Songs From The Road [Leonard Cohen]

Par le Bison le 4 novembre 2013

Catégorie : 5 étoiles, Folk & Indie

Assis sur un strapontin, le regard encore embrumé des vapeurs alcoolisées de la veille, je commence par ouvrir un bouquin. Une couverture sobre, toute blanche, qui illuminerait presque les carreaux de faïence du métro. Une écriture fine et délicate, je frémis d’avance des émotions transmis par ces quelques feuilles scribouillées.

« Chaque jour qui passe nous ôte un peu de notre vie. Il nous faut céder cette part pour rester vivants. C’est comme ça. Quand on n’a plus rien à céder, la vie s’arrête. »

Je m’arrête quelques instants sur cette phrase. Elle semble m’interpeller, me donne l’envie de me poser quelques minutes pour y réfléchir. Les portes du métro s’ouvrent. Elle rentre à l’intérieur. La sonnerie stridente inonde l’espace musical que je me suis crée avec mon casque. Les portes se referment, elle me fait face et m’arrache à ma lecture, à ma phrase. Je la regarde. Ses cheveux mi-longs, ses yeux que j’aimerais transpercer du regard, son piercing sur le menton et ce pull d’un bleu turquoise clinquant qui moule si bien ses formes, belles et rondes. Je lui souris, j’ai envie qu’elle me sourit. Lover, lover, lover… Je n’ose même plus m’atteler de nouveau à mon livre, bien qu’il soit passionnant. Je ne veux pas manquer une seconde de cette image que je tente de graver pour longtemps en mémoire. Je ne saurai dire pourquoi, la beauté, ou du moins le charme ne se commande pas. Alors, ne rien rater, juste profiter.

Je guette chaque ouverture de portes, espérant secrètement qu’elle ne va pas s’échapper de si tôt. Le matin chagrin pour un autre, alors s’il te plait, reste encore un peu, là devant moi, que je te croque dans ma mémoire, que mes yeux plongent dans ce bleu turquoise qui te va si bien. Si tu savais… Non, il ne vaut mieux pas que tu saches, que tu restes là et ne cherche pas à fuir ce regard qui t’observe tant. Je deviens un oiseau qui se pose sur une branche ou un fil électrique et qui observe, roucoule, bats des ailes pour se dégourdir les pattes. A bird on the wire

J’ai envie de t’emmener, qu’on sorte ensemble de cette rame de métro et qu’on court jusqu’au 222 West de la 23ème rue, entre la 7e et la 8e avenue. Un direct pour l’île de Manhattan. Je te ferai rencontrer l’ombre des grandes personnalités qui ont façonné ce monde, mon monde, le notre si tu veux le partager avec moi. Chelsea Hôtel où les premiers rayons du soleil illuminent les âmes de Charles Bukowski, Tom Waits, Nico, Tennessee Williams, Williams S. Burroughs, Patti Smith… Un sentiment même évanescent dans ces lieux avec toi comblerait mon bonheur. Ou alors juste un souvenir.  J’attends peut-être un miracle qui ne viendra jamais, tes pensées restent fixées sur ton téléphone portable. A qui écris-tu de si bon matin ? Je te l’arracherai bien des mains, juste pour voir ton regard me foudroyer, juste pour te sentir réagir à ce type malheureux qui t’observe depuis que tu es montée dans cette rame. Le hasard ou la chance. Comme la musique du bonheur. Waiting for the miracle.

Mais le miracle tourne court, la prochaine station te verra partir si loin de moi. Tu m’oublieras, toi qui ne m’a pas connu ni même m’a regardé. Moi, je serais encore avec toi, pendant quelques instants qui feront prolonger mon plaisir. J’étais prêt à tout pour tes yeux et tes seins. J’irais faire la guerre pour tes beaux yeux, contre les allemands ou tous ceux qui se mettront entre notre amour. Je te chanterai avec ma voix grave cette complainte si émouvante et envoutante. The Partisan. Mais voilà, tu en as décidé autrement, tu te diriges vers la sortie – pardon, pardon, excusez-moi, en bousculant quelques valises, en marchant délicatement sur les pieds d’autres inconnues. Dans le brouhaha de la sonnerie, des gens qui descendent et qui montent dans la rame, je te lance un dernier appel dans le vide, juste pour te demander ton prénom. Les portes se referment, tu te retournes, me souris et dis quelque chose que je n’arrive plus à comprendre. J’essaye de lire sur tes lèvres. Suzanne. J’aurai du le deviner…

Je ne te reverrai certainement plus. Mais si tu pouvais imaginer le bonheur que cet instant furtif a pu provoquer dans mon cœur. C’est le plus beau cadeau qu’il puisse être fait à un inconnu. Cette vision et la musique de Leonard Cohen, parce qu’il s’agit aussi de ça. De sa voix grave, de sa douceur mélancolique, de sa chaleur musicale. Loué soit le Seigneur. Hallelujah comme le susurrerait lascivement Leonard Cohen, Hallelujah comme le hurlerait sauvagement Jeff Buckley. Oui, cette journée ne pouvait pas mieux démarrer. Maintenant, je sais que le bonheur est à ma portée, il suffit d’appuyer sur le bouton PLAY et d’écouter ce « Songs From The Road » pour te revoir, inlassablement, avec ton pull turquoise pendant que le vieux Cohen m’envoute de sa chaleur vocale.

J’arrive au boulot, le sourire aux lèvres, c’est assez rare pour le signaler. J’ai envie de sortir la bouteille de Jack Daniels de notre tiroir secret. Parce que si je veux avoir la voix de Leonard, je n’ai plus que cette solution – sans résultat de succès, malheureusement. Mais avant, je reprendrais cette citation que j’afficherai à coté de mon clavier, juste pour ne pas oublier de sortir la bouteille de Jack :

« Chaque jour qui passe nous ôte un peu de notre vie. Il nous faut céder cette part pour rester vivants. C’est comme ça. Quand on n’a plus rien à céder, la vie s’arrête. »

« Songs From the Roads » [2010] du bleu turquoise dans l’âme.

21 commentaires
  1. 5 novembre 2013 , 7 h 14 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Que rajouter? Que je signerais volontiers ce billet. Et que Chelsea Hotel fait partie d’une petite playlist hôtelière prévue courant novembre.
    Sincerel, Cl. B.

    • 5 novembre 2013 , 8 h 58 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Bon voyage… et bonne visite. Je ne sais pas s’il y a encore du beau monde qui fréquente le Chelsea Hotel. Ni même si le rock est encore présent à New-York…

  2. 5 novembre 2013 , 10 h 52 min - phil prend la parole ( permalien )

    Sacre bibison, il ne te quitte plus.
    A force ca va vraiment ressembler a un vieux journal !

  3. 5 novembre 2013 , 11 h 58 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Je rêve ou tu n’as mis aucun extrait musical, ça ne te ressemble pas ou c’est mon PC qui merde ! :(

    En revanche ton billet m’a fait rêver… j’étais avec toi dans ce métro et j’espérais que cette Suzanne voit enfin que tu étais prêt à mourir d’amour pour elle, qu’elle descende avec toi, qu’elle te prenne la main et te voir ne plus toucher terre… rohhhh un peu de romantisme que diable! :D

    ;)

    Par contre Allelujah, cette chanson je ne peux plus, trop entendu…
    Pour la voix chaud et grave de Cohen… Encoooooooooore… :D

    • 5 novembre 2013 , 19 h 02 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je rêve ou tu n’as mis aucun extrait musical, ça ne te ressemble pas ou c’est mon PC qui merde !

      J’allais te dire d’arrêter de boire…
      Et puis je viens de me rendre compte que cela ne fonctionne plus. Va falloir que je sorte la caisse à outil pour vérifier ça !

    • 5 novembre 2013 , 22 h 10 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Voilà, je t’ai mis la musique. INDISPENSABLE. Je ne peux pas parlé musique sans y coller un bout !

      Par contre tous mes anciens titres ne me paraissent plus valables et cela fait tellement longtemps que je n’ai plus mis les mains dans le cambouis que je ne sais plus vraiment comment ça fonctionne…

    • 6 novembre 2013 , 8 h 09 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Dis donc ça rigole pas quand tu sors ta caisse à out’S… ;) c’est du très lourd…

      Merci Le_Bison :D

      ;)

    • 6 novembre 2013 , 9 h 06 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Pas satisfait… parce qu’apparemment il faut se connecter avant sur deez pour écouter plus de 30s…

    • 6 novembre 2013 , 22 h 21 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Ben non, moi j’écoute en ce moment « Bird on the wire » et je l’ai en entier :)

      Je dois être privilégiée ;)

    • 6 novembre 2013 , 22 h 31 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Mais t’as l’habitude d’être sur Deezer ? T’as peut-être un compte sur lequel tu es déjà connectée ?
      Parce que j’ai voulu vérifier d’un autre ordinateur, et j’étais limité à 30 secondes. J’étais prêt à porter plainte au près de mon employeur !

      SONDAGE :
      Et vous ?
      Réponse 1 : 30 secondes
      Réponse 2 : le titre en entier

    • 7 novembre 2013 , 8 h 03 min - phil prend la parole ( permalien )

      pour info de mon cote c ecoute de 30sec !

      va falloir changer de partenaire

      le monde veut ca de toute maniere lol

    • 7 novembre 2013 , 11 h 16 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      pas de chance pour toi.
      Pas de compte deezer, pas d’écoute !

    • 7 novembre 2013 , 20 h 27 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Je t’explique : La première chanson sur laquelle je clique dure 30 s, si je n’attends pas la fin des 30 s et que je clique sur une autre chanson avant la fin, je repars toujours sur 30 s. En revanche si j’attends la fin des 30 s la musique enchaine sur le morceau suivant etc mais en entier. Je suis abonnée sur deezer mais au service gratuit, je crois que j’ai droit à une ou deux heures par semaine. Mais en passant par ton blog je ne pense pas que deezer me reconnaisse en tant qu’abonnée. Là je viens d’écouter les 3 chansons sans souci, sans pub et en entier.

      ;)

    • 7 novembre 2013 , 22 h 28 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Moi aussi, je n’ai que le service gratuit. Ce qui me suffit amplement…
      T’as pu écouter les 2 chansons sans souci, c’est cool !
      Au fait, t’as pas un pull bleu turquoise ?

    • 8 novembre 2013 , 7 h 49 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Si j’ai un pull bleu turquoise, mais je n’ai plus 20 ans depuis longtemps ^^

      ;)

    • 8 novembre 2013 , 8 h 43 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Qui a dit qu’elle avait 20 ans ?
      et puis, tu ne fais pas ton âge assise au bord de la piscine :)

  4. 7 novembre 2013 , 20 h 32 min - Stéphanie prend la parole ( permalien )

    Grooveshark, ce serait plus glamour pour un bison mélomane…d’autant que c’est gratuit et que ça peut durer des heures, et le plaisir qui va avec.

    • 7 novembre 2013 , 20 h 41 min - Stéphanie prend la parole ( permalien )

      « comme » le plaisir qui va avec, pardon.

    • 7 novembre 2013 , 22 h 29 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      si on me donne du plaisir en plus…. je vais finir tout émoustillé !

  5. 11 novembre 2013 , 10 h 19 min - manU prend la parole ( permalien )

    Eh oui Suzanne, forcément… Souvenirs, souvenirs…
    Leonard Cohen découvert grâce à un ami…
    Et un concert de Graeme Allwright avec ce même ami et l’ex-femme de ma vie…
    Et Suzanne, forcément…
    D’autres temps, d’autres lieux, une autre vie…

    • 11 novembre 2013 , 10 h 43 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      D’autres temps, d’autres lieux, une autre vie…

      Et pourtant si jeune…

      Et un concert de Graeme Allwright

      Mince, je ne connais pas…

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS