Hunky Dory [David Bowie]

Par le Bison le 11 janvier 2016

Catégorie : 4 étoiles, Pop & Électro

L’histoire commence par un saxo’ sur la fin du titre « Changes », une chaleur envoutante qui donne comme une bouffée d’onde érotique à ce disque, cette langueur sulfureuse qui casse totalement le rythme de la chanson et qui lui donne une fin plus abrupte et pourtant infiniment sensuelle à en déboutonner mon jean.

La suite se compose avec les touches d’un piano, «  Oh ! You Pretty Things », un air pop que ne renierait pas la bande des quatre scarabées. Dansant et enjoué, comme si la dernière décennie s’était effacée d’une surprenante insouciance.

En manque d’inspiration, il composera 8 lignes de texte, pas une de plus, pour un « Eight Line Poem », qui se relèvera être juste sublime. De sa voix illuminée par le piano et la guitare planante, le chanteur grimé de mille maquillages me plonge dans sa mélancolie. Avec son histoire de cactus, il écrit une ode à ma propre solitude, lorsque je me penche à la fenêtre et que je regarde dans les ciels les étoiles me piquer.

(Ten, Nine, Eight, Seven, Six)


Je te laisse aller me chercher une bière au frigo, parce que la chanson suivante n’est pas moins qu’un monument de Bowie. « Life on Mars ? » comme une version bis du puissant « Space Oddity », comment ne pas être sensible au majeur de Tom. Décapsule, ferme les yeux, allonge-toi et descend mon jean au bouton déjà pété. L’envol vers le septième ciel, et au-delà. (Five, Four, Three) La planète Mars, et la vie qui s’y coule et découle, comme ma bière le long de mon cou. Le chef d’œuvre absolu, ce titre me bouscule, m’emporte, me chavire ; et à la fin, c’est comme une petite mort qui me transperce, comme une éjaculation après 4 minutes zéro-deux de bonheur incontrôlé et trôlable. (Two, One, Liftoff) Ce titre est aussi jouissif qu’une love song.

De fait, je ne suis plus en état de te parler du reste de l’album. Il y a souvent chez Bowie, un titre qui fait la différence, un instant que tu t’appropries à te mettre en transe. Le reste n’est pas en reste, même si ma tête garde les pieds sur Mars. Une fois gouté à ce plaisir, impossible de redescendre sur terre. Un mars et ça repart, sauf avec Bowie où je demeure extatique, comme sous extasie. D’ailleurs, pour poursuivre les slogans publicitaires, tu me susurres aussi beau comme Bowie. Parce que cet album est beau, de bout en bout ou presque, avec son zénith sur Mars. Et ce n’est pas l’autre regretté du glam rock, Lou Reed, dont on sent son souffle sur « Queen Bitch » qui pourra s’en offusquer.

Les titres défilent et les images s’affichent sur mon écran, jusqu’à se remémorer aux bons souvenirs de sa prof d’anglais

Maintenant, permets-moi de mettre mes mains sur ton cul, j’essaye quand même comme un vieux rustre, et de tourner un peu gauchement, un peu bêtement sur cette ritournelle venue de Mars, respirant le parfum de ton cou, captant la chaleur de ton corps en fusion – c’est qu’il fait chaud sur Mars.

« Hunky Dory » [1971], un extra-terrestre au poil.

https://www.youtube.com/watch?v=_kPDJQBtHaY

21 commentaires
  1. 11 janvier 2016 , 23 h 10 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    J’étais sur que tu n’attendrais pas pour lui rendre un hommage, un très bel hommage… Merci !

    C’est très triste et ma gorge se serre à l’écoute de ce « Life of Mars »

    Putain Bowie quoi !!!!!
    Dans ces moments tu comprends combien la vie est fragile et qu’il nous faut la vivre à donf.

    Beau oui comme Bowie :( :(

    • 12 janvier 2016 , 8 h 52 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Il m’a devancé le bougre ; cela faisait des semaines que je pensais à écrire sur cet album, il m’a fauché l’herbe sous le pied !

      Beau oui comme le Bison… ça rime moins bien. Bowie c’est mieux.

      Il y a toujours une chanson de Bowie qui te trotte dans la tête.
      Putain, Bowie quoi !

  2. 12 janvier 2016 , 7 h 16 min - Une ribambelle prend la parole ( permalien )

    Pas de bière au frigo mais je peux l’écouter à jeun, sans rien, juste sa voix, ses notes et moi.
    Difficile quelques jours après la sortie de l’album.

  3. 12 janvier 2016 , 12 h 59 min - princécranoir prend la parole ( permalien )

    Mon premier Bowie acheté en vinyle (mais une vingtaine d’année après sa sortie tout de même). Peut-être mon préféré du coup, tant il a tourné encore et encore. Je lui ai offert ma platine, des saphirs et des diamants en gage de mon amour pour lui. Ce disque est magnifique.
    Bon courage à la prof d’anglais qui voudrait traduire les paroles de « life on Mars ? » et sa poésie si follement insensée.
    Depuis Bowie s’en est allé. Le Starman born in a UFO, cet homme qui venait d’ailleurs est reparti sur sa planète. But where are we now ? maintenant qu’il n’est plus là… :-(

    • 12 janvier 2016 , 21 h 57 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Bel hommage, le prince.
      Je pense que beaucoup ont une histoire avec Bowie, ne serait-ce qu’un titre qui a marqué une vie ou une époque de son bout de chemin. Pas besoin de le suivre sur des années pour s’autoriser un clin d’œil à l’eau de là ou sur Mars.

  4. 12 janvier 2016 , 14 h 26 min - Goran prend la parole ( permalien )

    R.I.P

  5. 12 janvier 2016 , 15 h 37 min - phil prend la parole ( permalien )

    Alors pas de billet sur Lemmy mais un excellent pour Bowie !

    David pour moi, c’est un être caméléon avec d’excellents jeux scéniques.
    Je connais du reste un batteur qui a joué avec lui, il m ‘a dit que c’était un homme super sympa, humain cool …

    Ce que je retiens de lui, c’est Space Oddity et puis l’acteur dans Furyo, le film dans lequel le major Jack (David) est un prisonnier rebelle face au redoutable capitaine Yonoi. Et cette musique envoutante … le lien si jamais:
    https://www.youtube.com/watch?v=iKXr3OSLVWs

    Chapeau l’artiste. Il a même bien mis en scène son départ …

    • 12 janvier 2016 , 22 h 00 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je ne connais pas tout à fait Bowie, alors Lemmy encore moins. Mais j’ai déjà pris dans les bacs de la médiathèque un Aces of Spades. Le mieux est de l’écrire en criant et en remuant la tête, les cheveux en bataille dans tous les sens.

      Furyo, l’un de mes films majeurs. Je ne me lasse pas de le regarder, une bonne dizaine de fois et je me laisse toujours envouté par sa présence ou celle du piano de Sakamoto.

    • 13 janvier 2016 , 15 h 41 min - phil prend la parole ( permalien )

      Et bien regarde ce soir Arte, ils ont modifié le programme et il passe …

    • 13 janvier 2016 , 20 h 03 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      J’ai le DVD, alors je peux le regarder dès que je suis pris d’une envie subite de suivre du regard l’affrontement Bowie-Kitano !

    • 13 janvier 2016 , 20 h 56 min - phil prend la parole ( permalien )

      ok ok et bien puisque c est comme ca, direction RTS2 pour les prédateurs, ce sera histoire de vampire avec Bowie quand même et Deneuve
      voila !

    • 13 janvier 2016 , 22 h 03 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Celui-là, j’aurais bien aimé le voir, par curiosité, mais mon gars de la yaute, c’est que je suis trop loin de la suisse :)

    • 14 janvier 2016 , 11 h 24 min - phil prend la parole ( permalien )

      et vive la technologie hein, internet, cable, satellite …

  6. 12 janvier 2016 , 18 h 19 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Mon cher Bison tu rends là tout un hommage au grand Major Bowie et par le fait même au majeur de Tom…..

    Space Oddity, Life on Mars, Heroes, des chansons qui comme toi me plongent dans un état de nostalgie pas possible, on s’envole, on plane et on voudrait rester dans cet état de grâce pour étirer le plaisir et ne jamais en r’descendre, que les 4 minutes 02 s’étirent en longueur…
    Space Oddity me ramène toujours vers C.R.A.Z.Y., comme un vol dans l’espace aux limites de soi-même…

    Un grand hommage pour une grande perte… merci!

    • 12 janvier 2016 , 22 h 03 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      J’adore ses titres spatio-temporelles où je m’envole des années durant sur Space Oddity ou Life on Mars. Des trucs spéciaux sur ces deux titres qui m’envoutent et me font perdre mes moyens, décollage assuré, éjaculation constatée, la jouissance de Bowie, beau comme…

  7. 13 janvier 2016 , 8 h 57 min - Alex-Mot-à-Mots prend la parole ( permalien )

    Un vrai artiste comme on n’en fait plus.

    • 13 janvier 2016 , 20 h 03 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Un grand homme et un artiste inoubliable !

  8. 13 janvier 2016 , 14 h 19 min - Léa Touch Book prend la parole ( permalien )

    Il va terriblement nous manquer… Un grand homme et un artiste inoubliable !

    • 13 janvier 2016 , 20 h 04 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Grand homme, je ne sais pas, mais artiste assurément !

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS