Le Vieux Fusil [Robert Enrico]

Par le Bison le 26 juin 2012

Montauban 1944.

Une belle jeune femme sur un vélo (la plus belle femme ?).

Un type ni jeune ni vieux, ni beau ni moche, petites lunettes rondes, genre monsieur tout le monde qui travaillerait dans un hôpital de campagne genre chirurgien urgentiste, pacifiste et humaniste, qui place son métier avant toute considération politique ou guerrière.

Ah la campagne française, les ballades en vélo, ça sent bon les vacances, mes vacances.

Bon, 1944. Ça sent aussi la guerre et toutes ses horreurs et ses exécutions sauvages aveugles. D’ailleurs la seconde scène du film, après les images bucoliques de la campagne, rentre sur Montauban, blindés SS et pendaisons dans les rues. Ça fait froid dans le dos.

Dans le rôle du bon docteur humaniste, l’excellent Philippe Noiret alias Julien Dandieu. Et dans le rôle de la jeune et sublime épouse, Romy Schneider alias Clara. Je vous ai déjà dit que c’était la plus belle femme du monde ? En second rôle, je note la belle présence de Jean Bouise.

Le contexte : les nazis sont acculés par la Résistance ; ils sentent la défaite inévitable et s’apprêtent à quitter ces lieux paisibles de la France profonde. Mais comme le nazi est sauvage, il ne se contentera pas de faire sa valise et les exécutions arbitraires s’activent.

J’en dis pas plus, tu l’as certainement déjà vu. Ce genre de film est le genre qui se voit plutôt dix fois qu’une. Toujours est-il que se sentant menacé, Julien envoie sa jeune et jolie femme avec sa fille, dans son château familial de campagne. Erreur ! Elle se fera violée et brulée vive au lance-flamme. Malaise dans la salle en 1975, date de sortie du film. La vengeance de monsieur-tout-le-monde sera tout aussi violente (Julien Dandieu ou John Rambo, époque différente, même combat).

Mais avant de mettre en route le DVD – sans le son THX super surround pour apprécier le crépitement du méchoui, j’ai pris quelques précautions d’usage. 1. Muscler l’épaule gauche pour recueillir tête féminine en peine. 2. Prévoir un paquet de mouchoirs – voir deux – pour compagne émotive. 3. Se servir un verre de bourbon pour relâcher la pression. 4. Garder en mémoire la photo de Romy Schneider pour passer une douce nuit dans les bras de Morphée.

J’en dis pas plus. Le film est culte (quelques césars en poches en 1976 : meilleur film, meilleur acteur pour Philippe Noiret, meilleur musique de film pour François de Roubaix + en 1985 le césar des césar). Vu à la télévision, vu en VHS (hé oui, je suis le genre de bison préhistorique à avoir connu ce format antédiluvien), vu en DVD… en attendant un nouveau format. Car je crois que ce genre de film mérite autant de considérations. Pas pour l’esprit malsain qui y règne mais pour ne pas oublier ce que peut être une guerre d’occupation.

Désolé d’avoir plombé l’ambiance du ranch, mais ce film de Roberto Enrico, sombre puissant cruel, est l’un de ceux qui aura marqué le plus le cinéma français – et moi aussi (avec les Bronzés).

19 commentaires
  1. 27 juin 2012 , 0 h 35 min - Yspaddaden prend la parole ( permalien )

    J’ai vu ce film une fois à la télé, toute gosse, et je ne me souviens pas précisément de l’histoire. Par contre, la scène où la femme est brûlée au lance-flamme sur le mur du château est gravée depuis trente ans dans mon cerveau.

  2. 27 juin 2012 , 7 h 54 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Attention cher buffalo,risque de très grand écart et déchirures des adducteurs entre Le vieux fusil et Les Bronzés.

    • 28 juin 2012 , 18 h 34 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Bon OK. Je suis pas assez souple pour le grand écart. Je propose donc ‘Papy fait de la résistance’

  3. 27 juin 2012 , 8 h 01 min - Hahasiah prend la parole ( permalien )

    Quel film et quelle actrice! J’ai eu la chance de visiter le château de Bruniquel, le lieu du tournage, il y a deux ans…Je dois dire que l’émotion était au rendez-vous… Le lieu semble encore habité par la présence ensorcelante de Romy (oui je l’appelle Romy…Après tout ce que nous avons vécu ensemble…), La Banquière, La Piscine et le magistral Garde à vue (entre autres)…
    Merci pour ce partage…

  4. 27 juin 2012 , 14 h 06 min - phil prend la parole ( permalien )

    Quel film ! quand je le revois, je ne peux m’empecher de me mettre a la place de Philippe, de Philippe Noiret bien sur, qui a une super femme, qui te brule les yeux rien que de la voir !
    Et pi tu te dis, si j’etais a la place de ce Philippe, qu’aurais-je fait ?
    Ca fait bien quelques annees que je l’avais revu et tu vois, on se repose les memes questions, c’est peut etre ca la trace d’un bon film ou qu’on n’ait pas trop evoluer?
    vengeance vengeance, y’a encore du boulot sur la route du Samsara je te le dis moi !

    • 28 juin 2012 , 18 h 42 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Et pi tu te dis, si j’étais a la place de ce Philippe, qu’aurais-je fait ?

      Je n’ai pas de réponse. Je ne sais pas. Et puis Philippe Noiret rentre dans un état second. Il n’est plus lui. Il devient un autre.

      vengeance vengeance

      Le film fait encore débat sur le sujet. Le thème de la vengeance est omniprésent et fait réfléchir.

      une super femme, qui te brule les yeux rien que de la voir !

      J’suis aveugle… J’ai oublié mes Ray-Ban…

  5. 27 juin 2012 , 23 h 32 min - La bohémienne prend la parole ( permalien )

    Vu jeune et me suis laissée embarquer, mais je l’ai revu, je me suis sentie manipulée par cette histoire, par tous les ingrédients, la belle femme, le mari aimant (est-ce que cela aurait autant marché sinon ?), etc ponctuée de flashbacks attendrissant et justifiant la vengeance et la cruauté comme si il y en avait une horrible et une juste. J’ai compris pourquoi certains avaient quittés la salle avant la fin mais d’autres souriaient comme satisfaits.
    Non vraiment ce film me révolte maintenant.

    • 28 juin 2012 , 18 h 46 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Non vraiment ce film me révolte maintenant.

      Du moins, il ne laisse pas indifférent.

      J’ai compris pourquoi certains avaient quittés la salle avant la fin mais d’autres souriaient comme satisfaits.

      Non, pas possible… T’étais déjà dans la salle ? Tu devais avoir, pfou, à peine, pfou, si jeune ;)

    • 28 juin 2012 , 23 h 36 min - La bohémienne prend la parole ( permalien )

      Pas indifférent mais parfois il vaudrait mieux ?
      Ce que je n’aime pas c’est qu’on l’on rende la vengeance « aimable », humm tu vois ce que je veux dire, elle exacerbe des sentiments qui sont au fond malsains mais qui arrivent à satisfaire. .
      Que l’on en ressente à certains moments ciné, lecture peu importe mais c’est de le tourner de telles façons que l’on ne ressente plus au fond ce malaise, on l’accepte voir on est content.
      c’est fou non ? … il me semble qu’il y a des relents là dedans, enfin c’est mon impression.

      Et oui je l’ai vu en salle mais ça doit être dans une précédente vie … pas possible sinon :P

  6. 29 juin 2012 , 18 h 28 min - phil prend la parole ( permalien )

    et le contraire de la vengeance c’est quoi ? la compassion ?
    si c ‘est le cas, on travaille sur son karma !

  7. 2 juillet 2012 , 12 h 41 min - Hahasiah prend la parole ( permalien )

    Et Sissi…

    Le Bison s’est bien toi? Tu étais à jeun lorsque tu as répondu « Et Sissi? C’est ça? :)

    • 2 juillet 2012 , 14 h 50 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      18h38… J’étais peut-être en manque…
      A moins que cela fut une tentative d’humour bisonnante ! ;)

  8. 2 juillet 2012 , 14 h 54 min - Hahasiah prend la parole ( permalien )

    « 18h38… J’étais peut-être en manque…
    A moins que cela fut une tentative d’humour bisonnante ! »

    Avoue que t’es fan des robes à froufrou et des histoires pleine de guimauve et de bons sentiments…;)

    • 2 juillet 2012 , 14 h 57 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      A chaque Noël, je me régale d’une nouvelle diffusion télévisée, mais il ne faut pas trop ébruité l’affaire…

  9. 5 juillet 2012 , 23 h 29 min - dasola prend la parole ( permalien )

    Bonsoir, ah la scène où Romy soulève sa voilette pour boire sa coupe de champagne et que Philippe la regarde éperdu d’amour pour elle. Sublime et oui Romy était belle et plus que cela. Grand film bercé par la musique de François de Roubaix (trop tôt disparu, lui aussi). Bonne soirée.

    • 7 juillet 2012 , 14 h 21 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Grand film bercé par la musique de François de Roubaix (trop tôt disparu, lui aussi).

      Vous avez vu ?
      Si,si…
      J’arrive à mettre une vidéo dans un commentaire.
      Au bout de plusieurs années, j’ai eu enfin l’idée…

    • 7 juillet 2012 , 22 h 02 min - La bohémienne prend la parole ( permalien )

      Moui… j’attends le contraire héhé !

  10. 10 juillet 2012 , 17 h 04 min - phil prend la parole ( permalien )

    et la c l’ete alors sissi on oubli et on part sur fantomas, les bidasses et j’en passe !

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS