Jusqu’au bout du monde [Wim Wenders]

Par le Bison le 13 février 2016

Comment faire long quand on peut faire encore plus long. En 1999 – le film datant de 1991, Wenders s’essaie au cinéma futuriste – un satellite est hors de contrôle menaçant l’existence même sur Terre. Mais Claire Tournier ou Tourneur – je sais plus mais un nom bien français – s’en fout un peu lorsqu’elle roule, cheveux aux vents, dans le Larzac, et ce n’est pas un accident de bagnole avec monsieur Eddy Mitchell qui va changer grand-chose à sa vie. Par contre, la rencontre avec William Hurt, jeune homme mystérieux, voleur et fugitif, chamboulera son existence. Intriguée d’abord, puis probablement amoureuse, elle ne cessera de le poursuivre à travers le monde, tel un tour opérateur, l’Espagne, l’Allemagne, l’Amérique, l’Australie, et je dois avoir oublié quelques escales, une errance sans fin. C’est là que le travail sur l’image de Wim Wenders est sublimé. Ces paysages traversés sont tous magnifiques, à donner envie de prendre le premier vol ou le dernier bateau et de parcourir le monde surtout avec le sourire de Claire – Solweig Dommartin.

Peu importe l’histoire, qui n’a plus rien de futuriste de nos jours, de toute façon, tu te laisses portés par le vent du bush ou de San Francisco, et tu rêves devant tant de beauté, tu te prélasses de cette ambiance et de cette bande son. L’autre point fort du film, que des pointures, du genre monstrueux qui te met la tête en transe et le cœur aussi en vrac que le sourire de Claire Tourneur – Elvis Costello, Can, REM, Depeche Mode, Peter Gabriel, U2, Nick Cave & The Bad Seeds, Lou Reed, Patti Smith…

Aux rayons des vedettes ou des acteurs de seconds rôles, ou troisième zone voir quatrième dimension : Solweig Dommartin, William Hurt, Sam Neill, Eddy Mitchell, Max Von Sydow, Gulpilil, Jeanne Moreau…

Je reviens sur ma première phrase, pourquoi faire long quand on peut faire encore plus long. Le film sorti en 1991 dura 3h. C’est long et il ne trouva pas vraiment son public, mis à part quelques cinéphiles avisés ou inconditionnels de Wim Wenders – les deux ensemble fonctionnent aussi. D’ailleurs, seule la bande son a eu un réel succès – est-elle encore commercialisée ?. L’année 2016, sous une nouvelle ère apocalyptique, marque la renaissance de ce film en version restaurée et intégrale, soit 4h40. Waouh, il faut en prévoir des packs de bières à côté du canapé – je n’ai quand même pas le gueule d’un chameau. Un tantinet long, tu me diras. Je ne peux qu’abonder en ton sens, le film a par moments quelques longueurs, mais je n’imagine même pas le voir dans sa version écourtée tant j’aurais l’impression qu’il manquerait un truc indéfinissable à l’histoire, au film, à l’envolée lyrique d’une telle pellicule. C’est tout ou rien, qu’on se le dise.

Nick Cave & the Bad Seeds

Peter Gabriel


U2

Alors, prêt pour un voyage jusqu’au bout du monde avec moi, 4h40 ne m’ayant pas suffi je suis d’attaque à sortir de nouveau mon passeport pour ce long, très long road-movie des cailloux du Larzac à la poussière du bush australien. Faut dire, qu’est-ce que je ne ferai pas pour un sourire…

« Jusqu’au bout du monde » [1991], plus c’est long plus c’est bon…

Merci à CineTrafic pour cette nouvelle opération DVDtrafic !

Le film est sorti en DVD Le 3 décembre 2015 chez Tasama distribution :
lien vers son site et sa page facebook.

Sur Cinetrafic, retrouvez
- film d’anticipation
- pour 2016

20 commentaires
  1. 13 février 2016 , 23 h 12 min - manU prend la parole ( permalien )

    4h40, quand même !
    Et avec toi, en plus… :D

    • 13 février 2016 , 23 h 32 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      C’est tout ou rien :D
      Mais ne t’inquiète pas, je ramène toujours mes bières
      ;)

  2. 14 février 2016 , 9 h 07 min - manU prend la parole ( permalien )

    Et je ne devrais pas avoir trop de mal à te faire boire… :D

  3. 14 février 2016 , 10 h 51 min - Eeguab prend la parole ( permalien )

    Vu à sa sortie. J’étais alors un wendersien convaincu. Je le suis toujours, un peu moins peut-être. J’essaierais bien 4h40 mais avec un pack bien frais. Le raod-movie, Cave et Gabriel et Costello, let’s go.

    • 14 février 2016 , 12 h 01 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Un pack, je ne sais pas si cela va suffire…
      Mais cette version restaurée avec les moyens techniques actuels sur un grand écran dans une salle noire, cela doit être énorme, même avec ses 4h40. Mais à part une petite salle de quartier qui pourrait proposer un tel film ? Peut-être un wendersien convaincu s’occupant du ciné-club de son village…

  4. 14 février 2016 , 11 h 30 min - Goran prend la parole ( permalien )

    4h40 avec des bières, je risque de rater la fin… :-)

    • 14 février 2016 , 12 h 01 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Au pire, tu te le repasses une seconde fois, si tu as peur d’avoir manqué un passage :D

    • 14 février 2016 , 17 h 44 min - Goran prend la parole ( permalien )

      Haha très bonne idée :-)

  5. 14 février 2016 , 15 h 19 min - Léa Touch Book prend la parole ( permalien )

    Bon et bien il faut que je trouve 4h40 dans mon emploi du temps et hop en avant !! :D

    P.S. : je ne sais pas comment te contacter autrement mais j’organise pour les participants du challenge Gallmeister un concours photo (il faut mettre en scène un ou plusieurs romans Gallmeister) pour gagner Les Arpenteurs de Kim Zupan, si cela t’intéresse n’hésite pas à m’envoyer un mail ;)

    • 14 février 2016 , 17 h 36 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Il est vrai qu’il faut planifier le truc, parce qu’avoir un trou de 4h40 dans son emploi du temps ne s’improvise pas :)

  6. 14 février 2016 , 17 h 28 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    J’aime beaucoup l’extrait avec la B.O de P. Gabriel. Juste un truc : Pourquoi elle part avec la porte de l’avion ? ^^ J’aimerai bien savoir, mais après ton billet et ces quelques extraits je suis prête pour 4h40 de voyage, le seul hic c’est que lorsque je bois de la bière ben j’ai tout le temps envie de faire pipi !

    C’est embêtant ! :D

    • 14 février 2016 , 17 h 39 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Tu ne m’en veux pas si je te dévoile donc 1 minute du film sur les 4h40… Pour les autres, fermez les yeux…

      « Claire est menottée à la porte de l’avion ! »

      Sinon, un seau au pied du canapé peut faire l’affaire, si tu as peur de manquer quelques minutes du film…

  7. 14 février 2016 , 18 h 45 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Depuis que j’me suis collée à Wim Wenders avec son documentaire Le Sel de la Terre j’suis devenue accro! J’me sens donc prête pour son 4h40 de voyage. Mais là siteuplais fais d’la place avec tes gros sabots plein d’poussière sur le canapé marron, tabarnak! J’ai mon passeport et mon sac à dos à binouze de Chambly, j’suis prête pour les grandes chaleurs du bush australien. Ce serait dommage de mourir de soif… :D

    « Plus c’est long plus c’est bon » – non non non, je n’dirai rien!!! ^^

    • 15 février 2016 , 7 h 54 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Tu sais que dans le bush australien les températures sont positives… Et là difficile de faire tenir debout ton igloo… :D la sève d’érable en deviendrait même trop liquide…

  8. 15 février 2016 , 8 h 43 min - princecranoir prend la parole ( permalien )

    Un instant, j’ai cru que le Bison nous invitait à partager les aventures des « Pirates des Caraïbes » ! Aurait-il trop abusé sur le rhum ? :-)

    Je suis apparemment un des rares à avoir vu ce Wenders en salle à sa sortie (dans sa version caviardée naturellement) ! Mais je ne l’ai pas revue depuis. Faut dire qu’à l’époque j’étais auditeur invétéré de Bernard Lenoir sur France Inter qui nous avait bien conditionnés à grand renfort de REM, de Neneh Cherry (m’étonne que tu ne l’aies pas mentionnée avec un nom pareil), Lou Reed, Nick Cave… enfin que du bon pour mes oreilles. J’avoue que je me souviens plus de la B.O. que du film que j’adorerais par ailleurs revoir. Mais 4h40, je crois qu’il faut attendre l’été pour ça.

    • 15 février 2016 , 9 h 31 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      du caviar en guise de pop-corn, tu n’es pas un prince pour rien !

  9. 16 février 2016 , 18 h 10 min - Alex-Mot-à-Mots prend la parole ( permalien )

    Du film, je ne me rappelle rien. Si ce n’est la chanson de U2.

    • 16 février 2016 , 22 h 16 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Et pourtant, il y a pleins d’autres chansons. Je crois que je me souviendrai plus longtemps de Nick Cave et de sa voix…

  10. 26 février 2016 , 18 h 14 min - Guillome prend la parole ( permalien )

    on a beaucoup aimé la bande son par contre ;-)

    • 27 février 2016 , 20 h 45 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      La bande-son est un atout, mais je me suis pris de passion aussi pour le film et pour faire un bout de route avec Solweig, son sourire m’emmenant au bout du monde.

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS