Invisible Documents [Embryo]

Par le Bison le 19 mars 2014

Embryo, tu penses évidement à ce titre de Pink Floyd. Et tu n’es effectivement pas si loin de cette idée. Un rock psychédélique version allemande. L’équation est simple, en version choucroute, cela donne un excellent Krautrock ! Mais une fois n’est pas coutume, il y a de l’harmonie dans les notes et même de la mélodie.

Bienvenue à Hambourg, nous sommes en 1974.

  • CD one | 2 titres | 51:38 min |
  1. Invisible documents [19:59]
  2. Autant rentrer dans le vif du sujet, pas de préambule, direct à la jugulaire. Percussion, batterie et clochettes rythment la mesure. Tu te laisses emporter par ce flot de bruit où le violon danse et les feuilles volent. C’est l’automne, mélancolique. Le vent souffle, les marins sont dans les bars. Le port d’Hambourg se couche. Tu commandes cette première Paulaner qui te faisait tant envie. Une blanche pour débuter. La plus fraîche, au doux parfum des edelweiss. Le violon d’Edgar Hoffmann cède la place à la guitare de Roman Bunka. Ça continue de sonner, d’enivrer, de sublimer. La musique, la vraie. Psychédélique, envolée lyrique. Peu de place au repos. Le voyage ne fait que commencer.

  3. Minaret [31:39]

Tu débarques au Sud. Autre senteur, autre parfum. Percussions orientales, baklavas et spécialités sucrées. Christian Burchard a délaissé sa batterie pour une petite partie de vibraphone. Rock around the world. Autour de la mer, autour de la méditerranée. Tu pensée que les fjords étaient plus près, mais tu t’es laissé hypnotisé au fond de la cale. Réveil au muezzin, les minarets se rapprochent, des notes d’oud couleur locale. Tu t’aventures dans le souk, quelle aventure ! Les serpents sont charmés. Le soleil commence à frapper les esprits, ton corps s’évade et tourne, tourne, tourne. Tel le derviche.

  • CD two | 3 titres | 61:29 min |
  1. Singing [38:50]
  2. Le deuxième disque commence sous les mêmes augures. Un peu de psychédélisme, une pointe de jazz, une pincée de progressif, un gros soupçon de free. Des guitares électriques tranchantes, la basse de Norbert Dömling qui chatoie les cymbales et les envolées de sax’. Ce grand numéro à chanter sous sa douche, ou plutôt à gigoter, me rappelle le fabuleux disque de Sweet Smoke. C’est de la MUSIQUE, ça ! Du déjanté et du loufoque, et ça me fait un bien fou. « Singing », ça rime comme « Shining » et ça me fout les j’tons.

  3. Riad [9:12]
  4. Tu as remarqué que je t’ai cité le quatuor. Juste comme ça, parce que je sais que cela ne te dira rien. Que cela ne me parle pas plus qu’à toi. A croire que ces gars-là n’ont pas réussi à passer la ligne Maginot. Pour une fois qu’elle fut efficace, malheureusement. Parce que je te le dis clairement : ce double album est une bombe qui fait BOOM dans les ranchs.

    En attendant, je bois une tasse de thé à la menthe et je te regarde. Des foulards et cette danse du ventre que t’affiche ostensiblement à la lubricité de mon regard. Danse, mon petit loukoum à la rose.

  5. Shine on Walt Dickerson [13:27]

Boom ? Boom ! T’es pas obligé de me croire, petite. Ce disque est d’un autre temps, d’une autre époque. Il faut avoir des gênes prédisposés pour l’apprécier. Cela n’est pas à la portée de tout le monde pour sentir, respirer et savourer la quintessence d’une telle musique aussi trippante, bandante, spirituelle. Il faut en avoir éclusé des bières et des Paulaner avant d’arriver à ce stade qui fait BOOM ! Shine on your Crazy Diamond, Shine on Walt Dickerson

« Invisible Documents » [1974], une Paulaner bien visible.

28 commentaires
  1. 19 mars 2014 , 23 h 00 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Waouhhhhhhhhhhhhhhhhhhh!!!!
    Ça c’est de la musique!!! J’aime trop!!!
    Psychédélique à fond, percussions et batterie qui vous emportent l’âme, loin, très loin. Pour écouter et savourer cette musique, oui, ça prend quelque chose de fort, plus fort que de la bière. On perd la tête agréablement, on perd aussi le nord, le sud avec. Ce doit être assez subliminal en mouvements du majeur…
    Excellent!!!!

    • 20 mars 2014 , 15 h 15 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      un long et intense voyage que le majeur s’en souviendra longtemps…

  2. 20 mars 2014 , 13 h 59 min - phil prend la parole ( permalien )

    ben ca y est, notre Bibison nous a envoute la Nadine
    Bibison, sort de son corps !

    • 20 mars 2014 , 15 h 18 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je crois qu’elle abuse surtout trop des bières de Chambly !

    • 20 mars 2014 , 18 h 23 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Phil, tu crois que j’ai été mordue? Merde… ça m’inquiète, du coup, j’ai des vertiges, étourdissements. Vite un serum… J’aimerais mieux que ce soit toi qui me le prépares parce que le bison, il va y mettre de la bière partout et j’suis pas certaine que ce soit aussi efficace… Misère…

    • 20 mars 2014 , 18 h 43 min - phil prend la parole ( permalien )

      un serum oui je peux mais n’oublies que c’était mon binome pendant nos travaux pratiques de chimie et biochimie alors je risque fort d’etre atteint des memes maux que sieur Bibison !

    • 20 mars 2014 , 20 h 44 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Ouin, j’ignorais cette donnée de taille…….
      Bon allez, je tente le tout pour le tout.
      Administre!
      Ça ne peut pas être pire que tout ce que j’ai fait sauter en chimie!
      Vas-y, je me dévoues, au nom de la science…

    • 21 mars 2014 , 9 h 04 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      j’ignorais cette donnée de taille

      Les nanas en reviennent toujours à l’histoire de la taille.
      Note que je suis nettement plus grand que sir Phil.

      J’aimerais mieux que ce soit toi qui me le prépares parce que le bison, il va y mettre de la bière partout et j’suis pas certaine que ce soit aussi efficace

      Et là, avec le Phil, tu y gagnes au change. Il te dira tout sur les flavonoïdes du vin, sur les levures de la bière et sur le psychédélisme du flamant rose.
      Moi, je me suis toujours demandé ce que je faisais là-dedans. Le seul intérêt était ces filles en blouse blanche. Peut-être le début d’une passion, la blouse blanche et ce que j’y devine en-dessous…

    • 21 mars 2014 , 9 h 50 min - phil prend la parole ( permalien )

      moi qui croyais que tu t’intéressais aux échanges de particules !

    • 21 mars 2014 , 15 h 10 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Des confrères en blouse blanche! Qui l’eut cru… Si j’avais su qu’à l’époque, en étudiante sage et disciplinée (hum hum), j’avais des confrères qui occupaient les heures à convoiter autre chose que les particules, jamais plus je n’aurais osé mettre ladite blouse le matin (désolée Phil, nous parlons bien du bison, pas de toi, évidemment…). Et l’âme dans tout ça? Le cœur et les sentiments? Je t’en supplie Phil, fais quelque chose pour lui, pauvre brebis égarée… Il s’écarte de plus en plus de l’âaaaaame…. Sauvons la tienne!!!

    • 21 mars 2014 , 15 h 49 min - phil prend la parole ( permalien )

      maintenant qu’il est devenu fan du PSG je ne puis plus rien.
      Il broute l’herbe qu’il a choisi !
      Mais t’inquiètes, Au fond, il est le même. Une belle âme, sensible et tout et tout.
      Et de plus en plus un véritable talent littéraire, qui l’eu cru ! Quand je pense aux temps mis pour rédiger ces travaux pratiques ! Le salaud, il cachait bien son jeu ! C sur, il pouvait avoir la veine de l’écriture devant une tarte au citron meringuée ou devant Sim city …

    • 21 mars 2014 , 17 h 27 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      PSG? Suis québécoise moi, à part les équipes de hockey, heu… Heureusement j’suis allée voir sur le net parce que j’aurais pu croire à un groupe de soutien pour bisons égarés… Tiens… on devrait songer à lui en parler. Toi qui le connais depuis longtemps tu es sans doute mieux placé que moi pour le faire…
      p.s.: qui a parlé d’une tarte au citron meringuée???

    • 21 mars 2014 , 17 h 31 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Chut, ne pas parler de tarte au citron meringuée !
      Il va faire une attaque. Son cœur ne résisterait plus à ce supplice.

    • 21 mars 2014 , 17 h 45 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Le mien non plus! Surtout, beaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaucoup de meringue!!! Maintenant, la question ultime: s’il ne restait qu’une seule pointe de tarte, Phil me la laisserait tu penses? C’est à ce genre de geste qu’on reconnaît les vrais gentleman…………..

    • 21 mars 2014 , 20 h 12 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je ne l’ai jamais vu Gentleman face à une tarte au citron meringuée. Mais peut-être qu’il a muri, qu’avec l’âge il a changé.
      Sinon tu lui proposes une Chambly, et pendant qu’il boit, tu te jettes sur la dernière part. Il résiste encore moins à une bière…

    • 22 mars 2014 , 10 h 38 min - phil prend la parole ( permalien )

      en même temps on pourrait partager. C’est toujours meilleur dans l’échange non?

    • 22 mars 2014 , 17 h 45 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Voilà la réponse en or digne d’un vrai gentleman!

  3. 20 mars 2014 , 19 h 02 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    1/ Euh c’est quoi une « Paulaner » ? C’est une bière ? Je voudrais dormir moins bête ce soir ^^

    2/ « Mon petit loukoum à la rose »… Que c’est joli… J’adore…

    3/ J’ai bien écouté les 20.04 mn et a bien y réfléchir je préfère haut la main « Sweet Smoke » et sa fumée enivrante. Je n’ai pas trouvé le morceau auquel tu fais référence « Singing » et je veux bien le lien pour voir…

    Sweet Smoke!!!!!!!!!!!!! Rôoooohhhhhh… Arrête de fouiller ou je te tape ;)

    • 21 mars 2014 , 9 h 08 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      1/ Euh c’est quoi une « Paulaner » ?

      Paulaner, bière allemande devenue rare à la pression par chez nous ces temps-ci. A une époque bien lointaine, elle se déclinait en blanche, blonde, rousse et brune au café de la Mairie à Grenoble, café qui a maintenant disparu comme la Paulaner au profit d’une pizzeria sans saveur.

      « Mon petit loukoum à la rose »

      Une sucrerie à suçoter avant de croquer goulument à pleine bouche

      Je n’ai pas trouvé le morceau auquel tu fais référence « Singing »

      Moi non plus, je ne l’ai pas trouvé. Sinon je te l’aurais proposé.

    • 21 mars 2014 , 10 h 15 min - phil prend la parole ( permalien )

      ca a disparu parce que les bois-sans-soif d’une epoque ne sont plus sur Grenoble ! ! !

  4. 20 mars 2014 , 19 h 50 min - Princécranoir prend la parole ( permalien )

    Wouah, bien psyché ce titre. Par contre, je le trouve en effet plus proche des mélopées tribales de Can que des volutes de Smoke. Je ne connaissais absolument pas le groupe (Embryo, c’est un film de Ralph Nelson pour moi, évidemment) mais je le note sur mes krautplaquettes.

    • 21 mars 2014 , 9 h 11 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Effectivement, le premier morceau, cet « Invisible Documents » est totalement Krautrock et s’affilie parfaitement à CAN, the group par excellence du monde Krautrock.
      Les autres morceaux incorporent plus de sonorités orientales et divergent par conséquent de la ligne choucroute. Par contre dans « singing », la musique se fait plus jazz, voir free-jazz, flute et sax’ hurlant, qui lui donne des air de fumées douces, un esprit Sweet Smoke.

  5. 22 mars 2014 , 8 h 45 min - manU prend la parole ( permalien )

    C’est la dernière méthode de torture à la mode ? ;)

    • 22 mars 2014 , 12 h 01 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      A la mode, je ne sais pas.
      Mais très utilisée dans les années 70 par la Stasi !

    • 22 mars 2014 , 12 h 12 min - phil prend la parole ( permalien )

      le retour de la stasi, c’est l’actualité qui veut ca ?

  6. 22 mars 2014 , 14 h 35 min - manU prend la parole ( permalien )

    On dirait bien…

  7. 23 mars 2014 , 17 h 16 min - belette2911 prend la parole ( permalien )

    Non, non, non, pas pour moi ! :)

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS