Le Poisson Belge [Léonore Confino]

Par le Bison le 26 octobre 2015

Catégorie : 5 étoiles, Europe

Claude, Grande Monsieur.
Claude, Petit Fille.

Un même prénom qu’ils se partagent et pis c’est tout. Lui est vieux, solitaire, acariâtre. Du genre, vieux travelo esseulé. Elle est jeune, solitaire, marginale. Du genre jeune fille clocharde qui se prend pour un poisson. Deux personnes que tout opposerait si ce n’est cette rencontre sur un banc à la sortie de l’école, et puis cette fille qui s’incruste chez lui, juste pour un goûter en attendant le retour de ses parents, psychiatres tous les deux, bonjour l’ambiance à la table du diner.

La collision de deux êtres, hors de notre société moderne, l’apprentissage de leur différence et de leur passé, puis la connivence, le soutien. Des rires, des larmes, des joies et des peines. Toutes ces émotions qui passent dans le dialogue de Léonore Confino. Magnifique, avec la fraicheur de Géraldine Martineau, qui donne tant de pep’s et de rythme. Ses monologues m’emballent de son sourire en communion avec ceux des spectateurs. Marc Lavoine, vieux machin, au jeu plus retenu, plus dans l’intériorisation des sentiments et qui se laisse lentement submergé par les désirs et les volontés de la gamine qui se prend pour un poisson avec ses branchies qui lui poussent sur les côtes. Parce que la gamine, elle est cet être solitaire que personne ne veut jouer à la cours de récréation, parce qu’elle est différente, parce qu’elle est « poisson ». Parce que le vieux, il est cet être solitaire qui chatte sur internet tendance cuir et sado-maso.

J’imagine déjà Tim Burton s’emparer de cette histoire, tant l’onirisme d’une telle rencontre va à l’encontre des idées trop formatées de notre société. Une justesse de drôlerie qui cache un grand moment d’émotion et un droit à la différence. Et de cette rencontre, débouchera non pas une bouteille de bière belge, ma gorge assoiffé de ces rires, mais la renaissance de ces deux Claude, mal dans leur peau et dans leur profond être. Une bière de Namur, mais pas de sushis avant le théâtre de la Pépinière-Opéra.

Elle a les yeux revolver
Elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, m’a touché, c’est foutu…

12 commentaires
  1. 27 octobre 2015 , 11 h 35 min - manU prend la parole ( permalien )

    Tu n’as peut-être pas de vide-greniers mais tu as de belles pièces de théâtre, c’est pas mal non plus ! ;)
    J’ai découvert Géraldine Martineau dans Au fil de la nuit où elle est venue avec Marc Lavoine parler de cette pièce, j’ai trouvé cette fille lumineuse…

    • 27 octobre 2015 , 13 h 07 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Et Géraldine est tout aussi lumineuse dans la pièce, lumineuse et pétillante.
      Pas de vide-greniers, effectivement, mais du théâtre qui je le reconnais ne s’exportera probablement pas en province, à part à Avignon…

  2. 27 octobre 2015 , 11 h 54 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

    C’est tout ce que j’aime, que ce soit au théâtre où au cinéma c’est La collision explosive de deux être que tout oppose.

    J’aime cette intrusion dans le cœur des gens, c’est parfois douloureux, souvent drôle, on peut en ressortir meurtri ou grandit.

    La petit fille poisson qui tourne en rond à la recherche de sa bulle d’oxygène, j’adore !

    Marc Lavoine … Vieux Machin ?! Moi j’en veux bien des vieux machins comme lui !

    • 27 octobre 2015 , 13 h 11 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      C’est tout ce que je recherche dans le théâtre. Certes, ce n’est pas du populaire mais l’écriture avant tout, et l’émotion. C’est une chance effectivement de ne pas être dans un trou perdu pour voir CE théâtre-là, parce qu’il n’y a malheureusement guère de chance qu’en dehors des planches parisiennes, ce genre de pièces fasse une tournée dans la France et ses trous perdus.

      Ah bon, t’aime les vieux machins ;-)

    • 27 octobre 2015 , 17 h 28 min - Chrisdu26 prend la parole ( permalien )

      « Tellement si beau quand il dort,
      Tellement si beau,
      Je l’aime tellement si fort;
      Il a les yeux … »

      :D

    • 27 octobre 2015 , 20 h 13 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Tout ça pour lui. Il en a de la chance. Face à Marc Lavoine, je n’en ai aucune, de chance.

  3. 28 octobre 2015 , 1 h 52 min - Nadine prend la parole ( permalien )

    Géraldine Martineau, aussi jeune et belle et déjà talentueuse. Je l’avais découverte dans un court métrage présenté au Festival des films du monde de Montréal.

    J’adore l’image du poisson avec ses branchies pour illustrer le droit à la différence. J’adore aussi ces êtres marginaux que la vie oppose et qui finissent par se trouver…

    T’as de la chance d’avoir vu cette pièce! Je vois que les Bisons sortent de leur Ranch pour aller au théâtre :D

    • 28 octobre 2015 , 9 h 47 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Avant que la neige recouvre les herbes sauvages, avant que la glace ne vienne figer l’herbe à bison, ce dernier broute à l’extérieur de ses grandes plaines.

  4. 29 octobre 2015 , 20 h 40 min - Une ribambelle prend la parole ( permalien )

    Tu sais bien choisir les pièces que tu vas voir ou alors il y a un bon cru en ce moment. En plus quand c’est mon chouchou qui joue….alors là…..que dire de plus ? Rien.

    • 30 octobre 2015 , 10 h 10 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Malheureusement, je ne peux y aller aussi souvent que je le voudrais, et d’autres bons crus me filent sous le gosier régulièrement…

  5. 2 novembre 2015 , 19 h 24 min - dasola prend la parole ( permalien )

    Bonsoir le Bison, l’extrait du poisson belge me donne envie d’aller voir la pièce. La jeune actrice est très bien semble-t-il. Bonne soirée.

    • 2 novembre 2015 , 22 h 52 min - le Bison prend la parole ( permalien )

      Quelques promos parisiennes pour la première de Marc Lavoine sur les planches, et la salle doit être pleine chaque soir. Puis le bouche à oreille, parce que les dialogues sont percutants, et que de l’émotion est transmise de la scène aux spectateurs. Une belle soirée au théâtre.

Ajouter un commentaire

PS: XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publié.

S’abonner aux commentaires par le flux RSS