Notre Poison Quotidien [Marie-Monique Robin]

Par le Bison le 30 mai 2011

A l’heure où le concombre masqué sur lequel prolifère une souche virale E. Coli extrêmement vigoureuse fait peur à toute l’Europe, il est grand temps de revenir sur un doc vu deçà quelques mois : « Notre Poison quotidien ».

Marie-Monique Robin, journaliste et réalisatrice, s’est fait remarquée dans un premier temps avec son documentaire choc sur le trafic d’organes, « Voleurs d’yeux » (1993), pour lequel elle fut récompensée du prix Albert Londres. Plusieurs autres documentaires à son actif, à la fois sur les droits de l’homme (« Escadrons de la mort, l’école française », « Torture made in USA ») ou sur la science et la biodiversité avec notamment « Le Monde selon Monsanto », véritable cri d’alarme sur l’utilisation des OGM et sur l’entreprise Monsanto depuis sa création en 1901 jusqu’à nos jours et sa position de leader sur le monde des OGM en contrôlant plus de 90% de part de marché.

« Notre poison quotidien » est une enquête sur  toutes les molécules chimiques qui se trouve souvent à nos dépends, et presque toujours insidieusement, dans notre alimentation quotidienne. Que sont ces molécules chimiques ? Pesticides, additifs, plastiques alimentaires… Leurs expositions prolongées et quasi continues à notre organisme seraient à l’origine de nombreuses maladies chroniques. Du moins pire, allergie au plus dramatique, cancers, maladies neurodégénératives (syndrome parkinsonien) en passant par des troubles de la fécondité, de l’obésité ou du diabète…

Marie-Monique Robin revient sur la fameuse DJA (Dose Journalière Admissible), une aberration scientifique, sur justement ces études scientifiques qui abondent et inondent les autorités de surveillance type Efsa (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) ou OMS, études commandités par les entreprises alimentaires uniquement pour diluer – noyer – l’impact de leur produit dans une montagne de chiffres devenus indéchiffrables.

Et que dire de l’aspartame, dont la dangerosité a déjà été maintes fois montrée mais dont l’Europe continue toujours d’accepter son utilisation dans l’alimentation. Et que dire du Bisphénol et de tous ces contenants en matière plastique qui contaminent notre alimentation au quotidien… Et que dire de ces pesticides présentes en quantité non négligeable sur le moindre de nos fruits et légumes… Et que dire de ces perturbateurs endocriniens retrouvés, que dire… et surtout que manger après un tel documentaire ? Pour moi, il y a surtout un problème de confiance qui s’est instaurée entre ces gros industriels de l’alimentation et le consommateur. Comment les croire, comment être sûr que ce qu’ils nous vendent nous rendront pas malade cinq, dix, cinquante ans après…

Un doc extrêmement intéressant mais qui mérite beaucoup d’attention et un esprit déjà rodé à la science. Je n’ai pas dit rébarbatif, ni ennuyeux mais il est clair que le public visé doit se sentir concerné par le sujet pour accrocher jusqu’au bout.

Pour en savoir plus, et en découvrir davantage, Marie-Monique Robin tient à jour depuis 2008 son blog : Marie-Monique Robin ! Une mine d’informations sur ce reportage mais aussi un retour sur le ‘fabuleux‘ monde de Monsanto ou sur ses précédents documentaires chocs. de quoi approfondir tous les sujets qui lui tiennent à coeur et de poursuivre la compréhension de Notre poison quotidien.

Mattéo vous informe de Ce que vous devez savoir :

Alors que l’OMS a qualifié d’«épidémie» l’augmentation du nombre de cancers dans les pays développés depuis une trentaine d’années, Marie-Monique Robin veut démontrer qu’il n’est plus possible aujourd’hui de dire que les produits chimiques présents dans l’alimentation n’y sont pas liés. En prenant notamment pour preuve les agriculteurs, victimes «à la source» des produits phytosanitaires, qui sont de plus en plus nombreux à affirmer que les cancers ou les maladies neuro-dégénératives dont ils sont victimes sont causées par les pesticides.

.

8 commentaires
  1. 31 mars 2015 , 23 h 07 min - manU prend la parole ( permalien )

     » [...] surtout que manger après un tel documentaire ? »

    Là est la question ! Quoiqu’on fasse, impossible d’échapper à tout ça…

    Passer au tout bio et abolir tout ce qui est industriel ???… Je me demande si c’est bien réaliste et réalisable…

    • 1 avril 2015 , 9 h 12 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Et quand le bio a tendance à s’industrialiser, peut-on lui faire encore confiance ? Tout comme à l’équitable…

  2. 1 avril 2015 , 21 h 15 min - manU prend la parole ( permalien )

    C’est là encore un autre problème qui retient beaucoup de passer au bio…

    • 1 avril 2015 , 22 h 48 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je suis de ton avis. Au final le mieux reste encore de faire pousser soi-même son herbe dans son propre jardin…

  3. 2 avril 2015 , 22 h 13 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Entre les conservateurs, les pesticides, les hormones, les transgéniques, les colorants, les gluten, l’aspartame, la pollutions, les E123, les E427 les E machins choses ……..

    Plus de doute ont bouffe de la MERDE comme dirait l’autre … :(

    • 2 avril 2015 , 22 h 38 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      et je suis sûr qu’ils mettent dans cette MERDE dans mes bières… Et c’est pourquoi le monde actuel se trouve bien dans la merde.

    • 3 avril 2015 , 20 h 23 min - phil prend la parole ( permalien )

      Ouai, ben tout ca, ca me fait chier !

    • 3 avril 2015 , 22 h 17 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      On dirait du Bukowski ! Tu devrais écrire des nouvelles, toi !!

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS