Killing Fields [Ami Canaan Mann]

Par le Bison le 2 janvier 2012

Texas City, le trou du cul de l’Amérique profonde. Loin des grandes cités pétrolifères où le roi pétrodollar règne en maître sur les hauteurs des buildings, Texas City est une petite bourgade paysanne au fin fond du Texas, à la limite même de la Louisiane, en plein milieu des bayous humides et embrumés. Là-bas, deux inspecteurs que pas mal de choses diffèrent, un du cru, un de New-York, tentent de faire proprement leur boulot de flic. Sur fond de prostitutions infantiles, la tension est palpable entre les 2 flics, la population noire, les « macs »… Comté voisin : une femme flic, tenace, intransigeante, l’ex-femme du 1er flic du cru cité. Mais des meurtres différents, des cadavres de jeunes filles justement retrouvés dans le bayou – les « Killing Fields » – une zone interdite, de non-droit où rapaces et corbeaux se partagent les lambeaux de chair des corps dénudés…

A eux trois, ils vont suivre la piste de ce tueur en série, serial-killer lubrique qui sème les cadavres dans le bayou et semble se vanter auprès de la police locale de sa totale impunité…

[diwp:2240167]

Vous voulez un thriller flippant, à l’atmosphère étrange et insoutenable ? Vous voulez un polar réussi et réaliste qui s’inspire de faits existants (encore plus flippant) ? Vous voulez un film âpre, sombre et violent qui vous tient en haleine jusqu’au générique de fin ? Vous voulez sombrer corps et âmes dans la profondeur des bayous, sentir la pluie chaude tremper votre chemise à carreaux rouges et votre barbe hirsute ? Vous avez envie de ressortir votre vieux 33 tours de Creedance Clearwater Revival ? Vous aimez les macs noirs, les tatoués blancs qui roulent en vieille Pontiac, les vicelards à lunettes, les abrutis congénitaux, les mères sans âmes et les jeunes filles aux abords des trottoirs…

Alors précipitez-vous sur ce thriller d’auteur à la tension insoutenable

et à la moiteur du bayou.

Killing Fields de Ami Canaan Mann (la fille de), avec Sam Worthington (l’homme en bleu dans Avatar), Jeffrey Dean Morgan (le fantôme de Grey’s Anatomy), Jessica Chastain (la femme du film de la décennie, The Tree of Life), Sheryl Lee (la mythique Laura Palmer de Twin Peeks)…

Rien ne prévaut une belle histoire bien glauque pour démarrer en beauté

la nouvelle année !

2 commentaires
  1. 3 janvier 2012 , 23 h 25 min - Catherine prend la parole ( permalien )

    Je te souhaite une très bonne année 2012, riche en belles lectures, belles musiques et beaux films !

    • 4 janvier 2012 , 14 h 59 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Merci beaucoup…
      Il est de coutume de dire pareil, donc je dis pareil ;)
      Riche en belles lectures : assurément avec la provision que je viens de faire pendant les vacances, j’ai de quoi tenir l’hiver en ermite.
      Riche en belles musiques : j’espère continuer à découvrir de nouveaux groupes ou de vieux disques sans aucune pensée que de me procurer quelques petits frissons d’émotions.
      Riche en beaux films : je ne demande pas mieux.

      Et donc pour clore le débat, je te souhaite à toi et tes chats également une bonne année sous le signe de la culture qui se partage…

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS