l’urètre et du corps caverneux peut atteindre 720 degrés (photo 9)… La proportion de sperme dans le liquide organique prélevé à l’aide d’une aiguille à travers le scrotum du patient A… »

Pour ne pas le céder au bruit des machines, la lectrice doit crier à tue-tête.

- Ici, il y a une faute. Le kan après gland n’est pas le caractère de canal mais de couronne.

- Il me semble qu’à la page précédente il y avait le même mot…


Yoko Ogawa m’a souvent habitué à ces recueils de nouvelles, même si je me sens plus transporté par ses romans courts. Et parce que toutes les nouvelles ne peuvent pas être d’un même attrait, j’ai apprécié de fait ce recueil comme un ensemble de scénettes, vague à l’âme et partage avec les autres. Pourquoi ? Pour la simplicité des rapports humains, pour la musicalité des vagues et de la mer, pour le bruissement des ailes de papillon et des machines à écrire, pour la sensualité qui se dégage de certains idéogrammes japonais (as-tu déjà pensé à caresser le mot « vagin » ?), pour l’harmonie qui existe entre les générations (un thème récurrent chez cette auteure), pour Yoko tout simplement et sa plume délicate.

Pas la peine de te raconter toutes ces nouvelles, mais elles te feront peut-être rêver, elles pourront t’émouvoir, elles te transporteront sous les cieux d’une autre constellation. Regarde par la fenêtre : tu vois la mer ? Moi je vois ces papillons sortir de la machine à écrire…

« C’est dans les mots ordinaires que se trouve la vérité »

« La Mer », le vol des papillons, le bruissement des vagues.

17 commentaires
  1. 13 mars 2014 , 23 h 09 min - manU prend la parole ( permalien )

    Du Japon, de l’alcool, du sperm, pas de doute, on est bien chez le Bison…
    ;)

  2. 13 mars 2014 , 23 h 20 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Wahou quelle poésie dans tes mots, dans tes images…

    « Musicalité des vagues et de la mer » … J’adore !
    « bruissement des ailes de papillon » …. Ôh que c’est beau !
    quelle belle image!

    « As tu déjà caressé le mot vagin »… Ben le mot non ! ^^

    C’est l’effet « Ogawa » ?

    La couverture du livre est très belle, un beau billet tout en douceur, un livre que je note pour retourner vers cette auteure et entendre la musicalité de la mer, des vagues et le bruissement d’ailes de papillon…

    Merci

    • 14 mars 2014 , 8 h 56 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      quelle poésie dans tes mots, dans tes images

      C’est juste l’effet papillon…

      Ben le mot non !

      Pause. J’essaye d’imaginer la scène… Vas-y, tu peux reprendre…

      un beau billet tout en douceur

      Je ne suis que douceur. Quelqu’un en doute ?

  3. 14 mars 2014 , 7 h 11 min - Jack prend la parole ( permalien )

    « C’est dans les mots ordinaires que se trouve la vérité »…

    Mais cette auteure les assemble d’une manière assez extra-ordinaire je trouve…d’une poèsie subtile et à la fois très forte…un énorme plaisir de lecture…

    Le mot le plus souvent « caressé », c’est quand même l’espoir……….

    • 14 mars 2014 , 8 h 53 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      moi, je caresserai d’autres mots, dans l’intimité…

  4. 14 mars 2014 , 8 h 46 min - BMR prend la parole ( permalien )

    Fan de Yoko Ogawa, il y a des chances qu’on n’attende pas trop longtemps avant de plonger dans ces nouvelles …

  5. 14 mars 2014 , 15 h 36 min - phil prend la parole ( permalien )

    Yo Bibison, fallait bien un bon Yoichi pour aller avec une merveilleuse Yoko !

    • 14 mars 2014 , 16 h 19 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Tout à fait ! Cela faisait quelques temps que je l’avais à disposition mais j’attendais l’occasion : Yoko Ogawa !

    • 14 mars 2014 , 17 h 25 min - phil prend la parole ( permalien )

      bon choix qui procure l’ivresse

      de la lecture bien sur !

  6. 14 mars 2014 , 16 h 13 min - phil prend la parole ( permalien )

    en ce qui me concerne j’ai beaucoup aime le voyage touristique de la mer et l’enfant, le bureau de dactylographie surement la plus aboutie des nouvelles, le petit détour à Vienne !
    Et c’est très prenant comme un petit objet anodin peu révéler plein de choses. Un petit drapeau, un petit caractère d’imprimerie etc etc
    bref c tjs très poétique

    • 14 mars 2014 , 16 h 21 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Le bureau de dactylographie Butterfly est ma préférée (mais je n’ai pas boudé les autres nouvelles non plus). Mais effectivement, celle-là a un truc en plus…

    • 14 mars 2014 , 17 h 25 min - phil prend la parole ( permalien )

      c sur, ca parle de vagin, de gland et ca t’interpelle !

    • 14 mars 2014 , 19 h 10 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Tout mon univers !

  7. 18 mars 2014 , 16 h 57 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Ce livre je le lirai, c’est certain, parce que c’est Yogo Ogawa, mais aussi parce qu’on y parle de la mer… J’ai toujours été peu attirée par les nouvelles, comme toi je préfère les romans. Mais puisque c’est Ogawa, on lui pardonne tout. Tu as retenu « vagin ». En ce qui me concerne, c’est plutôt le 720 degrés qui chatouille mon esprit de femme…

    • 18 mars 2014 , 18 h 46 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Heureusement que ce n’est pas moi qui chatouille ton esprit de femme ;)

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS