Coney Island Baby [Lou Reed]

Par le Bison le 13 mars 2012

Un Lou Reed maquillé, glamour, transsexuel s’affiche ostensiblement sur la pochette de l’album. Il assume le Lou, tout comme Bowie, ses tendances androgynes. Cela commence mal, je le préfère ‘Animal’… Et j’assume, j’aime le côté bestial, je préfère le glam’rock de Marc Bolan. Et les premiers titres ne se distinguent pas dans mon esprit embrumé. De « Crazy Feeling », je ne retiendrai absolument rien, aucune émotion, aucun plaisir. « Charley’s Girl » se dandine lascivement sur un air groovy presque funky en me faisant penser à son méga tube intersidéral ‘Walk on the Wild Side’ mais sans le même entrain. Des chœurs sur « She’s my Best friend » font da da da, da da da. C’est affreux ou presque, même si celle-ci fait partie du répertoire du Velvet Underground, j’ai du mal à m’y intéresser. Et je me dis qu’est-ce que je fais dans cette galère. Dire que certains considèrent Coney Island Baby, au même titre que Transformer, comme l’un de ces chefs d’œuvres. Je te mettrai bien quelqu’un coups de pieds au cul pour te réveiller, sacré Lou. Arrête de regarder ton maquillage couler dans ton beau miroir, et montre-moi que tu en as ! Que t’es le genre de mec viril sous l’épaisseur de ton fond de teint !

[diwp:549617]

« Kicks », quatrième opus de la galette, marque ainsi le vrai tournant de l’album. Lou ne chante plus, il récite sa litanie sur une musique d’ambiance qui accompagne ses mots. Là, il commence à me plaire. La musique se fait entêtante, les mots de Lou rentrent dans ma tête qui n’est plus si embrumé. La musique se fait obsédante, à présent je respire, je me sens pleinement à Coney Island, j’ouvre un livre de Paul Auster. C’est bon, j’y suis. Oui, ça vient. La guitare s’excite, le Lou bégaie, mon esprit s’excite, le Lou va jouir… « A Gift » s’annonce plus calme, plus tranquille, ballade mélodieuse pour se flâner entre les ruelles sombres et désertes. Une ballade pour réfléchir à l’avenir au romantisme ambiant au crachin qui tombe, à toi « Ooohhh Baby ». J’adore ces ooohhh Baby oooohhh Baby Ooohhh baby ooohhH… J’adore cette frénésie presque impassible, avec par instant les soubresauts d’un coït animal, ooohhh Baby oooohhh. No, no, no, no… No, no, no…

[diwp:549619]

« Nobody’s Business » poursuit sur cette lancée, guitare flegmatique à l’appui, musique obsédante et cymbales spirituelles. De quoi m’élever aux plus hauts sommets du Nirvana. Et que dire de cette magnifique, sublime, intemporelle et magique ballade éponyme au nom de l’album. Le clou du spectacle sur 6 minutes 36 dont je ne résiste pas à me passer en boucle, à tout oublier autour de moi. « Coney Island Baby » immense, féérique, fantasmagorique même. J’aime bien ce mot. Il sonne agréablement à mes oreilles. Il a quelque chose de particulier, une sensation indéfinissable dont on ne peut toucher, juste effleurer comme une belle inconnue dont on croise le regard sur un quai de métro. Oooh Baby, viens écouter mon Coney Island Baby

Le Club des Mangeurs de Disques :

Que s’est-il donc passé avant l’enregistrement ? Lou Reed a-t-il changé de drogue ?! Avec ce Coney Island baby, il nous offre huit titres de folk-country-blues ultra cool…

Cet album fait partie de l’étrange famille des disques intimistes, qui n’ont l’air de presque rien, et vers lesquels, pourtant, on a de cesse de revenir à la moindre occasion…

5 commentaires
  1. 14 mars 2012 , 14 h 21 min - La bohémienne prend la parole ( permalien )

    Comme une brise de fraicheur au milieu de cette canicule (ouep j’ai déjà trop chaud ahah), j’aime sa voix et surtout quelques titres, je ne les aime pas tous, redécouvert dans le film ? A la verticale de l’été.
    Le film que je ferai dans une autre vie (ah bah non il sera déjà réalisé… pffffff)

    • 14 mars 2012 , 22 h 11 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Va falloir que je le regarde ce film… Enfin, j’ai dû le voir quand j’étais jeune, mais depuis, j’ai perdu la mémoire, et m’en souviens guère…

      En fait, je crois, après rapide vérification, que je confonds avec l’odeur de la papaye verte…

  2. 14 mars 2012 , 20 h 44 min - phil prend la parole ( permalien )

    j’comprend pas tu n’as rien bu la ?
    haaaa mais c pour ca !
    ben ca ne vaut pas du Pink na !

    • 14 mars 2012 , 22 h 07 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      j’comprend pas tu n’as rien bu la ?

      Jamais quand j’écoute le Lou !

      ben ca ne vaut pas du Pink na !

      Il n’y a pas que les Pink dans la vie ! Il y a aussi John Coltrane et Lou Reed… Chet Baker et The Doors… Ornette Coleman et Led Zeppelin… HFT et ZZT…

  3. 15 mars 2012 , 7 h 53 min - phil prend la parole ( permalien )

    on peut les mettre dans l’ordre aussi !

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS