Le Live : Echoes

Par le Bison le 16 mars 2013

Souviens toi de cette soirée.

Tu avais beaucoup bu,

comme toujours.

De la bière, du gin et du marc de café,

le triptyque de tes nuits.

Tu entendais des murmures

qui chuchotaient derrière la porte de ta chambre.

Tu frissonnais, non pas de froid,

non pas de peur,

mais d’émotion.

Tu voyais une guitare s’envoler,

dans les plus hautes sphères de la stratosphère.

Je te parlais de Gibson hurlante

tu me répondais par de la Stratocaster planante.

De la fumée à tes pieds,

tu voyais des arc-en-ciels sur le plafond,

la vision troublée par des projecteurs dans la tête,

tu t’imagines au Royal Albert Hall,

tu t’écroules sur ton lit en 2006.

Remember That Night.

Moi, je me voyais encore à Pompéi,

à jouer torse nu du gong,

sous une chaleur à rendre fou un moine pervers

et je m’écroule sur le canapé en 1971.

Dans ma tête, cela cogite comme quand j’enchaine les triples fermentations,

j’écoute cette musique sortie du milieu de la nuit,

mais je sais qu’au fond de mon cœur,

qu’au fond de mon âme,

rien ne surpasse la version Live at Pompeii,

comme un écho surnaturel à mes profondes interrogations spirituelles.

Voilà, c’était le LIVE du Samedi Soir,

De grands morceaux de concert

Pour les amoureux de la musique,

Les amoureux du live

Et les amoureux du Bison !

11 commentaires
  1. 16 mars 2013 , 23 h 24 min - La bohémienne prend la parole ( permalien )

    Moi pas comprendre 1971, mais moi comprendre 2006.

    • 16 mars 2013 , 23 h 33 min - La bohémienne prend la parole ( permalien )

      Puisque je suis là, tu as le bouquin de Nick Mason ? yes or no ?

    • 17 mars 2013 , 17 h 04 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Moi pas comprendre 1971, mais moi comprendre 2006.

      1971, parce que ce titre y a marqué de son empreinte éternelle cette année, un titre issue du grand album MEDDLE !
      2006, parce que le concert de cette vidéo s’est passé cette année-là.

      Puisque je suis là, tu as le bouquin de Nick Mason ? yes or no ?

      no, je préfère la musique, je ne sais pas lire !

  2. 17 mars 2013 , 7 h 52 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Sûr,là on est dans « le grand oeuvre » floydien malgré les dissensions,le si ancien départ de Syd,la mort de Rick,la brouille David-Roger. Somptueux, magistral,mais ça me fout un peu le cafard,je me revois dans ma petite ville,le single « Arnold Layne »,à la main,frimant un peu,et prétendant aux copains « ces gars là,ils iront loin ».Loin le Floyd est allé,trop peut-être,loin du binaire.Me reste le vinyle, »Saucerful of secrets »,entre autres.Fuckin’ time…

    • 17 mars 2013 , 17 h 07 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Fuckin’ time !
      T’en as vécu des choses l’ami… Et des belles !

  3. 17 mars 2013 , 9 h 34 min - belette2911 prend la parole ( permalien )

    Les couleurs rouge, la fumée, 22 minutes de musique… manque plus qu’un verre !

    Barman, une vodka martini, au shaker !

    • 17 mars 2013 , 17 h 06 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      au shaker, bien sur…
      Je n’aurai jamais l’idée de le servir à la cuillère !

  4. 18 mars 2013 , 15 h 15 min - phil prend la parole ( permalien )

    mais on y etais pas au live de pompeii ! ! !
    SNIF

    • 18 mars 2013 , 15 h 51 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Ah bon ?
      Date de tournage à Pompéi : Octobre 1971.
      Tu avais largement le temps de t’y rendre… !!!

  5. 18 mars 2013 , 15 h 16 min - phil prend la parole ( permalien )

    Mais 71 oulala et cette deuxieme partie apres le cris des dauphins …
    cette montee progressive du rock psychadelique ….
    hummmmmmm
    C’est Pink Floyd quoi ! ! !

    • 18 mars 2013 , 15 h 51 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      C’est du Pink Floyd,
      C’est Orgasmique quoi ! ! !

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS