Essential Killing [Jerzy Skolimowski]

Par le Bison le 30 juin 2013

Désert de sable, Afghanistan. Trois américains se font exploser par une roquette. Un homme, barbu et habité par une foi certaine en Allah, s’enfuit. Un hélicoptère survole la vallée. La première chasse à l’homme du film qui sera brève. Capturé, torturé, enfermé. Transféré dans une base militaire indéterminée, un sanglier et un accident de la route plus tard. Le prisonnier s’échappe.

Désert de neige. Nouvelle chasse à l’homme. Il s’enfuit pieds nus dans la neige, au milieu de la glace et des élans. J’imagine l’extrême Nord de l’Europe. Je pense à ce prénommé Rambo, premier du nom. Je ne sais pas s’il est saint ou méchant mais dans le domaine de la survie, tous les moyens sont bons et utiles. Ce qui signifie : aucune pitié. Survivre. Survivre dans un environnement hostile.

J’aime ce genre de film, différent et torturé, qui pose des questions en même temps qu’une atmosphère lourde et prenante. Un film conceptuel qui dérange et ne conviendra pas à tout public mais qui n’est pas destiné uniquement aux lecteurs fondamentalistes de Télérama. Une ambiance dans la chaleur du désert, une aventure dans l’ampleur de la neige, une histoire sans mots et sans paroles. T’aimes ou pas. Toujours la même question. Pas de demi-mesures. Il te surprendra, il t’hypnotisera. Ou il t’ennuiera profondément. Ainsi soit la vie, ou celle de Allah. Tu as foi en lui – ou en moi – alors regarde-moi. Observe cet illuminé incarné par Vincent Gallo, découvre l’âme humaine et n’oublie pas qu’un jour tu verras Emmanuelle Seigner sortir d’une maison perdue au milieu de la forêt enneigée, prendre soin de toi et t’aider, juste parce que tu sembles en avoir besoin, juste parce que tu es blessé, tu as froid, tu as faim.

Vincent Gallo est étonnant. Génial même diraient certains avec son regard rempli de vide, de foi, d’incrédulité et de détermination à la survie. Ce n’est pas Hollywood, c’est la Pologne, c’est Jerzy Skolimowski. C’est une étude sur l’âme humaine. L’homme n’est plus homme mais devient une bête, enragée et sanguinaire. Cruel et conceptuel comme l’apparition quasi divine d’une Emmanuelle Seigner dans les cinq dernières minutes. Bon sang, mais c’est bien sûr !

Prix d’interprétation masculine et Grand Prix du Jury à la Mostra de Venise.

« Essential Killing » [2010] où le concept de survie en milieu hostile.

8 commentaires
  1. 30 juin 2013 , 19 h 58 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    ta chronique et la bande annonce m’ont vraiment donné envie de voir ce film et puis 5 mn d’Emmanuelle Seigner ça ne se refuse pas….:D

    • 30 juin 2013 , 20 h 14 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Faut juste tenir jusqu’au bout. Aucun problème pour moi, ce film est un chef d’œuvre – ou pas loin – mais tout le monde ne sera pas du même avis…

  2. 30 juin 2013 , 20 h 38 min - manU prend la parole ( permalien )

    Ta critique et la bande annonce donnent vraiment envie, oppressant et angoissant comme j’aime ! ^^

    • 30 juin 2013 , 22 h 10 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      T’es trop jeune… et trop fleur bleue ;)

  3. 1 juillet 2013 , 7 h 05 min - belette2911 prend la parole ( permalien )

    Hello,

    Bon, déjà qu’il ne fait pas chaud quand on ne vit pas perpétuellement dans le Sud de l’Hexagone mais dans le milieu de la Belgique… mais alors si tu en rajoutes une couche, de neige, je dis « stooop » !

    C’est pas Emmanuelle Seigner qui va me réchauffer non plus. Déjà qu’elle prend des risques en soignant un type qu’elle ne connait pas…

    Je ne suis pas fan des soeurs Seigner, et s’il y en a une que je ne supporte pas, c’est bien la Mathilde !

    Mais le film a l’air intéressant quand même… hormis ce froid.

    La référence à Rambo, chef d’œuvre cinématographique d’interprétation masculine et dialogues flirtant avec la parole divine qui va achever de me convaincre !

    Allez, colonel, on y va !

    • 1 juillet 2013 , 9 h 26 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      La Mathilde, c’est une autre histoire. Sa filmographie ne rentre pas trop dans mes envies cinématographiques.

      Un verre de schnaps ou une bonne Triple fermentation et ça te réchauffe les doigts de pied !

      On va tous les bouffer, mon colonel !

  4. 2 juillet 2013 , 18 h 15 min - phil prend la parole ( permalien )

    Voila une bonne idee bibison, surtout avec cet ete caniculaire.

    Et avec ca, je te propose un Ichiban Fuda Tokusen Shochu
    avec un glacon et une tranche de citron Bibi ????

Ajouter un commentaire aux manU

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS