Le Prodige [Edward Zwick]

Par le Bison le 24 janvier 2016

« Si je lui retire les pièces, il joue dans sa tête. »

Impressionnant ce don qu’on les joueurs d’échecs a imaginé toutes les cases de l’échiquier, toutes les pièces, des pions au roi, se mouvant dans l’espace tridimensionnel de la mémoire. Je les admire, comme le fait de prévoir plusieurs coups à l’avance, les siens et ceux de son adversaire du jour. Dans la tête, cela doit bouillonner grave, à en perdre le sommeil, à en devenir fou.

Jour et nuit, penser échecs, vivre échecs. Même dans l’intimité, je suis sûr que leur esprit essaie de se faire la reine en trois coups.

La fin des années 50 marque le début de l’anticommunisme ; le jeune Bobby Fischer, pas encore quinze ans, deviendra alors le plus jeune champion d’échecs des Etats-Unis. Mais battre ses compatriotes n’a rien d’un exploit. Non, le kid de Brooklyn veut se mesurer aux plus grands, les Russes. Et le plus grand de l’époque s’appelle Ray Donovan, alias Liev Schreiber, alias Boris Spassky.

1972, la guerre froide est à son apogée, et ce combat Est-Ouest éclipsera aussi bien le Watergate que la guerre du Viêt-Nam. C’est le début de la Fischermania où tous les médias s’enflamment pour Bobby en Islande, les groupies féminines en jetèrent même leur soutien-gorge, en brulèrent même leur vieille culotte, les yeux et les seins frétillant comme à genoux devant une rock star.

Symboliquement, cette partie d’échec de 1972, qualifiée même de match du siècle entre le challenger Bobby Fischer et le champion en titre poids lourds Boris Spassky, va au-delà des considérations d’un championnat du monde. Elle devra montrer la supériorité d’un système politique, celui de l’Ouest ou de l’Est.

Le réalisateur, Edward Zwick, s’intéresse cependant à la personnalité de Fischer. Tobey Maguire, s’enfonce petit à petit dans les méandres de la folie ; les chuchotements dans la salle deviennent des hurlements, la caméra qui tourne fait autant de bruit qu’un concorde au décollage, un stylo qui tombe et c’est une explosion sonore qui y est ressentie. Avec en plus ces accès de colère et ces moments mégalomaniaques, le Bobby est bon pour une cure de repos dans un asile psychiatrique. Mais quel dommage de filmer si peu cette partie d’échecs, j’aurais tant aimé rejouer dans ma tête ces coups et essayer de comprendre la suprématie des joueurs, Bobby surprenant son monde en innovant son jeu le jour de la finale. Des coups nouveaux à en déstabiliser le tenant du titre.

Et je crois que même si j’ai vu ce film, je ne suis pas encore prêt à me mesure au grand Bobby, et à son disciple Bibi Phil, qui a eu au moins toujours cinq coups d’avances sur moi. Heureusement que côté bibine, je n’avais pas cinq bouteilles de retard.

« Le Prodige » [2015], échec et mat.

Merci à Metropolitan Filmexport pour ce DVD, date de sortie 18 janvier 2016

et CineTrafic pour cette nouvelle opération DVDtrafic !

20 commentaires
  1. 25 janvier 2016 , 10 h 10 min - Goran prend la parole ( permalien )

    J’aurais mis 2,5 sur 5 et dis Pat ! :-)

    • 25 janvier 2016 , 21 h 52 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je fais pas dans la demi-mesure.
      donc pas de demi étoiles non plus. Mais effectivement, j’en attendais mieux. Edward Zwick m’avait habitué à plus prenant comme film avec Légendes d’automne, Les insurgés ou Blood Diamond.

  2. 25 janvier 2016 , 14 h 41 min - phil prend la parole ( permalien )

    Sacré bibi, un fou toujours dans le coup !

    Un sacré match que ce Fischer-Spassky !! Et en 1972 !!! Imagine, quelle année !!!

    Tu ne rigoleras pas, mais je les avais étudié ces parties et je me rappelle que Bobby avait très mal démarré pour après, compresser le pauvre Boris qui parait-il restait cloué devant ces parties à ne rien comprendre !

    En tt cas, je n ‘ai jamais eu de jetée de soutient-gorge lorsque je jouais sniffff quel échec !

    Comme quoi faut bien avancer pas à pas ces pions pour devenir Grand Maître !

    E4

    • 25 janvier 2016 , 21 h 55 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Il a surpris tout son monde, le Bobby, en faisant de l’improvisation totale. Comme lorsque Zizou fit sa première roulette… L’adversaire n’avait plus qu’à l’observer devant cette folie et beauté du geste :)

      Peut-être que tu étais trop bourré pour te souvenir que le filles lançaient leurs tangas en l’air lorsque tu tentais une ouverture à la Bobby !

    • 26 janvier 2016 , 8 h 44 min - phil prend la parole ( permalien )

      Pour avoir surpris, ca oui il a surpris et le pauvre Boris n’était pas pret de s’en remettre, surtout que le départ était clair …une nimzo-indienne, une défense sicilienne, de l’espagnole et puis, un coup qui sort des références (erreur pour certains, coup de génie pour d’autres ) et le voilà champion du monde avec sa folie !

  3. 25 janvier 2016 , 15 h 00 min - manU prend la parole ( permalien )

    Plutôt flippant cet extrait… :(

    « Jour et nuit, penser échecs, vivre échecs. Même dans l’intimité, je suis sûr que leur esprit essaie de se faire la reine en trois coups !! »
    Bien joué… :D

    • 25 janvier 2016 , 21 h 56 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Moi, la reine je me la faisais prendre à chaque fois… alors, je tentais avec mes petits moyens.

  4. 25 janvier 2016 , 21 h 30 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    Ah ben voilà un film qui me fait envie…

    Et comme toi, depuis toute petite j’ai une grande admiration pour les joueurs d’échecs, notamment Kasparov un des meilleurs joueurs de tous les temps puis mon père, « un vrai tueur »… il a eu beau m’expliquer, m’expliiiquer, m’expliquerrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr encore, il a du abandonner. Mon cas était trop désespéré lolll. Je n’ai jamais rien compris et puis ma logique ne peux envisager plus d’un coup à l’avance alors forcément !

    Mais je veux bien faire une partie de dame si tu veux ! ;-)

    PS « La reine en 3 coups »… bah bah bah… un joli coup Bibison :D

    • 25 janvier 2016 , 21 h 59 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Peut-être qu’il y a des films sur les échecs plus intéressant que celui-là…

      Tant pis si je suis échec, mais…
      je veux bien me faire une dame, aussi.

    • 25 janvier 2016 , 22 h 09 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Sur les échecs Il y a un film avec Sandrine Bonnaire que j’ai bien aimé « Joueuse »,
      Un avec Christophe Lambert « face à Face » avec son ex femme Diane Lane,
      Et un très court métrage de chez pixar avec les papys qui font une partie d’échec… trop hilarant

      Et puis la pièce de Théatre avec francis Huster « Le joueur d’échec de Zweig » que j’ai réservé pour cette été chez moi …. yeahhhhhhhhhhhhhhhhhh

      Vais revoir Francis Huster en chair et en os :D

    • 25 janvier 2016 , 22 h 10 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je ne retrouvais pas le titre, mais j’ai adoré Face à Face avec Christophe Lambert. Et si je me souviens bien, j’ai du aller le voir avec BibiPhil, lui pour Diane moi pour les échecs !

    • 25 janvier 2016 , 22 h 27 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      Et mon cul c’est du poulet ??? ;-)

      :D

    • 25 janvier 2016 , 22 h 41 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Quand on se permet d’aller voir jouer Francis une partie d’échecs, alors qu’en plus il est tout seul à jouer, on n’a pas de leçon à me donner, madame !

    • 26 janvier 2016 , 8 h 41 min - phil prend la parole ( permalien )

      Ah oui c’était pour ca ?!
      Rappelle moi, la Paulaner c’était avant ou après?

  5. 26 janvier 2016 , 1 h 59 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Ils sont impressionnants ces grands génies des échecs, emmurés dans leur monde, ça me fascine tabarnaquement d’essayer de comprendre où le point de rupture se fait dans leur tête pour basculer du côté de la folie. Mais de là à jeter mon soutien-gorge et me mettre à genoux, pffff! Faut d’abord voir les majeurs….. ^^

    Avec Bibi Phil et toi devait y avoir d’la binouze dans l’air tabarnak! :D

    • 26 janvier 2016 , 8 h 40 min - phil prend la parole ( permalien )

      à jeter ton soutien-gorge et te mettre à genoux hummmmm pas mal ca ! Belle prise de la dame par un fou !
      Cavalier, chargé …

  6. 28 janvier 2016 , 11 h 06 min - Léa Touch Book prend la parole ( permalien )

    J’aimerais vraiment le voir :)

    • 28 janvier 2016 , 11 h 30 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Bah… ce n’est pas vraiment une priorité, de mon humble avis.

  7. 28 janvier 2016 , 20 h 42 min - Une ribambelle prend la parole ( permalien )

    Oh là là les échecs ! Mon père fait partie d’ un club et a bien essayé de m’expliquer mais ça ne doit pas faire partie de mon mode de fonctionnement, je n’ai jamais rien compris ! Heureusement que ma soeur a été plus réceptive que moi. Elle a sauvé la fratrie de l’ignorance.
    Il faut dire que les échecs ne m’ont jamais attirée.

    • 28 janvier 2016 , 21 h 56 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Les échecs sont un monde à part. Mieux vaut avoir un grain pour s’y pencher.

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS