Le Live : In the Flesh

Par le Bison le 22 septembre 2013

Je suis allergique au périphérique. Depuis que je suis installée à deux pas. Je m’allongerais bien sur la moleskine verte de ma psychologue, mais pas sûr qu’elle puisse me guérir, pas sûr que j’ai envie de m’épancher de ce détail avec elle. Je préfèrerais m’épancher sur elle tout simplement. Toujours est-il qu’hier soir, 20h pressante, en sortant d’une longue promenade samedical, le choix invariablement se pose à moi. Non et toujours non. Direction l’A86, histoire de passer devant le Stade de France (tu sais ce grand truc ovale où Zizou savait marquer des buts importants). Plus j’approche, plus la circulation devient dense, les accrochages succèdent à d’autres accrochages. La nuit tombe sur la plaine (Saint-Denis), le soleil s’estompe derrière cette architecture moderne et je ralentis de plus en plus, le pied sur l’embrayage et sur le frein en même temps. Je n’avance plus, les voitures roulent au pas – et encore, le pas n’est pas très rapide. Même un bison en jogging irait plus vite…

Tu entends cet hélicoptère survoler la scène. Le stade de foot se transforme en salle de concert accueillant des milliers de quinquagénaires, de quadragénaires et peut-être même des jeunes. Je laisserai bien garer ma voiture sur la bande d’arrêt d’urgence. Et suivre la foule qui se presse, les uns contre les autres, autour des grilles. Je les suivrai comme un troupeau de bisons en rut, attiré par une musique qui trotte dans ma tête, par une basse qui claque dans les tympans.

Sur scène, un type, visage allongé, cheveux gris. De quoi tomber sous le charme, je le reconnais. Voilà un type qui a bien vieilli, et à qui les tempes de plus en plus grises opèrent comme une contre-résurrection du mythe du vieux rocker bouffi, les yeux rougis par l’abus de substance chimique et d’alcool. Non, je ne suis pas un amoureux refoulé de Roger Waters, mais plutôt de sa musique, de cet album qui a tant passé sur mon radio-cassette d’antan ou mon baladeur Sony d’un autre temps.

« The Wall », l’album concept d’un autre temps. 1979. La musique n’est plus ce qu’elle était, mais il restera cet album, le chef d’œuvre de Roger Waters, avant d’être celui de Pink Floyd. 10 ans, après le fameux « Tommy » des Who.

Et cet hélicoptère qui me survole comme si nous étions en guerre, contre qui, contre quoi. J’admire cette foule qui va jusqu’au bout de ses convictions, prête à payer entre 56 € et 123 € leur fantasme d’adolescent. Je pense même que ces gens auraient raison de poursuivre cette voie, celle de commémorer à date régulière « The Wall », de suivre l’univers floydien au-delà des âges et des époques. Une façon de ne pas vieillir, d’arrêter l’espace-temps un samedi soir, de se revoir avec le jean troué au-dessus du genou le sourire bête illuminant un visage sans ride. Finalement, je ne suis pas descendu de la voiture, je crois que j’ai encore plus peur de la foule que du périphérique. Je devrais vraiment m’allonger sur la moleskine verte d’une psy rousse et pulpeuse. Juste pour guérir.

Voilà, c’était le LIVE du Samedi Soir,

De grands morceaux de concert

Pour les amoureux de la musique,

Les amoureux du live

Et les amoureux du Bison !

15 commentaires
  1. 22 septembre 2013 , 22 h 02 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Putain, toi qui te targues que la culture et toi ça fait deux, comme tu trousses bien l’article quand tu aimes. Le rock, car c’est de ça qu’il s’agit, n’a plus jamais été pareil depuis le Floyd. Et le rock, le rock m’a sauvé la vie. Je n’exagère que très très peu. Rien n’est plus fort que le groupe de rock d’un gamin de 19 ans vers 1968 et ce groupe là, incapable d’aligner trois accords justes, restera the best rock’n'roll band. Et que vieillissent Bruce, Neil et Roger, ils sont maintenant au delà du temps, insubmersibles. Bravo Bison pour ce texte, très digne, et j’aime ça.

    • 22 septembre 2013 , 22 h 53 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Le rock est insubmersible, comme le sous-marin.
      Mais, et le jazz ? Je ne te vois pas beaucoup (pour dire pas du tout) sur le sujet. Manque d’intérêt, d’attrait, de connaissances ?
      Pourtant, avec ta culture…

  2. 23 septembre 2013 , 19 h 19 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Désolé Bison. J’avais écrit une longue réponse sur le sujet. Au moins 30 lignes. Ca a foiré. je recommencerai un peu plus tard.

    • 23 septembre 2013 , 19 h 45 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      No ‘blem. Le rock se passera de longues réponses.

  3. 24 septembre 2013 , 13 h 27 min - phil prend la parole ( permalien )

    Ohhh que oui les Floyd en ont sauve …
    Et a ecouter, on est comme dans un livre de Haruki, entre reve et realite
    avec ces accords, ces illusions, ces reves toujours presents.
    On ne vieilli pas Monsieur, on ne vieilli pas, on VIT !

    • 24 septembre 2013 , 14 h 20 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Non Monsieur. On rajeunit même. Les cheveux repoussent, les bières se vident…

  4. 24 septembre 2013 , 16 h 24 min - phil prend la parole ( permalien )

    les cheveux koi …..
    (donnes moi la recette !)

    • 24 septembre 2013 , 19 h 34 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      j’écoute les Floyd et j’abuse de la levure de bière…

    • 25 septembre 2013 , 11 h 27 min - phil prend la parole ( permalien )

      itou
      mais ca marche pas snif !
      je rajoute meme du led zep, du deep purple, du HFT, de l’ange
      mais qd ca veut pas, ca veut pas !
      re snif !

  5. 24 septembre 2013 , 17 h 34 min - dasola prend la parole ( permalien )

    Bonjour Le Bison, désolé mais je suis passée totalement à côté des Pink Floyd, peut-être parce que je suis une fille, j’avais d’autres musique en tête mais merci pour le long clip. C’est vrai que c’est autre chose que ce que l’on nous fait subir aujourd’hui. Même sans être nostalgique, on peut avoir quelque regret. Bonne fin d’après-midi.

    • 24 septembre 2013 , 19 h 36 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Mais même les filles ont le droit d’écouter les Floyd…

  6. 24 septembre 2013 , 20 h 46 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Et dire que j’ai vécu ce moment inoubliable… Manquer Tina Turner OK mais les Pink Floyd tu es impardonnable… Un concert des Pink Floyd en direct au milieu d’une foule en délire c’est tout simplement GRANDIOSE, je dirai même que c’est moment Orgasmique.. Et c’est une fille qui te le dit …

    IMPARDONNABLE !

    • 24 septembre 2013 , 21 h 58 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Non, je ne regrette pas… Le stade de France, ce n’est simplement pas pour moi… et puis je n’ai pas trouvé de place pour me garer… et puis y’avait pas David Gilmour… et puis tu n’y étais pas…

  7. 9 octobre 2013 , 12 h 10 min - Asphodèle prend la parole ( permalien )

    Je suis une fille et les Floyd m’ont toujours suivie, je ne saurais m’en passer, au même titre que les Beatles et les Stones, mais en plus fort ! Un très beau billet que j’ai lu d’une traite ! :)

    • 9 octobre 2013 , 12 h 14 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Indispensable. Je n’ai pas tout à fait les mêmes rapports avec les Stones ou les Beatles. Survivre grâce aux Pink Floyd, et planer dans un autre monde loin des dérives de mon quotidien.

Ajouter un commentaire aux dasola

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS