Zabriskie Point [Michelangelo Antonioni]

Par le Bison le 12 décembre 2012

Au départ, puisqu’il faut un commencement, il y eut une B.O. que j’ai l’impression de connaitre par cœur. De la bonne musique, excellente même, du rock psychédélique des années 70 avec en tête de gondole, un petit groupe anglais, The Pink Floyd, suivi d’un petit groupe de San Francisco, The Grateful Dead, avec également un petit gros barbu à lunettes, Jerry Garcia… Y aurait-il des amateurs de ce genre de musique tendance décadente ?…

Pendant des années, des décennies, même j’ai éclusé cette B.O. D’abord, une cassette copiée, ensuite un CD. Puis, vint l’ère du DVD. Donc enfin, je pus voir le film. Depuis le temps…  Je me suis offert le DVD car, c’est le genre de film qui doit se regarder plusieurs fois, à l’instar d’Easy Rider. Je fais un parallèle avec le film de Dennis Hopper, car il a le même symbolisme de l’époque, à savoir une Amérique contestataire, des jeunes qui cherchent des repères et qui paraissent totalement incompris par le monde adulte…

Je l’avais tellement fantasmé ce film avant de le voir que j’étais tout tremblant lorsque je déballais le maudit cellophane, que j’étais en transe lorsque j’insérais le disque dans le lecteur, que j’étais tétanisé par l’ampleur des premières images. Oui, c’est bien moi qui suis en train de regarder Zabriskie Point. Cela avait quelque chose d’irréel dans mon imagination. Je croyais rêver les yeux ouverts. Ce n’est pas le plus grand film de cette décennie, encore moi un chef d’œuvre d’Antonioni. Peu importe, à mes yeux, le DVD valait la quête du Saint Graal.

[diwp:14135817]

Synopsis : Los Angeles, 1969. La contestation grandit dans les milieux universitaires. Marc, un jeune homme solitaire, est prêt à mourir pour la révolution mais il se refuse à mourir d’ennui. Révolté par les arrestations arbitraires, il achète un pistolet pour se protéger. Témoin d’une fusillade au cours de laquelle un étudiant noir est abattu par un policier, il s’apprête à riposter quand soudain le policier est abattu. Craignant d’être poursuivi pour un crime qu’il n’a pas commis, il s’enfuit dans le désert à bord d’un avion volé…

Un grand trip musical pour le droit à la liberté. Le thème peut paraître naïf, mais c’est l’époque qui veut ça, le flower power et la vie à la mode hippie. Le film en lui-même est un beau voyage dans le désert de Californie.

12/12/12, cela aurait pu être la fin du monde. Non, c’est juste la rencontre à Zabriskie Point.

L’ami Eeguab en parle justement ce soir – Back to Zab – toujours avec son côté passionné et cinéphile que j’admire :

La célèbre scène de nus,et le love-in rêvé de l’Open Theatre, troupe d’avant-garde inénarrable, ont fait beaucoup pour la (mauvaise) réputation du film. Quarante ans après on sourit bien sûr, nous étions si jeunes nous aussi. Au cœur de la vallée, c’est comme un retour aux origines, une démarche matricielle, biblique en même temps qu’orgiaque.

Magnifique scène d’orgie dans le désert… Ça laisse rêveur…

Au rayon des anecdotes :

  • Harrison Ford, bien des années avant Han Solo et encore plus avant Indiana Jones, participa également au tournage. Bien que ses scènes fussent coupées au montage, on peut l’apercevoir dans la scène de la prison.
  • La fin originale contenait un plan d’un avion derrière lequel flottait une banderole avec l’inscription Fuck You America. Séquence, bien entendu, censurée !

15 commentaires
  1. 13 décembre 2012 , 8 h 00 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Allez, cher Bison,un charter pélerinage pour Zabriskie Point! Et merci.

  2. 14 décembre 2012 , 11 h 10 min - phil prend la parole ( permalien )

    Comme koi tout se merite un jour ou l’autre … et si y’a du Pink Floyd, ca ne peut qu’etre bien !
    En plus ils se sont imposes et bien amuses avec leurs appareils electro. A l’epoque ils ne savaient pas comment ca fonctionnait parait-il mais ils jouaient avec et ca donne ce que l’on sait !
    Ils en parlaient justement mercredi soir sur France Inter. Peut etre que tu peux retrouver le doc. Des gars reprennent les debuts et leurs appareils d’epoque pour leur rendre hommage …

    • 14 décembre 2012 , 13 h 27 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Sur quelle émission de France Inter ?
      Allez, passes tes infos ! Fais tourner Bibi,
      je suis à ton écoute…

  3. 14 décembre 2012 , 11 h 32 min - phil prend la parole ( permalien )

    en tt cas la prochaine fois que j’ecoute du Pink Floyd il va falloir que je fasse gaffe que je n’explose pas tout !
    suis remonte moi !
    et pi tu aurais pu mettre une scene plus hot dans les dunes sur fond de guitare ….
    Mais y a trop de serpents qui montrent leurs tetes peut etre !!!
    Bon j’arrete je vais m’ensabler et le pire tout seul !

    • 14 décembre 2012 , 20 h 12 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      et pi tu aurais pu mettre une scene plus hot dans les dunes sur fond de guitare …

  4. 14 décembre 2012 , 14 h 53 min - phil prend la parole ( permalien )

    france inter, mercredi 12 decembre emission ouvert la nuit
    thierry balasse, revisite dark side of the moon, la face cachee de la lune

    http://www.franceinter.fr/emission-ouvert-la-nuit-nicolas-frize-thierry-balasse

    pleins d’anecdotes ….
    et des noms d’instruments trop joli ….
    un autre temps, tres psyche mais hummm

  5. 15 décembre 2012 , 10 h 19 min - phil prend la parole ( permalien )

    oui voila c bien ca, tu vois qd tu veux !

    • 15 décembre 2012 , 20 h 23 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      je conçois que ce second extrait est beaucoup plus attrayant !

  6. 18 décembre 2012 , 15 h 31 min - phil prend la parole ( permalien )

    evident !

    • 18 décembre 2012 , 15 h 44 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      C’est depuis que ce jour-là que je veux aller à Zabriskie Point, surtout avant la fin du monde…

  7. 18 décembre 2012 , 15 h 46 min - phil prend la parole ( permalien )

    va falloir faire vite … allume la zik, ca transporte plus vite !

    • 18 décembre 2012 , 15 h 51 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      allume la zik, ça transporte plus vite !

      Je peux pas, j’ai ma fréquence bloquée cet après-midi sur Neil Young…

  8. 8 juillet 2015 , 11 h 50 min - niolynes prend la parole ( permalien )

    Un film que j’aime beaucoup. Pour ma part découvert en fac lors de la fameuse séquence de l’explosion finale… puis vu en VHS dans cette même fac tandis que je trouvais le CD sur Paris alors que sur internet il était à des prix faramineux… Un must et effectivement pas l’un des meilleurs d’Antonioni mais un de ceux que je revoie le plus avec plaisir !

    • 8 juillet 2015 , 22 h 12 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Un must qui se laisse regarder encore et encore… et pas que pour Pink Floyd !

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS