Un Traitre à Notre Goût [John le Carré]

Par le Bison le 7 avril 2012

Catégorie : 4 étoiles, Europe

« Hector était-il ivre ? Trop de pur malt de l’île de Skye ? »

Une nana, bien roulée, cheveux mouillés, bikini jaune, qui sort de l’eau turquoise sur une plage de sable fin, un soleil bronzé, et James Bond, sourire espiègle, biceps saillant, qui la mate à l’ombre d’un cocotier un verre de Martini-Vodka à la main. Voilà ma conception de l’espionnage. Peu importe la plage d’ailleurs, l’île m’apporte exotisme et femmes dénudées. Cela me convient…

D’ailleurs peu importe la femme, même… Du moment qu’elle soit bien roulé, qu’elle soit en bikini, qu’elle m’accompagne d’un cocktail exotique avant de se retrouver dans ma chambre. Elle peut être russe et blonde, rousse et anglaise ou brune et caribéenne, le principal étant que dans tout roman d’espionnage, elle alimente les fantasmes des espions et de moi-même sur une île sauvage où les pulsions sexuelles font battre mon cœur au rythme d’une Austin Martin à plein régime sur l’autoroute d’une corniche escarpée.

D’ailleurs peu importe l’île, aussi… Les Caraïbes ou les Canaris. Direction Antigua. Le soleil, les nanas, les cocktails… Et sur cette île, il y a un gros ours, genre montagne russe, crane luisant, ventre imposant, carrure à la ex-soviétique élevé au caviar et à la viande de bison. Un ours avec sa femme, ses marmots et ses gardes du corps patibulaires, un court de tennis, Gail et Perry jeune couple anglais (magnifique Gail, pas espionne mais prête à entretenir mes lamentables fantasmes libidineux, sa silhouette, son galbe, ses jambes fines et sa petite jupette blanche qui s’envole à chaque service). Le tennis, ce n’est pas vraiment ma passion, ni même ma tasse de Darjeeling (à part pour admirer je jeu de jambes des sœurs Williams ou la nymphette russe Anna Kournikova). Passons donc, j’assisterai quand même à la finale de Roland-Garros où le maître esthète Federer était encore tout puissant sur la fine poussière de terre battue.

« Je suis monté à la vigie où Vanya étais assis sur sa bouée, j’ai passé la tête sous le parasol pour dire ce que j’avais à dire et je me suis retrouvé face à la crosse d’un très gros pistolet coincé sous sa bedaine. Vanya avait déboutonné son gilet en daim à cause de la chaleur et le pistolet était là, brillant de tous ses feux. Je ne m’y connais pas en armes, Dieu merci, et je m’y refuse. Vous, vous vous y connaissez sûrement. Celui-là, c’était le gabarit famille nombreuse… »

Au fait, ce russe est le grand manitou du blanchiment d’argent, le Number 1 de l’écoulement de l’argent sale à travers toute la planète. C’est ça la mondialisation de l’économie. D’ailleurs, j’y apprendrai pas mal sur le sujet, sans y percevoir l’aspect insipide et soporifique des sciences économiques. Un sujet très intéressant, aussi vaste que les caves de l’île de Skye. Toujours est-il que ce russe a chaud aux fesses (sans aucune connotation avec un quelconque jeu sexuel) et que fermement décidé à passer la main – avant l’arme à gauche – se ‘rend’ aux services secrets britanniques – de vrais gentlemen avec le sens abouti du fair-play à la mode anglaise – par l’intermédiaire des jeunes espions ‘novices’ Gail et Perry.

« - Et l’argent sale qui coule à flots, l’exploitation de la souffrance, on connait aussi. Des milliards, ne serait-ce qu’en Colombie. Vous avez vu ça de près. Votre coco, là, il devait sacrément brasser, dit-il avant d’enchaîner sans attendre de réponse : Au Congo, des milliards. En Afghanistan, des milliards. Un huitième de l’économie mondiale, c’est de l’argent aussi sale que votre calcif. On le sait, ça.

- Oui, on le sait.

- Du fric couvert de sang, voilà ce que c’est.

- Oui.

- Peu importe où. Qu’il soit planqué dans une boite sous le lit d’un seigneur de la guerre en Somalie ou dans une banque de la City, juste à coté du porto hors d’âge, ce fric est rouge. Couvert de sang. »

Les espions de John le Carré n’ont rien à voir avec l’esprit ‘joli cœur’ version cinématographique de sieur Ian Fleming. Ici, ils ont une conscience. Ils sont paranos. Ils connaissent la vie, les rouages de la politique, les déflagrations budgétaires, les fulminations administratives. Leur grand écran est celui de la vie, du concret, de la réalité. Il n’y a que dans un film où le ‘héros’ au charme certain préfère un Vesper « shaken, not stirred » à un single malt de l’île de Skye.

« Vous allez devoir vus contenter de notre parole.

- La parole de votre Service ?

- Dans l’immédiat, oui.

- Et elle a quelle valeur ? Les gentlemen qui mentent pour le bien de leur pays, c’est bien vous, non ?

- Ça, c’est les diplomates. Nous, on n’est pas des gentlemen.

- Alors vous mentez pour sauver votre peau.

- Encore raté. Ça, c’est les hommes politiques. Rien à voir. »

Avec cette chronique, je ne serai peut-être pas nominé pour le Prix Pulitzer, mais je tiens quand même à mon discours de remerciement en bon et due forme.

1. Je tiens à remercier Gail qui a ensoleillé malgré son teint anglais cette lecture. Sans Gail, la vie serait plus fade et c’est un sacré bout de femme. Si Perry pas l’épouser moi lui saute dessus (enfin sur Gail, pas Perry).

2. Je tiens, secondement, à remercier les éditions Points – par l’intermédiaire de Babelio – qui m’ont filé ce livre en échange d’une petite contribution littéraire à haute teneur intellectuelle sur ce bouquin.

Je ne suis pas forcément le meilleur public pour les romans d’espionnage (James Bond pour moi se limite presqu’aux bikinis des James Bond Girls – je suis très ‘fashion’). En plus, dans un temps aussi lointain que la présence d’un Tyrannosorus Rex sur ma platine CD, j’avais déjà feuilleté un roman de John le Carré – « Notre Jeu » – roman d’espionnage du maitre qui ne m’avait guère convaincu et dont les souvenirs semblent irrémédiablement noyé dans ma bouteille de Speyside – à l’époque, je n’avais pas de single malt de l’île de Skye. Donc lorsque les éditions Points – par l’intermédiaire de Babelio – me proposèrent ce deal, je me suis posé cette question : est-ce que le traitre serait à mon goût ? D’un autre côté, j’ai si bien apprécié les transpositions cinématographiques de certains de ses romans – pour les citer : « Le Tailleur de Panama » avec l’ex-James Bond Pierce Brosnan et « La Constante du Jardinier » avec Ralph Fiennes – que l’envie me titillait l’esprit (à défaut d’être titillé ailleurs par des corps moulés et mouillés émergeant de l’eau) de me plonger dans une nouvelle lecture de John le Carré.

3. Je tiens à remercier également la Brasserie du Chardon, qui ne m’a pas ENCORE offert de caisses ni même de bouteilles mais je me tiens à leur disposition. Décapsuler me plonge dans les hauteurs enneigées de Belledonne et les hauteurs moins enneigées de la Chartreuse. Quel beau panorama : ce n’est pas Antigua, le soleil n’est pas aussi chaud, les filles ne sont pas aussi belles qu’une russe en tenue de tennis, mais ce sont les montagnes de mon enfance et respirer cette bière me provoque un brin de nostalgie dont seule cette bière peut apaiser mon esprit assoiffé.

Interlude :

La Chènevière est brassée avec des malts d’orge et de blé (qui la rapproche d’une bière blanche). Très peu houblonnée, son goût fruitée provient du chanvre (culture locale biologique du Nord-Isère).

Un Traître à mon Goût ? Indubitablement OUI. (Re)Découvrir – et cela malgré ses quatre-vingt balais bien sonnés – John le Carré ? J’opine affirmativement de mon panama. Boire un pur malt de l’île de Skye ? Sans hésitation aucune, plutôt deux fois qu’une !

« Le whisky pur malt venait de l’île de Skye. Hector en versa deux bons verres… »

3 commentaires
  1. 7 avril 2012 , 23 h 07 min - La bohémienne prend la parole ( permalien )

    23 h … je me dis faut voir si j’ai un peu à lire et hop ! et hop oui il y a un nouvel article mais bon si on peut avoir un thé.. ou un café ça serait bien ;-)

    Je m’en vais lire tout ça ! oui je poste des commentaires avant de lire l’article, j’ai bien conscience que je ne suis pas le bon chemin ….

    • 8 avril 2012 , 11 h 36 min - phil prend la parole ( permalien )

      si tu dis avoir conscience que tu n’es pas sur le bon chemin, c’est que tu es sur le tien …
      alors marches et vas la ou ta conscience te fais avancer pas a pas !

  2. 8 avril 2012 , 11 h 33 min - phil prend la parole ( permalien )

    Ile de Sky, pur malt, Whisky, Belledonne, Chartreuse, Rolland Garros, Tennis,
    oulaaaa y’a du lourd et pas de l’ours hein mon bison ! On commence a faire le point ? ha ha ha
    bon ok on attendra encore pour les belles russes, en jupettes, mouillees
    calmes toi bison, c les jupes hein qui le sont!

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS