Le Live : Saignée

Par le Bison le 12 décembre 2015

C’est une chanson étrange, une chanson pour l’amour et pour les femmes et pour les femmes fières, les femmes qui ont le contact avec le sol, la nuque dans les étoiles, les femmes qui sont toutes notre vie, les femmes sans lesquelles nous n’existons pas. La femme et la poésie ont toujours été liés intimement, et cette chanson-là qui va démarrer sur des tambours de guerre je la dédie à toutes les femmes qui sont là (devant leur écran à me lire, à me sourire, à m’aimer), qu’elles soient jeunes ou pas jeunes, ça n’a pas d’importance parce qu’elles ont en elles beaucoup de choses que nous avons en nous mais qu’on a parfois du mal à discerner. Cette chanson-là s’appelle…

Saignée était nue à mes pieds
Saignée au visage de mythe et au corps de puma, était nue sur la plage
Saignée belle forêt de nacre
Savoureuse fleur de massacre
Sexe insatiable aux langues de vipères
Saignée aux seins d’écume, aux offrandes terrifiantes
Saignée aux odeurs de sauvage
Saignée qui recule à mesure que ma main avance entre tes cuisses ouvertes
Sois toujours ouverte devant moi Saignée
Nous irons habiter la maison de ma jeunesse
Ton corps modèlera mon lit perméable et maculé de ton sang comme autrefois
Saignée toi qui avale mon sexe sans quitter le ciel
Saignée ta voix résonne dans mes veines
Femme aux pensées verticales, aux orifices vibrants
Je porterai ton corps dans la maison de mon choix Saignée
Fauchant les obstacles d’un seul regard de ton sein vengeur
Vois, la maison approche
Ses neuf fenêtres s’ouvrent et se ferment à mesure que je respire
Saignée, touche ces murs gris
Pousse la porte qui ne se fermera qu’une seule fois pour ne jamais plus s’ouvrir
Comme ma verge t’abîme quand elle te pénètre brutalement
O Saignée, Saignée qui recule tandis que mon sexe avance


J’ai gagné mon pain quotidien
J’ai tué et j’ai vu mourir
Je mourrai à mon tour, Saignée
Sur ton ventre, entre tes seins, entre tes lèvres
Je serai mort mais je t’aimerai encore

Je te chercherai dans chaque cellule de mon cadavre pourrissant
Je percerai le brouillard qui obscurcit les carreaux
Je mêlerai mon haleine à tes cheveux de plomb

Et je trouverai ton corps de belle indifférente
Car rien ne peut résister à mon amour


Saignée, Saignée

Je te veux, nue
Je te veux, crue
Je te veux, perdue
Larguée, émue
Je te veux, seule
Sans un mot, un seul
Je te veux, tranquille
Rassurée, facile

Saignée, aux odeurs de sauvage
Au long corps de puma
Etait nue sur la plage
Saignée, belle forêt de nacre
Belle fleur de massacre
Etait nue à mes pieds

De grands morceaux de concert

Pour les amoureux de la musique,

Les amoureux du live

Et les amoureux du Bison !

20 commentaires
  1. 12 décembre 2015 , 23 h 13 min - Une Femme qui (vous) lit prend la parole ( permalien )

    Merci!

    • 14 décembre 2015 , 11 h 34 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Mince, une nouvelle admiratrice que je ne connais pas !!! Rrrr… Si j’avais su, j’aurais sorti les muscles de Bernard plus tôt !

    • 15 décembre 2015 , 15 h 54 min - Une Femme qui (vous) lit prend la parole ( permalien )

      Ah! Les muscles de Bernard!
      La nuque de votre nouvelle admiratrice, que vous ne connaissez pas, étant dans les étoiles, j’ai bien peur qu’ils ne servaient à rien de les sortir. Plus tôt.
      Par contre les mains d’orpailleur, votre admiratrice se réjouit de leur ouvrage chaque fois qu’elle passe la clôture de votre Ranch des Dingues et des Paumés.
      Et se dit qu’elle a eu une terriblement belle chance le jour où un truc lui a fait prendre contact avec le sol poussiéreux, là.

      Merci, Le Bison, donc!

    • 15 décembre 2015 , 22 h 17 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Ah! Comme il emballe ce Bernard… Il a les mots pour plaire et rendre dingue les femmes qui les lisent.

    • 1 janvier 2016 , 17 h 47 min - Une Femme qui (vous) lit prend la parole ( permalien )

      Bernard. Bernard le Bison, c’est votre nom?!
      :)
      Bon, pour emballer il lui faudra un papier de tonnerre et des ficelles-rubans à toute épreuve. On est pas toujours un cadeau.

      Trêve de plaisanterie:
      Bonne et belle année, le Bison!

    • 3 janvier 2016 , 22 h 07 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Bonne et belle année, Femme qui me lit :) (au lit ? ça a encore plus de charme).
      Bernard reviendra rapidement je l’espère traîner ses gouttes de sueurs et ses muscles saillants dans le coin.

  2. 13 décembre 2015 , 8 h 20 min - princecranoir prend la parole ( permalien )

    Mmmh, quelles saillies voluptueuses cher Bernard. Mais cette Saignée est-elle une latine de Manhattan ?

    • 13 décembre 2015 , 11 h 59 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Une latine plus au sud de Manhattan !

  3. 13 décembre 2015 , 10 h 05 min - Goran prend la parole ( permalien )

    Il y avait des choses bien sur la cinq finalement…

    • 13 décembre 2015 , 12 h 00 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Mieux que sur certaines chaînes de maintenant ! Va trouver un morceau live de 14 minutes passé sur nos ondes… sans 3 coupures de pub…

  4. 13 décembre 2015 , 18 h 37 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    C’est un très belle hommage que Bernard et toi rendez aux femmes. De très belles et forte paroles.

    Je me rends compte que je ne connaissais pas Lavilliers (m’arrêtant souvent à ce premier aspect brut) et je m’aperçois qu’il a écrit de très beaux textes, la musique est magnifique et une douce et jolie voix.

    J’aime beaucoup beaucoup cette chanson…

    :D

    • 13 décembre 2015 , 20 h 06 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Je te veux nue
      Je te veux crue
      des paroles fortes
      où il faut au-delà des muscles de Nanard.
      Il est magnifique ce Bernard, comme souvent les Bernard, avec leur regard particulier sur les femmes, qu’ils s’appellent Lavilliers ou Giraudeau…

  5. 14 décembre 2015 , 4 h 36 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Eh ben Bison, quand même, tu sais rendre hommage aux femmes! Mélange sensuel de paroles érotiques avec tes mots poétiques, ça donne un live du samedi soir les yeux dans les étoiles et le cœur en orbite! :D

    • 14 décembre 2015 , 11 h 33 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Moi je ne suis pour rien, la poésie c’est pas mon fort… Merci à Nanard, surtout, de faire venir les femmes jusqu’ici :)

  6. 15 décembre 2015 , 11 h 46 min - Jocelyne prend la parole ( permalien )

    Merci pour le choix et l’enthousiasme. J’ai découvert votre site grâce à Babelio il y a quelques temps…. Beaucoup de points communs dans tout ce que vous partagez. Notamment, l’Amérique et sa littérature, les bières et même les livres de Marin Ledun; découvert cet été mais en suspens depuis quelques semaines. Il a relayé votre article sur FB.
    L’envie aujourd’hui de vous faire partager l’émission de France Inter. Very good trip de Michka Assayas
    l’émission du dimanche 13 décembre 2015
    « Eagles of Death Metal » et « Queens of the Stone Age » : le rock du désert californien et sa tribu

    Palm Desert, Californie © CC0 Public Domain / SoCali – 2015
    Jamais à court d’idées, Michka Assayas a eu envie de vous faire passer un bon moment, avec deux groupes de rock nés dans la ville de Palm Desert, à l’est de Los Angeles, encerclée par le désert. Plus précisément, des musiciens marginaux, en rupture avec la société, qui organisaient des « desert parties » où les amplis étaient alimentés par des groupes électrogènes, attirant une faune de tous genres aux alentours, mais, pour la suite, suffit de se laisser embarquer …

    - Eagles of Death Metal – « Wannabe in L.A. »

    - Queens of the Stone Age – « Go with the Flow »

    - Them Crooked Vultures – « Dead-End Friends »

    - The Desert Sessions – « A Girl Like Me »

    - Queens of the Stone Age – « Hangin’ Tree »

    - Thin White Rope – « Valley of the Bones »

    - Masters of Reality – « She Got Me (When She Got Her Dress On) »

    - Kyuss – « El Rodeo »

    - The Desert Sessions – « Powdered Wig Machine »

    - Mark Lanegan – « Come to Me »

    - Queens of the Stone Age – « Little Sister »

    - Eagles of Death Metal – « Midnight Creeper »

    - Queens of the Stone Age – « This Lullaby »

    • 15 décembre 2015 , 22 h 29 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      et même les livres de Marin Ledun; découvert cet été mais en suspens depuis quelques semaines. Il a relayé votre article sur FB.

      Tu veux dire que je suis célèbre, maintenant. Et que je ne le sais même pas parce que j’ai pas de FB…

      avec deux groupes de rock nés dans la ville de Palm Desert, à l’est de Los Angeles, encerclée par le désert. Plus précisément, des musiciens marginaux

      J’aime beaucoup ce courant musical faite de guitare et de poussière. Un peu fan de stoner à ses débuts. J’avoue ne pas avoir connu les EODM avant le Bataclan. Par contre, j’ai quelques trucs des QOTSA ; mais surtout pour la bonne raison que l’un de mes plus grands albums rock – peut-etre même celui qui m’a fait sortir de mes écoutes du rock seventies – est Welcome to Sky Valley de Kyuss. Alors, oui, j’apprécie énormément Josh Homme. Et même si QOTSA fut moins mon truc par rapport à Kyuss, je me dis que j’aurais très bien pu me trouver dans la salle du Bataclan, en souvenir de cette Valley. Intemporelle et inoubliable.

      dans tout ce que vous partagez. Notamment, l’Amérique et sa littérature, les bières

      Je suis toujours dans le partage des bières… et un peu de la littérature

  7. 16 décembre 2015 , 11 h 51 min - manU prend la parole ( permalien )

    Quel texte !
    Je ne connaissais pas, merci à toi et à lui ! ;)

    • 16 décembre 2015 , 22 h 32 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Faut dire qu’il n’est pas charentais, le stéphanois !

  8. 31 décembre 2015 , 15 h 14 min - phil prend la parole ( permalien )

    Un hymne que j ai mis en boucle mais qui ne m’a pas fait apparaitre l’élue !!!

    • 31 décembre 2015 , 16 h 23 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      l’élue viendra, nue et crue.
      Et avec ton corps ému, elle se sentira perdue. A genoux, elle se mettra et regardera l’humeur de ta verge.

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS