Live Volumes 1 & 2 [Screamin' Cheetah Wheelies]

Par le Bison le 1 mars 2013

Un pied à Nashville, l’autre dans le Tennessee. Droit dans mes santiags, je rentre dans le premier bouge poussiéreux pour écouter un ‘petit groupe’ local – et aussi pour surchauffer le gosier avec la sécheresse d’un bon rye. Et là, je me prends une terrible claque. Sur le cul, pas que le rye soit trop fort, il ne tire que ses 43° minimum. Non, sur scène, en « Live Volumes 1 & 2 », les Screamin’ Cheetah Wheelies jouent un Southern Rock détonnant, un blues entraînant. Rugueux et râpeux, le rye se mélange avec les guitares. Tranchantes et incisives à découper un bœuf. Je suis électrifié par le groove ambiant, une musique du début 2000 mais puisant son énergie dans ses ainés affichés, Allman Brothers Band.

Une énergie puissante qui se dégage de cette poussière de Nashville. Pas de repos, ou si peu, le temps de commander une pinte de bières, pas de rye, sinon je décolle plus, et je veux encore m’envoler, suivre ces longs riffs dans le désert, le temps de faire un clin d’œil à la camionneuse de la table d’à-côté. Et après ce blues langoureux, qui m’a permis de faire connaissance avec la gente ‘féminine’ ‘locale’, les gars sur scène enchaînent avec ce qui ressemble à un bon vieux boogie-woogie de derrière les fagots au rythme si entrainant que me jambe droite en frétille et que la poitrine de ma voisine dite la camionneuse en fait de même. J’aime cette cadence, haut-bas, droite-gauche, j’aime quand ça bouge dans tous les sens.

Je ne sais même plus comment mon cul a atterri sur cette chaise. Je ne me souviens même plus du pourquoi, ni du comment. J’avais soif, et je voulais aguerrir mes oreilles avec du bon son, aussi lourd que la tonne de poussière collée sur mes santiags. Leur nom me plaisait, les Screamin’ Cheetah Wheelies. J’avais entendu au loin un harmonica, j’ai poussé les portes battantes, croisé le regard de la dite camionneuse qui s’époumonait à hurler sur l’excellent batteur qui enchainait les titres sans donner l’impression de se fatiguer malgré la force de frappe qu’il y met. Combien de temps, vais- je rester le cul sur cette chaise. Encore quelques titres, un double live c’est 15 pistes qui déménagent qui remuent qui bousculent et qui me donnent le sentiment de respirer la musique de Nashville, Tennessee.

J’avais l’intention de vous rajouter d’autres extraits LIVE, mais j’ai le sentiment que celui-ci suffit à votre bonheur (le mien étant à l’apothéose avec cette musique). Point trop n’en faut, d’un coup. Je crains l’infarctus du myocarde. Et puis les autres morceaux suivront sans peine. Retenez ce nom, SCW. Même si depuis, le leader et chanteur Mike Farris se la joue solo. Le southern rock passe également par the Screamin’ Cheetah Wheelies !

Track Lists

Disc: 1

1. Intro

2. Shakin’ The Blues

3. Ride The Tide

4. Something Else

5. This Is The Time

6. Slow Burn

7. Leave Your Pride

8. Majestic

9. Moses Brown

Disc: 2

1. Venus

2. I Found Love

3. Magnolia

4. Father Speaks

5. Messenger’s Lament

6. I Dreamed

7. You Are

J’ai fini mon verre de rye, peut-être même qu’il y a moyen de conclure avec la camionneuse, et en attendant faut que je trouve une nouvelle galette des Screamin’ Cheetah Wheelies à mettre dans le lecteur de mon pick-up si je veux raccompagner la dem’selle en chemise à carreaux deux tailles en dessous.

9 commentaires
  1. 2 mars 2013 , 7 h 59 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Connaissais pas du tout ce Southern band.Enthousiasme de ma part même si on ne conclut pas avec la camionneuse.

    • 2 mars 2013 , 12 h 45 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      ça a un peu plus de 10 ans, mais ça fait sacrément du bien dans les oreilles…

  2. 2 mars 2013 , 18 h 49 min - phil prend la parole ( permalien )

    le rye doit quand meme aider pour etre a l’apotheose a moins que les nibards de la camionneuse y soient aussi pour qqchose …

    • 2 mars 2013 , 22 h 08 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      le rye, le rock et les nibards, la Sainte Trinité pour une soirée réussie…

  3. 5 mars 2013 , 11 h 36 min - phil prend la parole ( permalien )

    et les potes t’en fais koi ?

  4. 5 mars 2013 , 15 h 18 min - phil prend la parole ( permalien )

    prends un peu d’altitude, sors de ta pollution metropolitaine lol !

    • 9 mars 2013 , 11 h 42 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      y’ pas de boulot pour moi en altitude, juste de l’air pur et du génépi…

  5. 9 mars 2013 , 17 h 07 min - phil prend la parole ( permalien )

    vive internet et le teletravail hein !

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS