De l’utilité des Donuts [Mark Alan Stamaty]

Par le Bison le 17 décembre 2012

« Sam vivait avec sa famille dans une charmante maison.
Il avait un grand jardin et des tas d’amis.
Mais par-dessus tout, il voulait des donuts ! Oh pas quelques donuts, mais des centaines et des milliers et des millions de donuts – plus de donuts que son père et sa mère ne pourraient jamais lui offrir. »

La trame est lancée. Sam, stetson et santiags, chevauche son tricycle et pars à la grande ville à la recherche de donuts. Des chariots de donuts. Il en veut, Mmmmmm un donut. Voilà donc une BD, dénichée au rayon jeunesse, publiée chez Actes Sud dont son principal attrait n’est pas l’histoire (pff, un gamin habillé en cow-boy qui part à la recherche de donuts – totalement irréaliste !), mais pour son coup de crayon.

Tout en noir et blanc, chaque page foisonne de détails. Il y a tant à lire sur chaque page, chaque affiche, chaque devanture de magasin, chaque papier gras sur le trottoir, chaque panneau publicitaire. Oui, des détails à profusion. Un dessin chargé et surchargé en traits noirs, en émotion et en drôlerie humoristique et caustique. De quoi rester bloqué sur la page, pendant une heure ou plus. Le gars, Mark Alan Stamaty, n’était pas avare de coups de crayon et chaque trait d’humour a dû être évidemment traduit dans notre langue. Un véritable travail de fourmi, titanesque. Mais le rendu est à la hauteur, car en plus d’amuser mon gamin avec cette histoire de donuts, il m’a totalement ravi ! Conquis, devrais-je dire.

A noter que cette BD, la seule de l’auteur, est devenu culte aux pays du Montana et aux alentours (tous les United States qui portent des stetson et des santiags) depuis sa publication en l’an de grâce 1973 (la traduction a pris son temps).

[diwp:17497888]

Bon, je ne suis pas sûr que les images sur un blog rendent hommage à la qualité impressionnante du dessin. Le mieux est d’aller dans votre librairie préférée, de le feuilleter, de voir vos yeux s’illuminer, de sortir un petit billet et de remercier votre libraire d’être encore en vie et de ne pas avoir mis la clef sous la porte ! Et puis aller chez Apu voler une Duff… D’oh !

« Alors qu’ils dévalaient les rues de la ville, ils passèrent devant une vieille femme triste sur le seuil d’une maison. « A quoi bon les donuts ? s’écria-t-elle. C’est vrai. A quoi bon les donuts quand on a l’amour ?. » »

Oui, c’est vrai, ça ! A quoi sert bon les donuts. D’où de l’utilité des donuts

10 commentaires
  1. 17 décembre 2012 , 22 h 45 min - manU prend la parole ( permalien )

    Ouh pinaise des Donuts, Marge !!

    • 18 décembre 2012 , 9 h 05 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      des centaines, des milliers, des millions de Donuts.
      Le paradis, Marge !
      Foi(e) d’Homer.

  2. 18 décembre 2012 , 12 h 53 min - Hahasiah prend la parole ( permalien )

    D’Oh! Encore une BD à ajouter dans mon pense-bête! Zut!Il va être chargé le Père Noël (et je ne parle pas de son taux d’alcoolémie, là!).
    De toute façon, il aurait raison…Braver le froid, la tempête, la neige (voire les 3 à la fois) pour aller porter des cadeaux à de jeunes et gras ingrats, ça mérite bien un petit vin chaud ou un grog!
    D’ailleurs, sus au climat hivernal! Tous au grog! :)

    • 18 décembre 2012 , 14 h 15 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Contrairement aux facteurs qui eux peuvent se faire arrêter une fois la cirrhose du foie atteinte, le Père Noël lui, ne paie pas de cotisations sociales, ni même de mutuelle, et donc doit continuer coute que coute, grog sur grog, sa tournée annuelle !
      Et en plus il ne vend pas de calendrier tout nu…

  3. 18 décembre 2012 , 14 h 50 min - Hahasiah prend la parole ( permalien )

    Il y a des « facteurs » dont il faut tenir compte… C’est dur le boulot de Père Noël! Qu’est ce qu’il trinque le pauvre!

    • 18 décembre 2012 , 15 h 47 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Pour trinquer, il trinque, le Père Noël… Et pendant ce temps-là, ce sont les lutins et yetis qui bossent !

  4. 18 décembre 2012 , 15 h 45 min - phil prend la parole ( permalien )

    Hey vous etes tous timbres la ! vous avez mange trop de donuts ou koi ?
    consulter devient prioritaire voir urgent !
    colissimo, gravissimo
    allez, j’envoie mon pli en direct sur le net et pas en chrono.
    Ho ho ho

    • 18 décembre 2012 , 15 h 49 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Ho ho ho

      Certain dirait D’oh D’oh D’oh…
      et s’écraserait une canette de Duff sur le front !

  5. 18 janvier 2013 , 10 h 18 min - phil prend la parole ( permalien )

    Le pere Noel fait bien les choses, j’ai pu voir de pres cet ouvrage. Et c bien le terme qu’il faut !
    Y’en a de ces tites lignes en plus du texte principal a se faire.
    Ca signe l’overdose, le gars en manque qui epie et recherche toutes ces petites lignes tracees partout partout. Le gars qui espère les avoir toutes lues. On devient accro de tous ces petits details.
    Chapeau au coup de crayon et comme tu dis, chapeau au traducteur pour toutes ces lignes qu’il nous met a disposition !
    Mais on est prevenu des le debut de l’aventure… »Nouvelles! Un quidam ouvre un livre et lit les petites lignes … »
    comme quoi, les donuts restent utiles quand on n’a pas l’amour …

    • 18 janvier 2013 , 18 h 44 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Non, mais dis-donc ! Le père Noël m’a dit que le livre ne t’était pas destiné ! Retourne avec ton samouraï et laisse le Donut tranquille !

      Mais quel livre, quand même ! Graphiquement une merveille. J’aurais bien aimé quelques pages de plus pour que l’histoire s’étoffe un peu plus… Moi, je dis qu’il faut être sous ecstasy pour dessiner furieusement comme ça sur une page blanche…

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS