Tourist History [Two Door Cinema Club]

Par le Bison le 28 juin 2011

« Cigarettes in The Theater » marque les débuts bondissant de leur premier album. Du pop-rock made in Ulster (Irlande) prometteur. L’album est court, vif, rapide ; il se découpe en 10 petits titres, sortes de scénettes hâtivement expédiées sur 32 minutes chrono en main. L’album sera donc à écouter dans un court laps de temps pour retrouver la pêche et son pep’s. Loin d’être génialissime, « Tourist History » ne demande qu’à vieillir un peu pour savoir si d’ici quelques mois il supporte encore la comparaison avec les futures productions musicales du moment. « Tourist History » serait aussi le genre d’album a laissé dans une voiture et à ressortir par grisailles ou embouteillages pour retrouver un peu de son mordant et de son énergie (le genre d’album qui réveillerait un troupeau de bisons endormis au fin fond d’une prairie enneigée).

Car la qualité première de Two Door Cinema Club est bien l’énergie qu’il déverse, aussi bien sur leurs guitares que vocalement. Ça sonne bien, ça sonne juste, c’est du bon rock teinté de pop britannique qui aurait pu sortir aussi bien dans les années 80 que maintenant. Ils n’ont rien de révolutionnaires, peut-être ne vont-ils pas franchir l’étape populaire et critique d’un second ou troisième album. Alors autant en profiter maintenant. Ce ne sera pas perdre son temps, un brin futile, mais la vie n’est-elle pas futilité-même ?

[diwp:5381435]

Car la qualité seconde de Two Door Cinema Club est bien cette futilité qui nous procure leur musique. Par définition, elle n’est que divertissement pur, un brin défoulatoire et surtout faite pour bondir sur place, remuer les cheveux et lever les poings serrés. Elle soulève la poussière (comme un bison lancé à 30km/h dans son corral), elle est faite d’excès de vitesse (comme un bison lancé à 40km/h dans son corral) et même si elle s’oublie vite, elle permet d’échapper pendant une petite demi-heure aux soucis quotidiens en oubliant ce qui se passe autour de nous (comme un bison lancé à 45km/h dans son corral).

Et puis la qualité troisième de Two Door Cinema Club est qu’au final ils ont réussi un bon petit album de leur temps qui donne juste l’envie de lever ses grosses fesses de bison de sa chaise et de sautiller sur place (et pour les bisons les plus sportifs ou les plus téméraires de carrément bondir tel un gros marsupilami sauteur attaqué par un troupeau de puces sauvageonnes).

Les Oreilles de Jankev avaient chroniqué l’album en son temps :

Petit détour par la meilleure partie de l’album avec l’écoute de la première piste : ça commence fort avec ce qui pourrait être l’hymne du groupe « cigarettes in the Theater ». Le titre est remuant, on gigote dans tous les sens, c’est rock’n’roll et on en grillerait presque une petite au théâtre, juste pour le geste. On est rock ou l’est pas !

.

[diwp:5381439]

.

2 commentaires
  1. 28 juillet 2011 , 23 h 00 min - SmundaBaind prend la parole ( permalien )

    ce que je cherchais, merci

    • 29 juillet 2011 , 9 h 59 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Un bon p’tit rock sans prétention, juste pour défouler les jeunes et les masses… Faut voir sur la durée, mais sur l’instant présent, ça cogne et ça bouge !

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS