Love is Simple [Akron/Family]

Par le Bison le 13 juillet 2011

Catégorie : 5 étoiles, Folk & Indie

Tout le plaisir revient dans l’enchaînement successif des écoutes de ce groupe New-Yorkais, Akron/Family.

A la première tentative, j’ai l’impression d’entendre une joyeuse bande de drilles qui s’amusent, chantent, vocalisent, tapent des mains, des pieds, le tout dans la joie et la bonne humeur. Rien de bien transcendant, en somme… Juste de quoi boire un café, même pas un Blue Mountain, en musique !

A la seconde écoute de leur troisième album, « Love is Simple », je ne sais déjà plus où navigue le groupe. Du folk, il passe à la pop électrique aux accents très british, très Beatles. Ils chantent en chœur façon quatre garçons dans le vent, ils chantent en douceur façon Devendra Banhart, le grand gourou de la nouvelle vague Folk. Beatles et Banhart, un mélange plutôt détonnant et pour le moins original… J’prendrais bien une pinte de Guinness pour accompagner ces tambourins !

A la troisième écoute – il faut les enchaîner pour percevoir toutes les influences et les aspects d’un tel album – je me perds dans les méandres d’un psychédélisme seventies digne d’un « Piper at the gates of the dawn » ou d’un « Saucerful of secrets », signés évidemment Pink Floyd. Je récapitule pour mettre les idées bien en place, Akron/Family serait un mélange de Beatles, de Banhart et des Pink Floyd ?… Il me faut un truc plus fort, genre une Rochefort 10, pour assimiler cette hallucination musicale !

.

.

.

A la quatrième écoute, je deviens accro… Ce que j’avais pris au début pour du n’importe quoi se révèle être du grand quelque chose, à savoir une musique inclassable multi-influence et multiculturelle, joyeuse et délurée entre le folk (parfois même aux accents celtiques), la pop et le psychédélisme qui me donne en plus l’envie de découvrir leurs deux précédents albums, ainsi que les galettes suivantes (Love is Simple datant de 2007). Passons à autre chose, un rye made in Tennessee par exemple !

A la cinquième écoute, complètement accro… Un single malt, double Caol Ila, sans glaçon ! et je remets la galette sur la piste 1…

Et si vous voulez connaître la grande et fabuleuse histoire de la pochette intérieure de Love is Simple, rien de plus simple… Direction Blinkglights, rubrique Art Works, nom d’une originalité incroyable pour des articles qui traiteront des plus belles ou plus originales pochettes d’album

.

.

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS