Vingt-Trois Prostituées [Chester Brown]

Par le Bison le 30 mars 2013

Elles s’appellent Carla, Angelina, Anne, Amanda, Susan, Wendy, Diane, Danielle, Jolene, Yvette, Gwendolyn, Alexis, Hillary, Béatrice, Myra, Jenna, Kitty, Larissa, Arlène, Edith, Laura, Nancy, Millie ou Denise et tant d’autres. Ah, Denise… 23 filles, parfois belles parfois avec de gros seins parfois mures parfois très (trop ?) jeunes ! Vingt-Trois prostituées que Chester Brown a fréquenté au cours de ces dix dernières années. Dessinateur de BD, il se met à nu, quitte à perdre l’estime de ses proches ou de ses amis potentiels, pour te raconter ces rencontres.

Le trait est pur, réservé au strict minimum. Point de détail, point d’émotion, un style froid pour prendre du recul sur le contenu. Tu imagines d’ailleurs des scènes graveleuses, d’un esprit douteux et pervers. Mais je te laisse avec ta libre libido. Rien de tout ça. Ce livre, roman graphique qui se lit comme un roman-photo au crayon, pose de vraies questions. Prix à débattre et (im)moralité en jeu.

En manque d’amour, après une rupture décisive, Chet pose sa réflexion sur l’amour romantisme. Et plus il pense, plus il sent que la solution idéale est les relations tarifées. De là, il va faire le tour de Toronto, sans arpenter le trottoir, de quelques escort-girls ou prostituées. Y vois-tu un mal ? Tu peux le juger, si cela te chante. D’ailleurs, il ne s’en cache pas (sinon, il ne se serait jamais mis en scène dans ces petites cases rectangulaires). Il se dit pour la décriminalisation de la prostitution. En un sens, il n’a pas tort. Il ne se contente pas de l’acte sexuel, il parle avec elles. De quoi ? De leur métier, de ce que lui fait dans la vie. De ce qu’elles font, l’une ne pratiquent que la fellation, l’autre n’embrasse pas, celle-ci embrasse mais refuse de se faire toucher… A chaque rencontre, de nouvelles interrogations se posent. Sur son comportement à lui, sur ce qu’elle attend, sur les impressions qu’il donne, sur le sentiment qu’elle laisse. Doit-il laisser un pourboire en plus du tarif de l’acte ? Doit-il lui donner l’argent en mains propres ou le laisser en évidence sur la commode de la chambre ou sur la table basse du salon ?

Avant d’accepter une telle lecture, une telle proposition devrais-je dire (parce que croiser le chemin de vingt-trois prostituées n’est pas anodin), je me suis renseigner. J’ai tout de suite senti que la BD n’était pas racoleuse, ni même aguicheuse et affriolante. Non, elle traite d’un fait de société, en profondeur (n’y voyez pas de jeu de mot, que des jeux de mains). Oui, cette BD propose le débat et l’échange… d’idée et de perception de la vie, de l’amour et des relations humaines. Chester Brown propose son avis, sa conception des rencontres dites tarifées. Il ne te l’impose pas, mais il te fait réfléchir.

Petit aparté mais toujours dans le cadre de ce sujet, veux-tu que je te raconte le plus fabuleux merveilleux jubilatoire jouissif roman que j’ai lu sur ces fameuses arpenteuses de trottoir ? Un seul OUI de ta part suffira à mon bonheur, pour me replonger dans ces souvenirs impérissables à San Francisco. Allez, Andy, dis-moi OUI !

Je te laisse, j’ai rendez-vous avec Amanda. Mais avant, il faut que je remercie le gars sans lequel je n’aurais jamais été aux putes. Oui Monsieur manU ! De-là à dire que toi aussi tu fréquentes ce genre de rencontres… les rumeurs – surtout ici – peuvent aller vite, bien plus vite qu’une fellation pratiquée par l’une de ces dames expertes. manU, on ne se connait pas mais cette chronique t’es dédiée, pour ton bon sens ou ton sens pratique… Et n’hésites pas à me recontacter pour de prochaines rencontres aussi appétissantes et gouleyantes que celles-là, péripatéticiennes ou pas…

Vous me connaissez, ce livre a été lu sous la contrainte !

Merci donc au site PriceMinister,

pour ces 23 prostituées,

et aux Éditions Cornelius, Collection Pierre,

pour ce partage et cette confiance envers un Bison ravi d’avoir fréquenter les plaisirs de ces vingt-trois prostituées.

Note : 19 / 20.


18 commentaires
  1. 30 mars 2013 , 19 h 52 min - La bohémienne prend la parole ( permalien )

    Bien bien… on ne va pas avoir le live du samedi soir après ça …

    Tu aurais pu mettre 23/20, une idée comme ça et puis je me demande pourquoi PM ?… tu touches des … (ahah) des royalties ?

    Sinon chépa, faut que je relise plus en profondeur ton billet, j’ai pas tout compris !

    • 30 mars 2013 , 20 h 23 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      on ne va pas avoir le live du samedi soir après ça …

      Non, pas de live ce samedi soir. Je ne peux pas être partout. Aller au concert ou aller aux putes, fallait choisir.
      J’ai choisi

      puis je me demande pourquoi PM ?… tu touches des … (ahah) des royalties ?

      Pas de royalties. Mais c’est Priceminister qui m’a offert cette BD pour que j’en fasse une chronique dans le cadre du festival d’Angoulême. Et que je lui donne une note sur 20.
      En contre-partie, il me semble normal que je cite le site et que j’y mettes un lien…

      Sinon chépa, faut que je relise plus en profondeur ton billet, j’ai pas tout compris !

      T’as déjà compris qu’il fallait chercher la profondeur. C’est déjà un bon début !

    • 30 mars 2013 , 21 h 21 min - La bohémienne prend la parole ( permalien )

      PM offre des bouquins … :o )

    • 30 mars 2013 , 22 h 26 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Ce sont surtout les maisons d’édition qui passent par des sites comme PM ou Babelio, lors des opérations type ‘Masse Critique’, qui offrent des bouquins en échange d’un mot sur un blog ou un site. En plus, on n’est même pas obligé d’aimer… ;)
      Mais pour mon cas, c’est souvent une réussite, et je ne regrette pas d’avoir choisi Chester Brown !

    • 30 mars 2013 , 23 h 32 min - La bohémienne prend la parole ( permalien )

      Oui oui mais pourquoi toi ? hein… ;)

      Je te l’avais dit que tu serais célèbre… ma boule de cristal !

    • 31 mars 2013 , 10 h 58 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je te l’avais dit que tu serais célèbre…

      Point du tout !

      Oui oui mais pourquoi toi ? hein…

      suffit d’envoyer un mail et attendre…

  2. 30 mars 2013 , 21 h 57 min - Philippe D prend la parole ( permalien )

    Je ne lis pas de BD. Je ne m’attarde donc pas à cette lecture. Mais merci pour cette participation à mon challenge.
    Bon dimanche pascal.

    • 30 mars 2013 , 22 h 24 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Moi aussi, très peu de BD dans ma bibliothèque. D’ailleurs, je vois celle-ci plus comme un roman graphique. Mais, j’ai d’autres participations en cours à ton challenge.

  3. 30 mars 2013 , 23 h 46 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Le sujet semble intéressant si on a le point de vue de l’auteur mais aussi de ces 23 prostituées…

    Je ne pense pas que les hommes et les femmes qui se prostituent le fassent par plaisir ou désir, mais puisqu’ils le font et qu’il en faut qu’on les laisse faire leur métier dans la dignité…

    C’est vrai ça……et mon concert gratuit du samedi soir ;) !!!

    • 31 mars 2013 , 11 h 02 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je ne pense pas que les hommes et les femmes qui se prostituent le fassent par plaisir ou désir, mais puisqu’ils le font et qu’il en faut qu’on les laisse faire leur métier dans la dignité…

      Je le conçois également.
      Mais, Chester n’a apparemment rencontré qu’une certaine ‘catégorie’ de prostituées. Sans dire qu’elles soient volontaires, celles-ci ne semblent pas ‘sur-exploitées’. L’arbre qui cache la forêt. Et pour éviter le coté obscur de la forêt, il a pris soin d’éviter la rue, d’éviter les étrangères, les trop jeunes et les coins glauques.

  4. 31 mars 2013 , 22 h 32 min - La bohémienne prend la parole ( permalien )

    Un live du dimanche soir exceptionnel ?

    • 1 avril 2013 , 13 h 29 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      C’est pas dans le concept, et encore moins le lundi même férié.

    • 2 avril 2013 , 15 h 05 min - La bohémienne prend la parole ( permalien )

      C’est cela un bison gavé de poules en chocolat, cela ne fait plus rien ;)

  5. 2 avril 2013 , 19 h 51 min - manU prend la parole ( permalien )

    C’est un premier pas vers l’âge adulte petit scarabée,
    un jour tu verras, tu seras un homme…^^

    • 2 avril 2013 , 21 h 02 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      un jour tu verras, tu seras un homme…

      15 cm ?

    • 3 avril 2013 , 12 h 05 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      15 cm ?

      Ah! mais rassure nous….au repos ? ;)

  6. 3 avril 2013 , 12 h 11 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Juste pour info le Bison, c’est pas une question de centimètre ….. :)

    • 3 avril 2013 , 19 h 03 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Elles disent toutes ça… mais dans la réalité :)

Ajouter un commentaire aux Philippe D

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS