In Deference to a Broken Back [The Daredevil Christopher Wright]

Par le Bison le 19 mai 2011

Catégorie : 4 étoiles, Folk & Indie

“I died on the way to the hospital I died, You cried all the way from the funeral you cried.”

Eau Claire, Wisconsin, un peu plus de 60.000 habitants dont Jessie Edington et les deux frères Jon et Jason Sunde, alias « The Daredevil Christopher Wright », ma dernière découverte avec l’album « In Deference to a Broken Back ». Agréable surprise, un choix surtout dû au hasard et à la pochette : je me suis senti à mon aise sur ce canapé style année 1970, un lampadaire vintage comme mes parents ont dans leur maison sentant bon la naphtaline. Il ne m’en a pas fallu plus pour plonger dans cette nostalgie d’antan. J’ai vu de suite que ces trois jeunes allaient jouer une musique simple et joyeuse, quelques ballades entre hippie et lo-fi enthousiasmantes, un folk à la fois dépouillé et raffiné, le genre de musique qui colle bien à ces gaillards barbus hirsutes.

“But I’m going up to heaven to be with Jesus, I’ve known him since I was a little boy.”

The Daredevil Christopher Wright fera partie pour moi des groupes ruraux de folk-indie à suivre sur le plus long terme car je leur pressens un bel avenir (si ce n’est dans notre hexagone, au moins dans ma discothèque) pour que Le Bison se sente en pleine harmonie au cœur de cette Amérique profonde et musicale. En plus, il y a cette part de mystère qui sommeille en moi après chaque écoute : mais qui est donc Christopher Wright ?

“You know my grandmother’s there too, and we’ll be there to greet you.”

[DIWP:5693110]

Pont de Levallois – Gallieni : Une fois n’est pas coutume, je fais une infidélité à ma chère et tendre ligne 13, capable d’entasser des centaines de bisons dans un seul wagon. Transfert de couloirs. Changement de rame. Je grimpe dans la Ligne 3.

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS