Rome en un jour [Maria Pourchet]

Par le Bison le 27 novembre 2013

Catégorie : 3 étoiles, Europe

40 ans. Joyeux anniversaire, Paul ! Je te promets, tu vas t’en souvenir de cette soirée-surprise. Inoubliable. Heureusement, tu n’auras 40 ans qu’une fois dans ta misérable vie. Oui, heureusement pour toi ! Marguerite, ta petite femme, ta douce, ta belle, elle pense à toi. Tellement même qu’elle décide de te faire passer une sacrée soirée, inattendue.

De toute façon, tu n’avais rien prévu, Paul. Le match de rugby, c’était hier. Rien à la télé. Pourtant, tu restes avachi sur ton canapé. Faut dire qu’il y a un documentaire animalier passionnant : un crocodile s’apprête à bouffer une gazelle… Tu ne comprends pas pourquoi Marguerite a mis cette robe en cuir, ras la moule, d’un vert à te donner mal à la tête. Et elle reste planter là devant la télé. Putain, elle est chiante, au moment où le croco sort sa gueule de l’eau…

« Il est bien là, Paul, C’est un sentiment court et parfait, toujours difficile à décrire. Plus un état qu’un sentiment d’ailleurs, car tout cela est avant tout physiologique, disons que chaque cellule de Paul se trouve pour une fois à sa place, heureuse de son sort dans ce corps libre et avachi et, brièvement, Paul ne manque de rien. A la rigueur, une petite pipe. Si l’on voulait être perfectionniste. A la rigueur. Voici justement qu’apparait Marguerite mais ne rêvons pas. »

Elle ne va pas me lâcher, ce soir ! Tant pis pour elle, je sors avec. Stan Smith au pied, survêtement Tacchini. Le parking.

Pendant ce temps-là…

A l’autre bout de Paris, une terrasse d’hôtel grand luxe. Vue dégagée sur la Défense. La lune brille et les invités arrivent. Pour la plupart de purs inconnus. Pour la plupart, ils connaissent soit Paul, soit Marguerite, rarement les deux, encore moins entre eux. Cela devait être une fête, mais les maitres de cérémonie ne sont toujours pas là. Même pas à boire. Qui m’offre un verre, la boisson n’a pas été prise en compte dans le tarif de la soirée ? Scènes d’ironie, scènes d’hypocrisie. Le cœur léger, la verve facile, les critiques aisées. On n’avait pas dit : pas le physique ? Bon, ok, alors juste un petit peu, faut bien s’amuser. Merde ! A quelle heure qu’ils arrivent ces deux-là. Paul et Marguerite. Quel fiasco. Un anniversaire, leur fête, et ils ne sont même pas là… Au moins, ils auraient pu penser aux alcools. Putain, 10 € le mojito !

« C’est comme les hanches, ajoutait-elle juste parce qu’une idée en entraîne une autre, ses hanches, il ne faut pas lui en parler.

- Tu exagères, opposa Michel, elle est mince comme tout. Un roseau.

Sabine ne disait pas le contraire. La belle affaire que Marguerite soit fine avec ce qu’elle mangeait : rien. La privation n’avait cependant aucun effet sur sa région postérieure et Marguerite continuait de faire face à un sérieux problème de pantalon, était-ce bien sérieux de risquer l’anémie pour rester au seuil du 40, Sabine posait ce soir la question. Les femmes callipyges, c’est beau en peinture mais moins en jean, crut-elle bon d’ajouter. Personne ne se gaussant, Sabine rappela le caractère permissif de la date, cette règle universelle voulant que le samedi on puisse se lâcher. Sinon, franchement c’est quand ? »

Nouvelle scène, Paul et Marguerite dans le parking. Paul a cédé. Pour avoir la paix. Mais… Merde, ils remontent. Caméra de surveillance N°2 : on dirait qu’ils s’engueulent encore. C’est le vigil qui doit bien se marrer ce soir. Ce type en survêtement et cette nana, plus toute jeune, habillée comme une pouf’ – pas assez jeune pour passer pour une pute, pas assez vieille pour passer pour une vielle pute. Quelle tenue, quand même ! Et ce vert, même à travers la caméra de surveillance, ça lui donne mal au crane. Paul rallume la télévision, change de chaîne. PUTAIN, le match de rugby, et personne qui ne l’a prévenu…

« Dans la mesure où il ne se passe rien ici non plus, sinon la voix de Garfunkel sur les accords de tierce de Simon, c’est le moment ou jamais de placer quelques mots à propos de cette mythique association, je veux dire Paul Frédéric Simon et Arthur Ira Garfunkel. Paul Simon et Art Garfunkel sont nés en 1941 à quelques jours d’écart, l’un à Newark, l’autre à New-York, suite de quoi ils ont formé au lycée un groupe de folk et l’ont d’abord baptisé Tom & Jerry, ce qui ne les a pas empêchés de devenir ce qu’ils furent. Depuis ils n’ont jamais cessé de se séparer et de se retrouver, de se séparer, de se retrouver, c’est là quelque chose de très beau. »


Tu as quarante ans et tu vis en couple ? Alors ne lis pas ce roman. Vaut mieux pas. Tu vas te faire du mal pour rien. Après ça, dis adieu à ton joli petit couple. Ce ne sera plus compatible. Ce ne sera peut-être pas vraiment ta faute. A la rigueur, tu pourras incomber la faute à la voisine, cette blonde pulpeuse qui te tourne de l’œil chaque fois que tu la croises sur le palier. A la rigueur. Ou alors à cause de Maria Pourchet et à sa plume. Tout en ironie et en cynisme. Une lecture agréable, drôle, qui te fera sourire, à moins que le processus « Paul et Marguerite » soit déjà enclenché. Cela pourra te paraître prévisible, parfois. Mais tu ne t’ennuieras pas, surtout si tu n’es pas invité à cette terrasse surplombant la scène drolatique de cette vie en couple façon bobo parisien. Tu souriras, sans glousser comme une pintade blonde, sans pouffer comme une pouffiasse rousse. A la rigueur, parce qu’il te manquera peut-être un peu plus de cynisme, un peu plus d’ironie. Tu aurais voulu qu’elle exagère plus dans la démesure, dans nos propres travers.

Merci donc au site PriceMinister,

à Rome en un jour

et aux Éditions Gallimard

pour ce partage et cette confiance envers un Bison ravi de participer aux matchs de la rentrée littéraire 2013.

Note : 13 / 20.


12 commentaires
  1. 28 novembre 2013 , 12 h 34 min - phil prend la parole ( permalien )

    LOL tout un programme en seance revisitee !
    Mais la quarantaine c cela ….
    Le choc, le bilan et l’apres qui n’est pas mieux que l’avant
    et meme pas … de turlutte pour feter ca !!!
    et meme pas tous les supers amis qui sont venus ….
    snifffff a la vie tiens !
    quelle drole de vie

    • 28 novembre 2013 , 22 h 27 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Faire le bilan, déposer le bilan. La quarantaine. Une moitié de vie écoulée. Reste encore la seconde partie. De nouveaux bilans. Finies les turluttes. La vie continue, une autre vie. Drôle, cynique. Plus d’amis. Mettre de coté le passé. Avancer ou rester sur place. Dilemme. Syndrome du futur vieux. La vue qui baisse. Besoin de lumière pour lire les petits caractères italiques et sous astérisques. Extasie ou whisky. Le choix est vite défini. C’est l’âge qui commande plus la tête.

    • 29 novembre 2013 , 11 h 49 min - phil prend la parole ( permalien )

      Une vie Rock N Roll ou a la Bukowski !

    • 29 novembre 2013 , 12 h 59 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Une vie à la Bukowski, c’est plus drôle !

  2. 28 novembre 2013 , 23 h 15 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Ben j’ai bien envie de le lire moi et je vais glousser et pouffer comme une grosse dinde brune…

    Non mais !!!

    ;)

    • 29 novembre 2013 , 9 h 01 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Et, t’as une robe verte ?

    • 29 novembre 2013 , 14 h 13 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Ben non, une robe noire si tu veux … Tu me fais rire ;)

    • 29 novembre 2013 , 14 h 35 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      c’est déjà gagné, alors !! ;)

  3. 1 décembre 2013 , 10 h 00 min - manU prend la parole ( permalien )

    Heureusement que je ne viens pas d’avoir 40 ans,
    ton billet aurait pu me filer le bourdon…
    Un whisky !! Un double !!…

    • 1 décembre 2013 , 12 h 13 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      T’es par encore sauvé… La surprise-party, pour faire office de surprise, a lieu six mois après ses 40 ans !! ;)
      Tu as encore quelques semaines de bonheur…

  4. 8 février 2016 , 18 h 32 min - Noctenbule prend la parole ( permalien )

    Je partage totalement ton avis très bien écrit :)
    As-tu été surpris par la fin?

    • 8 février 2016 , 22 h 16 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Hou la la… A mon âge les souvenirs ne dépassent pas la semaine ou la dernière cuite… Alors surpris par la fin ? je ne saurais te le dire maintenant…

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS