The Tree of Life [Terrence Malick]

Par le Bison le 26 mai 2011

Au risque de passer pour un lecteur assidu de Télérama ou de vous paraitre l’archétype parfait du bobo parisien, j’ai vu la dernière palme d’or de Cannes. Je me suis même précipité, plus vite que l’éclair, aussi rapide que mon ombre, en me fourvoyant dans une grande salle obscure pour voir (communier ?) le dernier Terrence Malick, et cela même avant l’annonce des récompenses. La Croisette et ses paillettes, très peu pour moi ; par contre, beaucoup des films projetés me correspondent assez bien… D’ailleurs, j’avais déjà été voir sa précédente réalisation qui remontait à… une époque où on était tout juste champion du monde (et un, et deux, et trois zéro… la France Black-Blanc-Beur… 1998) pour « La Ligne Rouge » avec déjà Sean Penn.

« The Tree of Life » avec toujours Sean Penn, mais aussi Brad Pitt (!) raconte simplement l’histoire de la vie. Pas celle de vous, de monsieur tout-le-monde ou la mienne. Non, le film raconte la VIE, celle tout puissante propulsée par notre créateur divin (dans certains milieux non obscurs, on l’appelle Dieu). Alors comme le sujet parait ambitieux, le film doit l’être également… Deux époques : Sean Penn, de nos jours, dans une cité de verre et de lumière froide et cristalline – Brad Pitt, années 50, dans une banlieue propre et désuète du Texas. Entre les deux époques, il y a Jack, 10 ans (futur Sean Penn quelques années plus tard dans notre monde contemporain), son père (Brad Pitt) totalement autoritaire et furieusement tyrannique sur les questions d’éducation et un drame familial dont on ne saura pas grand-chose si ce n’est la perte d’un fils et donc d’un frère pour Jack.

Car voilà une autre facette du film : le passage vers l’au-delà. Le rapport de la famille, de ce père intransigeant, et de ce frère perdu, de cette mère aimante face à cette perte et comment concevoir un tel deuil. Si le festival décernerait une récompense eucuménique, nul doute que le film de Terrence Malick l’aurait raflé haut-la-main, car il y est beaucoup question de foi, et d’imaginer l’âme partir vers d’autres cieux, de spiritualité religieuse… Ai-je tout compris ? pas sûr… mais les images sont magnifiques, Brad Pitt est affreusement sévère avec ses lunettes et ses chaussures en croco… sans oublier, justement cette musique orchestrée par quelques chœurs religieux, composée de chants mystiques (vous connaissez Jan Garbarek et ses albums avec le Hilliard Ensemble ? même genre, mêmes moments d’intense émotion spirituelle et introspective).

Vous voulez un avis, le mien en l’occurrence ? J’ai adoré ce « Tree of Life », tant attendu (le film devait être présenté à Cannes l’année précédente, mais le mystérieux Terrence Malick n’avait pas fini son montage), tant énigmatique, tellement différent, mais qui justement amène une profond réflexion sur le sens de la vie et sur la création du monde. Car voilà une autre facette du film : pendant plus d’une demi-heure, on oublie Sean Penn, on oublie Brad Pitt, on oublie Jack, le Texas ou les années 50. On remonte à l’origine, au Big Bang, façon documentaire de la BBC avec profusion de lave en fusion version psychédélique, découverte des étoiles, des planètes, du système solaire. On croise le chemin des dinosaures (mon fils aurait adoré ce passage), parfois cruels, et filmé façon National Geographic, jusqu’à cette fameuse météorite qui bouscula l’ordre des choses et qui agença ainsi notre monde celui de Jack et de son père autoritaire. Ça y est : j’ai tout compris de l’origine du monde ; et c’est ce qui en fait un film spécial et ambitieux à l’instar du 2001 de Stanley Kubrick. Un chef d’œuvre ? Question de goût et d’humeur, je signe de suite pour la version DVD et un visionnage dans mon canapé tout neuf, contrairement à d’autres personnes, totalement irrespectueux du travail du cinéaste qui quittèrent la salle au bout d’une demi-heure (voir même avant).

Vol au-dessus du 7ème Art :

[...]franchement ça en jette[...]

.

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS