Spotlight [Tom McCarthy]

Par le Bison le 5 mars 2016

11 personnes, bison compris, le noir complet, pas de lumière de téléphones portables, pas de mâchouillement de pop-corn, le générique va pouvoir débuter. Des fauteuils, la grande classe, spacieux confortable et similicuir. Ça sent le neuf, le cuir et presque la vache. Qu’il est bon d’aller au cinéma en province, pas chez les bouseux, mais chez les charentais, c’est pareil, non ? Après donc, ces considérations logistiques qui n’a pour but ou intérêt que de faire couler la bave du crapaud charentais, je me sers un verre de vieux pineau, il est temps de rentrer dans les détails de l’affaire.

Le département Spotlight, 5 journalistes indépendants travaillant pour le Boston Globe, se charge de faire des enquêtes de fonds. Loin du quotidien, leurs sujets s’étalent sur plusieurs mois. Ils s’engouffrent jusqu’au cœur du problème pour révéler aux bostoniens les travers de leur ville. Et lorsque le nouveau rédacteur en chef du Globe, Marthy Baron, prend ses fonctions, une nouvelle affaire semble faire son cheminement dans ce département : un prêtre soupçonné de pédophilie.

Qui a dit qu’une recrudescence de vedettes avait pour but de masquer la pauvreté d’un scénario. Pas moi, pas pour ce film. Michael Keaton (super-héros Birdman), Mark Ruffalo (New-York Melody et une double prise Jack), Rachel McAdams (tabarnak, blonde et intelligente), Liev Schreiber (j’adore ses lunettes)… Des grands noms pour un grand film. Et à la réalisation Tom McCarthy, dont j’avais apprécié un de ses précédents « The Visitor ». Spotlight mérite son oscar du meilleur film.

Dès que les lumières s’éteignirent, le silence se fit, la salle sombra dans le noir, les yeux se rivèrent sur l’écran. J’étais happé par le quotidien de ces journalistes. Construit à la façon d’un thriller, chaque nouvelle découverte me fit hérisser les poils, dresser les cheveux sur la tête. Des frissons qui me parcourent pendant toute la durée du film. D’un prêtre, l’enquête se dirige sur 13 soupçons… Mais de 13, les journalistes en arrivèrent vite à cette vérité : 6% de prêtres en « congés maladies ». A l’échelle de Boston, cela représente presque 90 brebis galeuses dans le monde de la foi… Effarent, inimaginable et pourtant l’histoire est bien réelle.

Mais je n’en dis pas plus, si ce n’est que ce film ne donne pas envie d’amener sa progéniture en cours de catéchisme… Et pour faire court, j’ai adoré de bout en bout ce film, sans aucun temps mort, un thriller journalistique, une enquête haletante. Un film d’investigations à défaut d’inquisitions.

Et si maintenant, je me relisais le Washington Post pour me faire le Watergate avec « Les hommes du président » d’Alan J. Pakula…

« Spotlight » [2016], y aurait-il encore des prêtres pédophiles.

23 commentaires
  1. 5 mars 2016 , 20 h 09 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    J’espère qu’il va bientôt passer dans ma Drôme bouseuse !

    Et OOohhhhhh on insulte pas les bouseux !!! Qu’ils viennent de Charente ou bien d’ailleurs, sinon je te transforme en ……….bon je réfléchis ! On verra ça plus tard tous les deux :D

    Mark Rufallo Dieu qu’il est beau, je mettrais bien une double prise Jack avec lui :)

    Et dire que j’ai fait 8 ans de catéchisme …. Bon ça ne m’a pas traumatisé outre le fait que c’était le mercredi matin à 8h Joder avec sœur Marie truc-muche aussi méchante que vieille !

    ;-)

    J’ai hâte de voir ce film

    Maaaarrrrrrrrrrrrrrkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkk ;-)

    Il est pas curé au moins ??????

    • 6 mars 2016 , 17 h 14 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Bien au contraire, je rends hommage à tous ces bouseux. Ce silence, ce noir absolu, ils ont quand même un meilleur savoir-vivre et une meilleure éducation que les grands citadins.

      Mais qu’est-ce qu’il a de plus que moi, ce Mark Ruffalo ? Moi aussi, j’ai une double prise Jack !!

  2. 6 mars 2016 , 12 h 59 min - manU prend la parole ( permalien )

    C’est pour ça que tu as mis ces gros écrases-merde ??? Pour aller chez les bouseux ???…

    • 6 mars 2016 , 17 h 15 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      C’est effectivement au cas où je ne peux éviter les bouses !

  3. 6 mars 2016 , 13 h 40 min - Léa Touch Book prend la parole ( permalien )

    Il faut absolument que j’aille le voir car c’est vraiment mon genre de films et j’adore ces acteurs :)

    • 6 mars 2016 , 17 h 16 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Le film est bien, les acteurs sont bien, tous est bien, sauf les curés qui ont oublié le bien.

  4. 6 mars 2016 , 14 h 06 min - Sido de Errances immobiles prend la parole ( permalien )

    Tu es en train de nous dire qu’on pourrait te croiser éventuellement en Charente ? Waou ! Je m’y ballade de temps en temps aussi… :)

    Quant à Spotlight, je n’ai rien à ajouter: tu as tout dit. Ce film est grand, son propos est fort. Beau moment de cinéma !

    • 6 mars 2016 , 17 h 16 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je me retrouve en Charente quand je me perds de mes vacances dordognaises.

  5. 6 mars 2016 , 14 h 41 min - potzina prend la parole ( permalien )

    Il est passé dans mon ciné de quartier mais il y avait peu de séances et je l’ai loupé. C’est ça quand on habite la cambrousse, les sièges sont confortables mais les films restent 10 secondes à l’affiche ;)
    J’aurais aimé le voir parce que j’ai adoré Les Hommes du Président et ça semble être dans la même veine. Tant pis, je me contenterai du DVD dans quelques mois.

    • 6 mars 2016 , 17 h 17 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Ça je reconnais que chez les bouseux, il ne faut jamais remettre à plus tard le film que l’on veut voire, parce que le temps de boire une bouteille de pineau que le film est déjà sorti de l’affiche…

  6. 7 mars 2016 , 9 h 19 min - Goran prend la parole ( permalien )

    Personnellement, je n’ai pas trop aimé ce film… Histoire linéaire déjà vu 100 fois, sans grande inventivité… Ce film n’est pas mauvais, mais il reste trop plat à mon gout !

    • 7 mars 2016 , 10 h 29 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Linéaire certes, comme beaucoup d’histoires. Il y a une trame qui progresse au fil de l’enquête, on connait la suite, la fin, mais peu importe, j’étais totalement dedans et pour le moment cela reste mon meilleur film de l’année…

  7. 7 mars 2016 , 14 h 12 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    J’suis passée à deux doigts (deux majeurs) d’le louer hier soir! J’ai finalement regardé Gran Torino mais c’est certain, ce soir j’me regarde ce Spotlight! Quand un Bison aime un film de bout en bout de ses majeurs, ça vaut le détour, Tabarnak! :D

    • 7 mars 2016 , 22 h 07 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je comprends que face à un Clint même vieillissant, les majeurs restent en émoi. Tu as pensé à absoudre tous tes péchés ?

    • 8 mars 2016 , 20 h 15 min - Nadine prend la parole ( permalien )

      Par lequel commencer hostie d’câlisse de Tabarnak!!! :D
      Mes majeurs se titillent toujours devant un film de C.E.! ^^
      J’le regarde ce soir…

    • 8 mars 2016 , 22 h 11 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Agenouille-toi ma fille et prie pour ton âme…

  8. 8 mars 2016 , 16 h 57 min - phil prend la parole ( permalien )

    Mon fils, il ne faut pas critiquer le mode religieux
    baisse ta soutane que l on t absout de tes péchés
    Et alors tu auras la révélation qui viendra du plus profond de ton être …

    • 8 mars 2016 , 22 h 13 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Ça sent le vécu d’enfant de chœur !
      Prêt à tout pour gouter au vin divin.

    • 9 mars 2016 , 21 h 11 min - phil prend la parole ( permalien )

      Tu sais bien que les Voi() du Seigneur sont comme on dit impénétrables ….

  9. 8 mars 2016 , 18 h 10 min - dasola prend la parole ( permalien )

    Bonsoir le Bison, je me sens vraiment seule car j’ai été déçue par ce film plat. Je n’ai rien ressenti. Les acteurs sont bien mais d’autres auraient fait l’affaire. Je pense que le sujet aurait plus intéressant en livre qu’en film. Bonne soirée.

    • 8 mars 2016 , 22 h 12 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Question de perception. En livre aussi, mais le film m’a captivé. Il m’a projeté des frissons de l’intérieur.

  10. 10 mars 2016 , 21 h 13 min - Une ribambelle prend la parole ( permalien )

    Je suis toute tourneboulée. Un post sans boisson, sans bouteille. Etrange affaire. Y-aurait-il la prohibition dans les Charentes ?

    • 10 mars 2016 , 22 h 21 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Pas encore, j’ai juste attendu la fin du film pour aller me j’ter un pineau !

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS